Latest issue of the Cahiers Jean Moulin n° 3, 2017 “Disciplines juridiques, disciplines scientifiques ?”

Cahiers Jean Moulin
3 | 2017 : Disciplines juridiques, disciplines scientifiques ?

Dossier Disciplines juridiques, disciplines scientifiques ?

Chrystelle Gazeau et Guillaume Richard
Présentation

Catherine Fillon
La revendication de l’autonomie universitaire à la fin du XIXe siècle, l’exemple de Lyon

José María Puyol Montero
Le débat sur l’autonomie universitaire dans la Faculté de Droit de l’Université Centrale de Madrid (1919-1922)

Paolo Alvazzi del Frate
Université, administration publique et culture juridique. Considérations à propos de l’institution des Facultés de sciences politiques en Italie

Pierre Allorant
Éclipse et renaissance contemporaine des facultés de droit d’Orléans et de Bourges : des réponses singulières aux ambitions urbaines et politiques et aux demandes sociales

Mathieu Soula
Discipliner le droit pénal (1820-1860) : quelle place pour les facultés de droit ?

Dario Di Cecca
Sciences sociales, positivisme philosophique et culture juridique dans les facultés de droit italiennes au XIXe siècle

Guillaume Richard
Le cours de « Matières administratives », vecteur du corporatisme à la Faculté de droit de Paris (années 1930-1940)

Entretien
Jacques Caillosse et Lionel Zevounou
Questions à Jacques Caillosse. Présentation et questions par Lionel Zevounou

Comptes-rendus
Jérôme Ferrand
Franck Joseph Brami, Dupin aîné (1783-1865) procureur général près la Cour de cassation et jurisconsulte, Paris, Dalloz, 2013

Le numéro est en ligne ici : https://revues.univ-lyon3.fr/cjm/

BOOK: Law and Language in the Middle Ages

Law and Language in the Middle Ages

Editors: Matthew W. McHaffie, Jenny Benham and Helle Vogt

Law and Language in the Middle Ages

Leiden : Brill, 2018 – ISBN: 978-90-04-37576-5

Publisher’s website

Law and Language in the Middle Ages investigates the encounter between law and legal practice from the linguistic perspective. The essays explore how legal language expresses and advances power relations, along with the ways in which the language of law legitimates power. The wide geographical and chronological scope showcases how power, legitimacy and language interact, moving the discussion beyond traditional issues of identity or the formation of nation-states and their institutions. What emerges are different strategies reflective of the diverse and pluralistic political, legal, and cultural worlds of the Middle Ages. 

TABLE OF CONTENTS

part 1 Translation and Interpretation of Law

1 Why Laws Were Translated in Medieval England: Access, Authority, and Authenticity , Bruce O’Brien 

2 Translating Justinian: Transmitting and Transforming Roman Law in the Middle Ages , Ada Maria Kuskowski 

3 Leges Iutorum: The Medieval Latin Translation of the Law of Jutland, Michael H. Gelting 

4 The Languages and Registers of Law in Medieval Ireland and Wales, Paul Russell 

part 2 The Languages of Legal Practice and Documentary Culture

5 Latin and the Vernacular in Medieval Legal Documents: The Case of Denmark, Anders Leegaard Knudsen 

6 Between the Language of Law and the Language of Justice: The Use of Formulas in Portuguese Dispute Texts (Tenth and Eleventh Centuries) , André Evangelista Marques 

7 The Dangers of Using Latin Texts for the Study of Customary Law: The Example of Flemish Feudal Law during the High Middle Ages, Dirk Heirbaut 

8 Sources of Legal Language: The Development of Warranty Clauses in Western France, ca.1030–ca.1240, Matthew McHaffie 

part 3 Methodology, Interaction, and Language

9 Law and Language in the Leges Barbarorum: A Database Project on the Vernacular Vocabulary in Medieval Manuscripts, Anette Kremer and Vincenz Schwab 

10 ‘And since We are No Lawyers, We Will Void the Lawsuit with Battle Axes’! Voiding a Lawsuit in Old Icelandic Procedural Law, Werner Schäfke 

11 Biblical Analogues for Early Anglo-Saxon Law, Carole Hough 

Index 

 

BOOK: Vectoren van het recht

Vectoren van het recht

Sebastiaan Vandenbogaerde

Brugge: die Keure, 2018 – ISBN 9789048632626

Publisher’s website

ABSTRACT

This book searches the roots, the actors and most significant topics in Belgium’s legal periodicals published since 1830. In its etymological sense are legal periodicals vectors of law. They carry legal information, whether it be case-law, legislation or doctrine to the reader. The periodical press surpasses the carrier-function since editors have a certain goal in mind which might be political inspired. This means that the selection of contribution is seldom neutral. Through their publications, editorial boards and authors have the possibility to influence the readership, mostly legal professionals, which allows legal titles to shape law and legal practices.

Legal periodicals respond not only to societal and legal evolutions but also to each other. For instance, the linguistic issue in Belgium generated a  particular dynamism in which Flemish titles need to be seen in relation to their francophone counterpart. Moreover, especially during the nineteenth century, the circle of editors and authors was rather limited, hence a small elite dominated legal thoughts and mentality. After the Second World War, when the number of jurists in Belgium soared, one can notice a change in publication strategies of the legal periodical press. A proactive approach of publishing houses professionalized and commercialized legal titles.

The author connects several legal titles over a timespan of almost two centuries around the central questions: who are the actors in the journals? What is their background and which goals do they want to achieve? How do editors want to fulfil their objectives and do they succeed? How are different legal titles related to each other? And are they vectors of law? Those questions are answered through the journal’s content and archival sources.

Teaching law outside national borders (19th-20th centuries)

Call for papers – Cycle of conferences (Lyon, 2018 ; Bordeaux, 2020 ; Aix-Marseille, 2021)

Teaching law outside national borders (19th-20th centuries)

 Organisation

Silvia Falconieri (chargée de recherches CNRS, IMAF) : silviafalconieri@gmail.com

Catherine Fillon (professeur, Université Jean Moulin Lyon III) : catherine.fillon@univ-lyon3.fr

Laetitia Guerlain (maître de conférences, Université de Bordeaux) : laetitia.guerlain@u-bordeaux.fr

Florence Renucci (directrice de recherches CNRS, IMAF) : florence.renucci@univ-amu.fr

 

For the first conference (Lyon, december 2018), proposals shall be sent to the four convenors with a brief résumé, no later than sept. 1st, 2018).

 

Argument

             These past few decades, French historiography has made important progress regarding the history of legal education. A Société pour l’histoire des facultés de droitwas founded in 1983, allowing the development and coordination of research in this specific field. Despite this progress, the history of legal education has, for a long time, remained a mere history of ideas and schools of thought, and has only considered law schools as a mere structure enabling ideas to emerge and develop. More recently however, French historiography has paid more attention to the law schools themselves, in the perspective of a social history. Studies have been published about the functioning of law schools, their staff, their students or their budget. Such studies already existed in other fields of higher education (Charles, 2004 ; Picard, 2007 ; Singaravelou, 2009 ; Ferté et Barrera, 2010), but legal historians have only recently engaged in them. This historiographical turn is sometimes linked with the current debates regarding global law and the transformations of French legal education (Ancel et Heuschling, 2016 ; Jamin et Van Caeneghem, 2016).

           This renewal of research led legal historians to investigate, for example, the birth of legal disciplines and the carriers of law professors. A database of 600 law professors (1804-1950) called Siprojuris has been launched on line a few years ago, under the supervision of Catherine Fillon. This important collective work has opened new perspectives for the social history of legal elites. It has also made intellectual portraits easier. One must also mention the creation, in 2008, of a European network dedicated to the history of legal education (Réseau européen pour l’histoire de l’enseignement du droit).

            Thus, the progress of the history of legal education in the contemporary era has been substantial. This cycle of conferences intends to build on this dynamism to address a phenomenon that has not been investigated enough so far : the history of legal education outside national borders in the 19th and 20th centuries. Even if the 19th and 20th centuries are undeniably a time of nationalisation of law and its teaching (compared, for instance, to the Middle Ages or the Modern Times), they also are a time of spreading of the French academic world (Audren et Halpérin, 2013).

  • Firstly, in the context of military or colonial expansion, mainland France tried to duplicate its legal education system within new institutions (creation of law schools in countries that fell under the rule of the Napoleonian Empire ; law schools in the colonies [Alger or Hanoï, for instance]; law schools in eastern countries such as Egypt or Lebanon, etc.).
  • Secondly, outside those authoritarian contexts, many law professors, especially from the 1920s-1930s onward, travelled abroad in order to promote French legal culture (lectures, lessons in many cultural institutes, etc.).

Therefore, this transnational approach of legal education intends to address three issues that have recently emerged : the raise of a transnational history of education in other fields than law ; the historiographical turn towards global or connected history ; the current reflection on global legal education. We are very much interested in inviting foreign colleagues that could enlighten us about similar experiments in their own countries, thus making comparion possible. This research programm will be developed within 3 conferences :

  • Lyon, december 2018 : « places and shapes of legal education outside national borders ».

This first colloquium intends to understand better the structures of legal education outside national borders. We know that in the colonies, the French state has sometimes created law schools similar to those existing in metropolitan France. Yet, in the most numerous cases, France had to be more inventive in territories that did not abdicate their sovereignty, especially when other countries intended to promote their own legal cultures in such places. This first meeting will seek to sketch the multiple forms that legal education can take depending on the context (lectures, creation of law schools, creation of cultural institutes, control on local institutions already existing, etc.). With what partners and with what money was France able to promote its legal education system ?

  • Bordeaux, march 2020 : « pedagogic content and goals of legal education outside national borders ».

This second symposium will specifically address the question of the content and goals of law courses outside national borders. What are the purposes of such teachings depending on the local context ? (educating local elites ? making French students familiar with local law ? promoting French legal culture in occupied countries ? etc.). For example, do law professors teach French civil law the same way in the colonies and in cultural institutes ? Do they adapt the pedagogic content of their teachings according to the kind of students they address ?

  • Aix-Marseille, 2021 : « the actors oflegal education outside national borders ».

This last colloquium will question the actors oflegal education outside national borders, namely professors and students. As for law professors, the main question will be about the reasons of their exile, be it temporary or long-lasting. For what reasons does a law professor choose to go abroad to teach ? For material reasons ? Intellectual reasons ? Ideological ones ? What does this experience abroad teach us about those scholars ? Is it a sign of their openmindedness ? Does is have an influence on their way of teaching law ? Does it bear a political meaning ? As for law students, prosopography studies would be very welcome. Students’ migrations can do a lot for the circulation of knowledge. They can also put the states’ stability to risk.

Bibliography

Coll., Actes des États généraux de la recherche sur le Droit et la Justice, Paris, Lextenso, 2018, voir en particulier les articles de la partie « professions juridiques et judiciaires ».

Ancel (P.) et Heuschling (L.) (dir.),La transnationalisation de l’enseignement du droit, Bruxelles, Larcier, 2016.

Audren (F.) et Halpérin (J.-L.), La culture juridique française entre mythes et réalités, xixe-xxesiècles, Paris, CNRS éd., 2013.

Audren (F.), « Alma Mater sous le regard de l’historien du droit. Cultures académiques, formation des élites et identités professionnelles », inKrynen(J.) et d’Alteroche(B.) (dir.), L’histoire du droit en France. Nouvelles tendances, nouveaux territoires, Paris, Classiques Garnier, 2014, p. 145-172.

Bastier (J.), « L’enseignement du droit à Alger de 1879 à 1914 », inNélidoff(Ph.) (dir.), Les facultés de droit de province au xixesiècle, tome 1, Bilan et perspectives de la recherche, Toulouse, Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2009, p. 519-542.

Charle (Ch.), « Enseignement supérieur et expansion internationale (1870-1930). Des instituts pour un nouvel empire ? », in Heilbron(J.), Lenoir(R.) et Sapiro(G.) (dir.), Pour une histoire des sciences sociales. Hommage à Pierre Bourdieu, Paris, Fayard, 2004, p. 323-347.

Charle (Ch.), Schriewer (J.) et Wagner (P.) (dir.), Transnational Intellectual Networks. Forms of Academic Knowledge and the Search for Cultural Identities, Francfort, New York, Campus, 2004.

De Mari (E.), Fabre (M.), Renucci (F.), Cours d’histoire du droit colonial, UNJF (en ligne), leçon 10 « De la connaissance à la réorganisation du droit ».

Falconieri (S.), « Le « droit de la race ». Apprendre l’antisémitisme à la Faculté de droit de Paris (1940-1944) », Clio@themis. Revue électronique d’histoire du droit, n° 7, 2014 (en ligne).

Ferté (P.) et Barerra (C.) (dir.), Étudiants de l’exil. Migrations internationales et universités refuges (xvie-xxe s.), Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2010.

Fillon (C.), « L’enseignement du droit, instrument et enjeu de la diplomatie culturelle française. L’exemple de l’Égypte au début du xxesiècle », Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle, n° 29 [La Belle Époque des juristes. Enseigner le droit dans la République], 2011/1, p. 123-144.

Fillon (C.), « Le Jésuite, l’Universitaire et le Politique : stratégies de recrutement du corps enseignant de l’École Française de droit de Beyrouth (1913-1939) », in Gaven(J.-C.) et Audren(F.) (dir.), Les facultés de droit de province aux xixeet xxesiècles, tome 3, Les conquêtes universitaires, Toulouse, Presses Universitaires de Toulouse 1 Capitole, 2011, p. 115-138.

Gaillard (A.-M.) et (J.), Les enjeux des migrations scientifiques internationales. De la quête du savoir à la circulation des compétences, Paris, L’Harmattan, 1999.

Gonzalez (C.), « Education and Empire : Colonial Universities in Mexico, India and the United States », Research and Occasional Paper Series, CSHE-Berkeley, 2014 (en ligne).

Halary (Ch.), Les exilés du savoir. Les migrations scientifiques internationales et leurs mobiles, Paris, L’Harmattan, 1994.

Halpérin (J.-L.) (dir.), Paris, capitale juridique (1804-1950). Études de socio-histoire sur la Faculté de droit de Paris, Paris, Éditions rue d’Ulm, 2011.

Jamin (Ch.) et Van Caenegem (W.) (dir.), The Internationalisation of Legal Education, Switzerland, Springer, 2016.

Outre-Mers. Revue d’histoire, t. 105, n° 394-395 [Enseignement supérieur et universités dans les espaces coloniaux : histoire, comparaisons (du xixesiècle aux indépendances)], 2017, coordonné par Hélène Chartonet Marc Michel.

Picard (E.), « Étudiants et enseignants : du dossier individuel à la prosopographie », Revue administrative, 2007, p. 55-58 (en ligne sur HAL).

Ponthoreau (M.-Cl.) (dir.),La dénationalisation de l’enseignement juridique. Comparaisons des pratiques, Paris, Institut Universitaire Varenne, coll. « Colloques & Essais », 2016.

Singaravelou (P.), « L’enseignement supérieur colonial. Un état des lieux », Histoire de l’éducation, 122/2009, p. 71-92

Renucci (F.) (dir.), Dictionnaire des juristes ultramarins (xviiie-xxesiècles), rapport de recherche gip« Mission de recherche Droit et Justice », 2012.

Tronchet (G.), Savoirs en diplomatie. Une histoire sociale et transnationale de la politique universitaire internationale de la France (années 1870-années 1930), thèse de doctorat en histoire contemporaine, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2014.

Scientific board

Frédéric Audren (directeur de recherches CNRS, École de droit de Sciences Po)

Isabelle Giraudou (professeur associée, Université de Tokyo)

Jean-Louis Halpérin (professeur, ENS)

Béatrice Jaluzot (maître de conférences, Sciences Po Lyon)

Emmanuelle Picard (maître de conférences, ENS Lyon)

Guillaume Tronchet (chercheur affilié à l’IHMC, ENS-Paris 1)

BOOK: Norberto Bobbio. Una biografia culturale

Norberto Bobbio
Una biografia culturale

Mario G. Losano

Roma: Carocci, 2018 – ISBN: 9788843092697

Sito dell’editore

Indice

Prologo
Parte prima
Bobbio e il suo mondo
1. Un secolo di filosofia del diritto a Torino: 1872-1972
Esiste una “Scuola di Torino”?/Le origini risorgimentali: Pietro Luigi Albini dall’“Enciclopedia giuridica” alla Filosofia del Diritto/Tra idealismo e positivismo: la filosofia della storia del diritto di Giuseppe Carle/Tra socialismo e idealismo: la filosofia sociale del diritto di Gioele Solari/Tra positivismo giuridico e filosofia analitica: la filosofia del diritto di Norberto Bobbio
2. La vita di Bobbio, a grandi linee
Le radici piemontesi/I tre anni di Camerino (1936-38)/I due anni di Siena (1938-40)/Gli anni padovani, la “filosofia militante” e il carcere (1940-48)/Il ritorno a Torino nel 1948/Dalla dittatura alla libertà del dopoguerra: tre viaggi di Bobbio/Bobbio nella nuova Cina/Gli scritti di Bobbio: uno sguardo d’insieme
3. Le opere di Bobbio, a grandi linee
Studi giuridici e studi politici/Bobbio come osservatore critico della politica italiana ed europea/Le opere sino alla fine della Seconda guerra mondiale (1934-45)/Bobbio nel vicolo cieco della fenomenologia e dell’esistenzialismo/Bobbio avvocato di Sartre/I fecondi decenni del dopoguerra/Bobbio e la filosofia del diritto nella casa editrice Einaudi/Un minimo itinerario bibliografico per accostarsi al pensiero di Bobbio
Parte seconda
Bobbio e la filosofia del diritto
4. I fondamentali temi giuridici di Bobbio
Le tre virtù del Bobbio studioso: dialogo, chiarezza, comprensione/Gli anni universitari: Bobbio crociano/Gli anni universitari: Bobbio husserliano/L’analogia, ridotta ai minimi termini per mezzo della logica/La consuetudine, messa alla pari del diritto legislativo/Bobbio e il positivismo giuridico di Hans Kelsen/Il diritto come ordinamento: una teoria generale/Positivismo e giusnaturalismo in Norberto Bobbio/La revisione del positivismo giuridico
5. Bobbio dalla struttura alla funzione del diritto
La fase postpositivista: verso una visione funzionale del diritto/Bobbio davanti allo sviluppo postbellico dell’Italia/Liberismo e statalismo tra economia e politica/Genaro Carrió e la «gravissima malattia riduzionistica» della teoria giuridica/La funzione promozionale del diritto e il “desarrollismo” sudamericano/La funzione del diritto tra Stato sociale e neoliberismo/La funzione del diritto: un tema in attesa di approfondimenti
Parte terza
Bobbio e la filosofia della politica
6. I fondamentali temi politici di Bobbio
La definizione della politica e la lezione dei classici/Il ventennio di Mussolini e la democrazia riconquistata/I diritti umani, frutto dell’evoluzione storica, non di un valore assoluto/Il socialismo libertario e le sinistre unite: un’aspirazione non realizzata/Pace e guerra: può il pacifismo sconfiggere la guerra?/Federalismo fra uguali: pace durevole e libertà democratiche/Il ventennio di Berlusconi e la democrazia offesa
7. Democrazia e laicità in Bobbio, uomo di ragione e non di fede
Bobbio e la tradizione italiana del laicismo/Il laicismo: difficile definirlo, ancor più difficile praticarlo/L’ora di religione nella scuola pubblica: ora immaginaria, di disagio, di sconfitta/Il referendum abrogativo sull’aborto e le ragioni di Bobbio contro l’aborto/L’incontro con la teologia della liberazione/Le difficoltà – non solo semantiche – della “mitezza”/Religione e religiosità: le ultime polemiche nel segno della coerenza/l laicismo nella vita privata di Bobbio: «Ho compiuto 90 anni»
Commiato da Bobbio
Elenco dei libri citati
Indice dei nomi
Indice analitico

 

 

 

 

Call for papers : « La norme en sciences sociales : regards croisés histoire du droit – science politique »

Colloque Jeunes Cherch(eur)euses de l’IRM

« La norme en sciences sociales : regards croisés histoire du droit – science politique »

                                                                                                           La norme constitue un présupposé implicite dans la connaissance des sociétés humaines (Durkheim, 2009 [1894]). Pour qui veut étudier un ordre social, elle est un point de référence obligé. Prise dans un sens large, la norme revêt, en effet, deux dimensions essentielles qui soulignent sa centralité (Labbé, 1994). La première est d’ordre ontologique : la norme renvoie à ce qui « est », ce qui est en vigueur dans une société donnée. Ainsi, elle représente une donnée préalable nécessaire, une réalité empirique sur laquelle se fonde toute analyse. La seconde dimension, arrimée au concept de norme, est d’ordre structurel : ici l’accent est porté sur le rôle organisateur de celle-ci dans l’ordre social. La dynamique de toute société s’articule en fonction des normes qui la composent et qui règlent, déterminent et sanctionnent la vie en société.

Au regard de ces deux propriétés, la norme occupe donc une place fondamentale dans l’analyse des sociétés humaines. Aussi, cette importance justifie l’intérêt porté à son égard : la norme est interrogée dans le cadre de réflexions théoriques et de manifestations scientifiques. Celles-ci visent, à chaque fois, à éclairer cet objet à la fois noyau et condition de toute compréhension de l’ordre social. Cependant, un tel intérêt se heurte à une difficulté majeure : celle de l’appréhension de la norme. Intuitivement associée à l’idée de « règle de conduite » collective et sanctionnée, la norme apparaît fuyante dès que l’on se penche sur elle. Cet aspect se dévoile dans la polysémie à laquelle la norme est liée et dans la variété de ses usages. Ainsi, la norme est plurale et mouvante dans le temps et dans l’espace. Chacune de ses formes semble, en outre, être régie par ses propres règles : une norme sociale n’obéit pas aux mêmes principes qu’une norme juridique. Cette pluralité nous invite aussi à questionner la pertinence du singulier : peut-on parler de la norme ou doit-on parler des normes (Leca, 2015 ; Giavarini 2017) ?

La diversité du phénomène normatif est donc source de complexité mais aussi de débats. L’un des écueils serait pourtant de vouloir parvenir à une définition unique et consensuelle de la norme. Partant, l’enjeu consiste, à travers le dialogue pluridisciplinaire, à éclairer celle-ci sans céder à la tentation de l’identité conceptuelle. Tel est le projet de ce colloque organisé par l’Institut de Recherche Montesquieu : assumer le caractère mouvant de la norme, tout en souhaitant parvenir à une meilleure intelligibilité de celle-ci. L’intérêt d’une telle rencontre réside, plus particulièrement, dans la volonté de circonscrire une telle étude au regard de deux disciplines : l’histoire du droit et la science politique. Partant, un dialogue conjoint semble fournir un cadre idéal pour une meilleure appréhension du phénomène normatif. La norme, objet d’étude commun, semble en effet tiraillée entre deux approches parfois contradictoires.

Dans une perspective idéal-typique : les politistes s’intéressent à la norme dans une optique principalement processuelle, dans la mesure où la science politique se penche sur la dynamique de l’émergence des contraintes sociales institutionnalisées. Néanmoins, les normes ne se réduisent pas nécessairement à la seule contrainte formelle, institutionnalisée dans l’État. Une grande partie du corpus normatif provient de règles implicites intériorisées par les individus qui, dans des processus complexes d’interactions, s’inscrivent dans un temps long et participent de la « civilisation des mœurs » (Elias 1973). Par conséquent, la science politique porte également un regard sur la manière dont les individus s’auto-contraignent par des habitudes régulières au sein d’interactions sociales, mais non formalisées d’un point de vue juridique.

L’historien(ne) du droit, quant à lui (elle), appréhende les sources juridiques dans une perspective rétrospective et prospective (Halpérin, 2013). Il suit alors l’évolution de celles-ci dans un cadre spatio-temporel et s’interroge sur cet environnement au sein duquel elles sont pensées, élaborées et appliquées. Le choix de cet environnement détermine les réponses apportées aux questions inhérentes à la norme en termes d’acteurs (le droit des affaires est un exemple éloquent sur la question Hilaire, 1995), d’historicisation et de matériaux utilisés pour aboutir à une analyse éclairante.

Le dialogue de ces deux disciplines propose ainsi un dépassement de la simple narration au profit de l’analyse constructive. Cependant, une telle réflexion implique de questionner l’historien(ne) du droit et le ou la politiste sur leurs méthodes, leurs choix et donc, leur appareil critique. Parce qu’histoire du droit et science politique appréhendent différemment le phénomène normatif, nous postulons que la norme ne sera pas entendue de la même manière. Pour autant, cela ne doit pas vouloir dire qu’il s’agit de champs antagonistes, voués à répandre leurs expériences et savoirs dans des conclusions qui leurs seraient réservées. C’est pour mieux saisir la norme en tant qu’objet social que l’on entrevoit toute l’acuité à vouloir croiser les regards des politistes et des historiens du droit sur ce sujet. Une attention particulière sera ainsi accordée à la dimension épistémologique : comment l’historien(ne) du droit et le ou la politiste, au travers de leurs analyses, appréhendent le phénomène normatif ?

Les réflexions pourront ainsi porter sur la norme en tant que telle – qu’elle soit juridique, sociale, morale, etc. – ou sur les différents « moments » du processus normatif. Qu’elles soient appréhendées par les historiens du droit ou les politistes, les normes obéissent à une commune structure temporelle dont la réflexion (doctrinale), l’élaboration et l’application sont les trois piliers.

Dans la perspective de favoriser le dialogue conjoint entre histoire du droit et science politique, la norme sera aussi envisagée in media res : il s’agira de contextualiser le processus normatif afin de mettre en avant le rapport dialectique qui se noue entre les deux (par exemple, Frydman, 2016). En effet, tout contexte porte en lui des facteurs – multiples et protéiformes – qui agissent sur le processus normatif au cours de ses différents « moments ». Tout au long de son existence, la norme est donc déterminée par des éléments extérieurs à elle. Inversement, la norme agit sur le contexte dont elle dépend. Les trois « moments » du processus normatif portent en eux des effets qu’il convient d’appréhender. Aussi, le dialogue sur la norme, par une approche commune de l’histoire du droit et de la science politique, doit se nourrir d’un cadre concret d’étude. Trois axes, au carrefour des deux disciplines, paraissent pertinents pour comprendre l’ampleur du phénomène normatif : le pouvoir, la religion et le voyage.

Norme(s) et pouvoir

 Cet axe de réflexion s’intéresse à l’interdépendance entre le pouvoir politique et les normes. Alors que le pouvoir politique s’appuie sur diverses normes pour prendre forme, l’existence même de ces normes est souvent liée à celle d’un pouvoir politique contraignant capable de les appliquer, de les abolir ou de les transformer (Foucault, 1975). La relation entre ces deux notions implique une dialectique singulière qui intéresse à la fois le regard des juristes, historien(ne)s du droit et celui des politistes. Prenons, par exemple, le processus de codification qui a lieu sous Napoléon Ier autour du Code civil. Malgré une volonté manifeste de dépolitiser le travail juridique sur les corpus pour les rendre plus objectifs (Portalis, [1801]), ces mêmes corpus sont néanmoins issus d’une vision profondément politique de la société, dont les élites napoléoniennes sont les vecteurs. Nous trouvons donc là un rapport ambivalent à la norme, juridique en l’occurrence, vis-à-vis du pouvoir politique. Les communications pourront explorer ce rapport à la lumière des trois « moments » de la norme que sont sa réflexion, son élaboration et son application. Les contributions pourront tout aussi bien s’intéresser aux revendications politiques, aux réflexions doctrinales ou, plus largement, aux rapports de force juridico-politiques qui accompagnent l’interaction entre les normes et le pouvoir politique.

 Norme(s) et religion

Dans les Institutions divines, Lactance définit la religion comme le lien qui rattache les humains à Dieu, comme à toute forme de transcendance. Cette conception de la religion peut s’incarner à travers une vision du monde, un discours, ou une manière d’être. Ces éléments traduisent non seulement la verticalité des rapports entre les personnes et la divinité, mais également la dimension plurale et transcendantale de ces rapports. Ainsi, l’objectif est d’analyser la manière dont ces aspects se conjuguent avec les trois temps de la norme. Dans un premier temps, lors de son processus de réflexion, en examinant l’influence de la religion dans les présupposés ontologiques des penseurs de la norme (Timsit, 1991) ; tel peut être l’exemple de l’influence du christianisme dans l’émergence de la culpabilité en droit pénal, ou du protestantisme dans l’émergence du capitalisme (Weber 1985 [1904-1905]). Dans un second temps, lors de son élaboration, que ce soit par les acteurs institutionnels, non-institutionnels ou hybrides, comme en témoignent le syncrétisme communiste et le néoconfucianiste en Chine, les prescriptions juridiques dans le salafisme ou encore les tribunaux islamiques en Angleterre. Enfin, dans son application, qu’il s’agisse de son effectivité, de sa sanction ou de sa réception, comme le démontre l’influence de l’Index librorum prohibitorum sur l’application de la norme par les magistrats. L’influence de la religion n’a pas manqué de susciter critiques et résistances, d’où la nécessité de les prendre en compte, elles-aussi, comme piste de réflexion.

Norme(s) en voyage

L’objectif de cet axe est d’aborder la norme dans sa relation avec la sphère internationale. Dans un monde globalisé, la norme est effectivement un objet en constante redéfinition que les acteurs étatiques incorporent quotidiennement. Pour cela, deux orientations principales – mais non exhaustives – seront privilégiées. La première concernera « la norme internationale », telle qu’elle est couramment admise aujourd’hui, c’est-à-dire la norme d’un point de vue supra-étatique. Les États sont effectivement en contact permanent avec une multitude de normes, aussi différentes soient-elles, avec lesquelles ils interfèrent. En ce sens, quelle est la place de la norme internationale dans le comportement des États ? La seconde orientation souhaitée portera, quant à elle, sur « la circulation de la norme » (Galindo, 2014), c’est-à-dire de territoire en territoire. Comment les normes se diffusent-elles au gré des interactions entre les différents espaces concernés ? Il conviendra alors d’analyser les modalités de circulation de la norme entre les différentes aires géographiques – émettrices et réceptrices de normes (Bourdieu, 2002) pour illustrer le phénomène de norme(s) en voyage.

 Bibliographie indicative

Becker, Howard Saul, Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Éditions Métailié, 1985.

Bourdieu, Pierre, « Les conditions sociales de la circulation internationale des idées », in Actes de la Recherche en Sciences Sociales, vol. 145, décembre 2002, p. 3-8.

Durkheim, Émile, Les règles de la méthode sociologique, (1894), Paris, Payot, coll. « Petite Bibliothèque Payot », 2009.

Elias, Norbert, La civilisation de mœurs, Paris, Calmann-Levy, Archives des sciences sociales, 1973.

Foucault, Michel, « La Vérité et les formes juridiques », in Dits et Écrits, tome I, n°139, 1974, p. 538-646.

Frydman, Benoit, « L’ordre juridique : un concept historiquement situé », in Laurent-Bonne, Nicolas et Prévost, Xavier (dir.), Penser l’ordre juridique médiéval et moderne. Regards croisés sur les méthodes des juristes (I), Paris, LGDJ, 2016, p. 43-55.

Giavarini, Laurence (dir.), Pouvoir des formes, écriture des normes, Dijon, Éditions Universitaires de Dijon, 2017.

Galindo George, « Legal Transplants between Time and Space », dans Duve Thomas (ed.), Entanglements in Legal History: Conceptual Approaches, Max Planck Institute for European Legal History, Frankfurt am Main, 2014, p. 129-148.

Halpérin, Jean-Louis, « Droit et contexte du point de vue de l’histoire du droit », Revue interdisciplinaire d’études juridiques, vol. 70, 1 (2013), p. 117-121.

Hilaire, Jean, Le droit, les affaires et l’histoire, Paris, Économica, 1995.

Kelsen, Hans, Théorie pure du droit, (1934), Paris, LGDJ, 1999.

Labbé, Xavier, Les critères de la norme, Lille, Presses Universitaires de Lille, 1994.

Lactance, Institutions divines, (début iiie siècle), Paris, Éditions du Cerf, coll. « Sources chrétiennes », 1973.

Leca, Antoine, Formation et transformations du droit français. Des origines au xxie siècle, Paris, LexisNexis, 2015.

Portalis, Jean-Étienne-Marie, Discours préliminaire du premier projet de Code civil, (1801), Bordeaux, Éditions Confluences, 1999.

Schmitt, Carl. La notion du politique – Théorie du partisan. Paris, Flammarion, 1992.

Timsit, Gérard, Les noms de la loi, Paris, PUF, 1991.

Weber, Max, L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, (1904-1905), Paris, Presses-Pocket, Agora, 1985.

 Modalités d’organisation du colloque

 L’objectif global de cette manifestation scientifique étant d’encourager le dialogue inter-disciplinaire, l’organisation du colloque se fera selon les modalités suivantes :

  • Les intervenant(e)s du colloque seront réparti(e)s en panels thématiques suivant les orientations retenues parmi les trois axes de l’appel à communications ;
  • Outre les intervenant(e)s, les panels comportent deux discutant(e)s en provenance des deux disciplines concernées (histoire du droit / science politique) dont la tâche sera de lire au préalable les travaux des intervenant(e)s et d’en fournir une analyse critique en se fondant sur le(s) cadre(s) scientifique(s) mobilisé(s) ;
  • Afin de favoriser le dialogue interdisciplinaire, les politistes seront invités à lire et à discuter les travaux des historien(ne)s du droit et inversement ;
  • Les discussions porteront sur les enjeux épistémologiques et méthodologiques communs qui relient nos deux disciplines institutionnelles au socle commun des sciences sociales : travail d’archives, entretiens, paradigmes/concepts mobilisés, objectifs poursuivis par les approches, etc.

Afin de concrétiser l’interdisciplinarité, les intervenant(e)s retenu(e)s devront prévoir une communication de 15 minutes et envoyer leurs versions écrites à destination des discutant(e)s (entre 25 000 et 30 000 signes maximum, espaces comprises) selon le calendrier suivant :

  • Fin de l’appel à communication : septembre 2018 ;
  • Date de sélection : novembre 2018 ;
  • Date limite d’envoi des contributions écrites : février 2019 ;
  • Colloque : mai 2019.

 Modalités d’envoi des propositions de communication

 Les propositions devront contenir :

  • Le titre de la communication ;
  • Un court résumé de 500 mots maximum précisant un des trois axes dans lequel s’inscrit la communication ;
  • Les coordonnées institutionnelles et une courte description des recherches menées.

Modalités pratiques et financement

             Le colloque aura lieu courant mai/juin 2019 à l’Université de Bordeaux, campus de Pessac, et se déroulera sur deux journées. Le comité d’organisation du colloque prendra en charge les remboursements des billets de trains / frais de logement à hauteur de 150 euros forfaitaires. Les communications écrites feront l’objet d’une publication à la charge du comité d’organisation (les versions écrites seront susceptibles de devoir être adaptées aux normes éditoriales).

            Pour tout renseignement complémentaire : colloqueirm@icloud.com

 Comité d’organisation

David Bertrand (doctorant en science politique – Institut de Recherche Montesquieu)

Pierre Bourgois (doctorant en science politique – Institut de Recherche Montesquieu)

Thibaut Dauphin (doctorant en science politique – Institut de Recherche Montesquieu)

Clémence Faugère (doctorante en histoire du droit – Institut de Recherche Montesquieu)

Alexandre Frambéry (doctorant en histoire du droit – Institut de Recherche Montesquieu)

Pauline Girard (doctorante en histoire du droit – Institut de Recherche Montesquieu)

Badr Karkbi (doctorant en science politique – Institut de Recherche Montesquieu)

Victor Le Breton-Blon (doctorant en histoire du droit – Institut de Recherche Montesquieu)

Nicolas Médan (doctorant en histoire du droit – Institut de Recherche Montesquieu)

Marco Mellina (doctorant en histoire du droit – Institut de Recherche Montesquieu)

Alizée Miranda (doctorante en histoire du droit – Institut de Recherche Montesquieu)

Clément Rodier (doctorant en science politique – Institut de Recherche Montesquieu)

Rafael Suguimoto (doctorant en histoire du droit – Institut de Recherche Montesquieu)

Claire Vachet (doctorante en histoire du droit – Institut de Recherche Montesquieu)

Marine Vetter (doctorante en histoire du droit – Institut de Recherche Montesquieu)

Roman Volkov (docteur en science politique – Institut de Recherche Montesquieu)

NEW DATABASE: Repertorium Academicum Germanicum

The Graduate Scholars of the Holy Roman Empire, 1250 – 1550

 

Kaspar Gubler, Christian Hesse and Rainer Schwinges (Universität Bern, Historisches Institut) announce a new version of the Repertorium Academicum Germanicum – RAG

The prosopographic database of the RAG contains information on the elites of the medieval student body: Masters or Licentiates of Arts and gratuates of the three higher faculties (jurisprudence, theology and medicine).  Additionally nongraduates from the noblity who attended an university are also taken into account. 

It includes among others:

– 56,000 scholars in Europe (1250-1550) with:

– 150,000 name variants
– 320,000 life stations (such as: professor, canon, official, ambassador, author, musician, alchemist, etc.)
– 250’000 references
 
It includes also: 

– 1000 monasteries
– 4000 churches

The life stations of the scholars can be visualized on maps and in networks.
All research data is published on a daily basis and the visualizations are dynamically generated from this data.

The search criteria are constantly being extended. For the time being, you can search in combination with the following criteria:

– Personal names (with name variants)

– Place of origin of the person at the time of enrollment

– Visited universities

– Doctorate degrees

– Social background


Directly to the query:

http://en.rag-online.org/datenbank/abfrage

Instructions for the query:

http://en.rag-online.org/datenbank/anleitung