BOOK: LA FACOLTÀ DI GIURISPRUDENZA DELL’UNIVERSITÀ DI CAGLIARI

LA FACOLTÀ DI GIURISPRUDENZA DELL’UNIVERSITÀ DI CAGLIARI
I. Dai progetti cinquecenteschi all’Unità d’Italia
a cura di I. Birocchi
La Facoltà di Giurisprudenza dell’Università di Cagliari. I. Dai progetti cinquecenteschi all’Unità d’Italia

Pisa: 2018, Edizioni ETS – ISBN 9788846752215

sito dell’editore

Sotto una duplice angolazione il libro racconta la storia della Facoltà di Giurisprudenza di Cagliari dai progetti cinquecenteschi di fondazione dell’ateneo fino all’Unità: come luogo di formazione del giurista e, in stretta correlazione, come momento di snodo per l’accesso alle cariche, alle professioni e per una collocazione privilegiata entro la polis. Da qui le domande che riguardano, da un lato, gli aspetti dell’insegnamento (il numero degli studenti, i corsi, la frequenza alle lezioni, i manuali, le biblioteche, gli esami, dal punto di vista dei discenti; il reclutamento, gli impegni accademici, gli strumenti didattici, gli orizzonti scientifici e di metodo, nell’ottica dei docenti); dall’altro gli impatti nel tessuto sociale, secondo indirizzi culturali di cui la Facoltà era espressione e che a sua volta contribuiva a implementare. Anche nei momenti di crisi, essa operava come deposito di conoscenza giuridica, dialogava con il mondo delle professioni e delle istituzioni, formava le élites
Primo volume di una storia che arriverà fino ai giorni nostri e frutto della collaborazione di studiosi dalle competenze diverse, il libro affronta con nuove ricerche archivistiche e con sguardo comparatistico i principali problemi storiografici: il fervore dopo la fondazione, la reductio della sua funzione nei decenni successivi, la faticosa rifondazione boginiana, i giuristi “giacobini”, la Facoltà di massa negli anni a ridosso della “fusione perfetta”. E, mentre ricostruisce un itinerario in cui il tema dominante appare quello della formazione del giurista del diritto patrio, propone anche questioni nuove.

INDICE DEL VOLUME

Questa storia
Italo Birocchi

DAI PRIMI PROGETTI AGLI INIZI DELL’ETÀ SABAUDA (1543-1755)
I. Tra Roma e Madrid: la genesi dello Studio generale di Cagliari (1543-1626)
Gian Paolo Brizzi
II. La richiesta di letrados, il ruolo della città e la formazione del giurista
di diritto patrio (1626-1755)
Italo Birocchi
III. Notai d’età moderna. Una prospettiva sociale
Giampaolo Salice
IV. Graduati e professori nell’età preboginiana (1709-1763)
Italo Birocchi

DALLA RIFONDAZIONE BOGINIANA ALLA “FUSIONE PERFETTA” (1755-1848)
V. L’impianto filosofico e il quadro normativo della riforma boginiana
Italo Birocchi
VI. Tra tradizione e rinnovamento: professori e cultura giuridica dalla
riforma boginiana alla Restaurazione
Eloisa Mura
VII. Il giurista nell’officina del diritto patrio
Italo Birocchi
VIII. Nel mondo degli studenti: prima frequentanti e poi graduati (1764-1848)
Italo Birocchi

DALLA “FUSIONE PERFETTA” ALL’UNITÀ (1848-1861)
IX. Aperture nazionali e nuovo regolamento degli studi all’indomani
del Quarantotto
Eloisa Mura
STRUMENTI E IMPATTI (1626-1861)
X. La Biblioteca universitaria di Cagliari e i libri di diritto
Giovanna Granata
XI. Tra etica, diritto ed economia: intrecci di cultura e di pratica
Gian Giacomo Ortu

INDICE DELLE TABELLE E DELLE FIGURE FUORI TESTO
FIG. 1: Distribuzione dei notai abilitati nel Regno di Sardegna
(1702-1715)
TAB. 1: Graduati in utroque iure presso l’Università di Cagliari
(1709-23; 1728-31; 1742-57; 1763-64)
TAB. 2: Dottori in utroque iure esaminati e ritenuti idonei all’esercizio degli
uffici di assessore e consultore nelle curie regie e baronali
(1759-99)
TAB. 3: Studenti frequentanti e graduati in utroque iure a Cagliari
(1764-97 e 1802-03)
TAB. 4: Iscritti nelle diverse Facoltà dell’Università di Cagliari
(dal 1824-25 al 1841-42 e nel 1848-49)
TAB. 5: Cattedratici di diritto (1709-23; 1728-31; 1742-58; 1763)
TAB. 6: Cattedratici di diritto (1764-1861)

BOOK: PRIVATE LAW DEVELOPMENT IN CONTEXT

PRIVATE LAW DEVELOPMENT IN CONTEXT
German Private Law and Scholarship in the 20th Century
S. Grundmann, K. Riesenhuber (eds.)
Private Law Development in Context

Cambridge: 2018, Intersentia – ISBN 9781780683928

This book compiles and puts into perspective portraits of 37 professors of private law from Germany, Austria and Switzerland who completed the core of their academic oeuvre in the 20th century. The individual portraits of the life and work of each professor are written by one of their former ‘Schüler’ and taken together show the thread of the intellectual history of legal thinking in 20th century German private law.

SEMINAR: Una via italiana della codificazione francese, Milano, 16 aprile 2018

Una via italiana della codificazione francese
A proposito del volume di Stefano SOLIMANO “Amori in Causa. Strategie matrimoniali nel Regno d’Italia napoleonico (1806-1814)”

Lunedì 16 aprile 2018

Università Cattolica del Sacro Cuore

Largo A. Gemelli 1, Milano

Aula G.022 Manzoni, ore 11.45-13.00

Interverranno
Pio CARONI, Professore Emerito di Storia del diritto e Diritto privato, Università di Berna
Giovanni CAZZETTA, Professore ordinario di Storia del diritto medievale e moderno, Università
degli Studi di Ferrara
Giovanni CHIODI, Professore ordinario di Storia del diritto medievale e moderno, Università
degli Studi di Milano – Bicocca
Sarà presente l’Autore

 

 

BOOK: DIGITAL ACADEMIC HISTORY

Digital Academic History
Studi sulle popolazioni accademiche in Europa

a cura di Gian Paolo BRIZZI, Willem FRIJHOFF

Copertina Digital academic history
collana “Studi e ricerche sull’università”

Bologna: Il Mulino, 2018 – ISBN 978-88-15-27552-3

 

Da qualche anno un network di ricercatori europei ha messo a profitto le potenzialità della rete per rinnovare una tradizione di studi, risalente a oltre un secolo, che mirava a sviluppare ricerche prosopografiche sulle élites intellettuali che si sono formate nelle università. Le risorse informatiche consentono oggi di superare il carattere localistico di quegli studi e, in accordo con lo spirito transnazionale del concetto originario di «universitas», il network Héloïse mira a stabilire una piattaforma di interrogazione comune in cui le singole ricerche onomastiche e prosopografiche possano confluire. L’intento è quello di ricostruire i nodi di esperienze culturali e scientifiche che si alimentarono grazie a una pluralità di contatti che non subivano ancora i condizionamenti spirituali dell’età dei nazionalismi. Il volume presenta alcuni dei principali progetti illustrati nel corso dei primi sei incontri di studio del network Héloïse.

 

INDICE
Avant Héloïse: l’aventure de Fasti, di Willem Frijhoff
La base de données sur les étudiants de l’Université de Poitiers. Le “Repertorium academicum pictaviense” (RAP), di Yannis Delmas-Rigoutsos, Jean Hiernard e Denise Turrel
Extranei, CAT et CaEN de Pool.Corpus: bases de données des étudiants étrangers et provinciaux dans les anciennes universités françaises, di Patrick Ferté
OEconomia Studii. A database of a new project on funding, management and resources of the Portuguese University (13th-16th centuries), di Hermenegildo Fernandes, Armando Norte e André de Oliveira Leitão
Professors at the University of Salamanca (1550-1650). Prosopography and databases, di Francisco Javier Rubio Muñoz
Le accademie italiane. Una banca dati online, di Simone Testa
Digital academic history in the Netherlands, di Leen Dorsman
Scottish university professors 1800-1939: proposals for a database, di Robert Anderson
El doctorado en derecho en la universidad liberal española (1847-1914), di Manuel Martínez Neira
Historical studies and the academic profession in United Italy: A database of concorsi for university teaching posts in historical disciplines, di Matteo Caponi e Andrea Mariuzzo
Insegnamenti giuridici e percorsi disciplinari: il rinnovarsi di una peregrinatio academica (1860-1915), di Annamaria Monti

GRANT: Contractos Postdoc – Programa Beatriz Galindo

Ante la próxima publicación en el Boletín Oficial del Estado de la Orden del Ministerio de Educación, Cultura y Deporte, por la que se aprueban las bases para la concesión y se convocan las ayudas Beatriz Galindo, se adelanta, para su conocimiento y posibilidad de presentación de solicitudes la citada orden bases y convocatoria, informándose de  lo siguiente:

–       La orden de bases debe ser publicada en el Boletín Oficial del Estado. Este trámite no abre el plazo de presentación de solicitudes.

–       Las universidades públicas podrán presentar solicitudes, a través de los formularios disponibles en la sede electrónica,  a partir del día siguiente a la publicación del extracto de la convocatoria en el Boletín Oficial del Estado. Una vez se haya publicado el extracto, se informará del oportuno plazo exacto en la página web del Ministerio.

Esta convocatoria consta de dos fases:

  1. Primera fase: Concesión de las ayudas a las universidades públicas

En una primera fase, las ayudas se concederán a las Universidades públicas, que son las beneficiarias de las mismas, y, que podrán optar a un máximo de cinco, distribuidas entre las dos modalidades existentes:

  1. a)Ayuda Beatriz Galindo senior: para docentes y/o investigadores que puedan acreditar una experiencia de al menos siete años de docencia e investigación en el extranjero, a contar desde la obtención del título de Doctor.
  2. b)Ayuda Beatriz Galindo junior: para docentes y/o investigadores cuya experiencia de docencia e investigación en el extranjero, a contar desde la obtención del título de Doctor, sea de un máximo de siete años.

Una vez presentadas las solicitudes, el Secretario General de Universidades designará un panel internacional de expertos, compuesto por 10 miembros, que actuará como órgano colegiado con la función de evaluar las solicitudes de las Universidades. La puntuación necesaria para superar esta evaluación, será de  un mínimo de 8 puntos para las ayudas senior y de 7 para las junior.

La concesión de las ayudas a las universidades públicas corresponde a la Secretaría de Estado de Educación, Formación Profesional y Universidades.

  1. Segunda fase: Selección del docente y/o investigador y celebración del contrato de investigador distinguido con la Universidad

Tras la concesión de la ayuda Beatriz Galindo a la Universidad, ésta abrirá un plazo no superior a un mes para que los docentes y/o investigadores puedan solicitar la plaza o plazas concedidas a la Universidad. Cerrado el plazo de presentación de solicitudes, el Secretario General de Universidades designará un panel internacional de expertos que evaluará las solicitudes en un plazo no superior a dos meses.

La Universidad, vista la propuesta del panel internacional de expertos, publicará la resolución definitiva de docentes y/o investigadores seleccionados. Así, la ordenación y la instrucción del procedimiento corresponderán a la Universidad. La propuesta de concesión de las plazas estará a cargo del panel internacional de expertos, y la resolución del procedimiento se realizará por el órgano competente en la Universidad, de acuerdo con lo establecido en la convocatoria.

A continuación, se celebrará un contrato de investigador distinguido, con una duración de cuatro años, entre cada Universidad y los docentes y/o investigadores seleccionados. Estos contratos serán cofinanciados por el Ministerio de Educación, Cultura y Deporte y las Universidades públicas.

Servicio de ayudas Beatriz Galindo
Subdirección General de Formación del Profesorado 
Universitario y Atención a los Estudiantes.
Secretaría General de Universidades.
Ministerio de Educación, Cultura y Deporte.
Tel. 917459217 – Ext. 73802 — beatrizgalindo@mecd.es

BOOK: Carlos Petit, Arte y Derecho mercantil

Arte y Derecho mercantil
Imagen y concepto de los títulos-valores en la España ilustrada

Carlos Petit

Arte y Derecho mercantil

Madrid: Marcial Pons, 2017 – ISBN: 9788491232711

Editorial

El siglo ilustrado asistió al declive de una concepción transcendente de la existencia humana basada en la virtud de la fe. Mas el tiempo histórico de la nación y de la Öffentlichkeit (Habermas) comenzó a articular la experiencia colectiva desde otra clase de creencias: por ejemplo, la noción de crédito público entendido como «la opinión que los hombres forman de la ajena probidad» (1796). Que, sin embargo, la antigua virtud teologal no fue del todo sustituida por la nueva confianza de los ciudadanos lo demostró el empleo de la iconografía religiosa para reforzar el mensaje de documentos donde la representación de los valores monetarios se hallaba más próxima al cumplimiento de ciertas obligaciones.
La tesis anterior se sustenta en el análisis de los títulos de crédito (vales, acciones, cédulas) producidos y circulantes en la España borbónica. Fue la época dorada de las artes del grabado, una técnica de reproducción documental de inmediato puesta al servicio del dinero. El gobierno oeconómico de la monarquía estuvo detrás de la emisión de los instrumentos financieros pero también de la formación de aquellos artistas que los diseñaron, mostrándonos ahora un insólito cruce entre la historia del arte y la historia del Derecho mercantil.

CALL FOR PAPERS: Cycle de journées d’études “Enseigner le droit hors des frontières nationales (XIXe-XXe siècles)”

APPEL A COMMUNICATIONS

Argumentaire

Depuis quelques décennies, l’histoire de l’enseignement du droit à l’époque contemporaine est, en France, un chantier en plein essor. En témoigne la création de la Société pour l’histoire des facultés de droit en 1983, qui a permis la coordination et le développement d’un champ de recherches jusqu’alors délaissé. Cependant, cette histoire des facultés de droit est longtemps restée une histoire des doctrines qui y étaient enseignées et des écoles qui s’y affrontaient. Il a fallu attendre une période plus récente pour que l’historiographie se saisisse des lieux de l’enseignement du droit en eux-mêmes, dans le cadre d’une socio-histoire attentive au fonctionnement de l’institution, à son personnel, ses étudiants, ou encore ses ressources budgétaires. Alors que de telles études fleurissaient déjà dans d’autres disciplines (v. par exemple les travaux de Charles, 2004 ; Picard, 2007 ; Singaravelou, 2009 ; Ferté et Barrera, 2010), les initiatives se sont multipliées ces dernières années chez les juristes, parfois en lien avec les débats actuels liés à l’autonomie des universités ou la rénovation de l’enseignement du droit dans un contexte de globalisation (Ancel et Heuschling, 2016 ; Jamin et Van Caeneghem, 2016).

Ce renouvellement des approches s’est fréquemment adossé à la question des disciplines juridiques. Il a également emprunté le chemin d’un intérêt pour le collectif enseignant. Siprojuris, la base de données bio-bibliographique des professeurs de droit français entre 1804 et 1950, rassemblant 600 individus, a vu le jour, fruit d’un travail collectif coordonné par Catherine Fillon. Ouvrant de nouvelles perspectives pour l’histoire sociale des élites juridiques, cet important déport prosopographique s’est doublé d’un renouvellement de la biographie intellectuelle des professeurs de droit, désormais moins préoccupée de décréter l’existence de « grands juristes » que de décrypter les mécanismes concrets d’accession à la « grandeur intellectuelle ». Enfin, cette nouvelle histoire des facultés de droit s’est souvent concentrée sur des aires géographiques particulières, ce qui a donné lieu à la création, en 2008, du Réseau européen pour l’histoire de l’enseignement du droit.

Le progrès de l’histoire de l’enseignement du droit est par conséquent substantiel pour ce qui concerne la période contemporaine. Ce cycle de journées d’études entend profiter de ces nouveaux acquis pour poursuivre le travail déjà accompli en interrogeant un phénomène peu investi jusqu’alors : l’histoire de l’enseignement du droit hors des frontières nationales aux XIXe et XXe siècles. Certes, l’époque contemporaine est marquée, par rapport au Moyen Âge, notamment, par une incontestable nationalisation du droit et de son enseignement, amorcée à l’époque moderne. A priori, l’on pourrait penser que le temps des pérégrinations académiques est révolu. À y regarder de plus près, toutefois, rien n’est moins sûr. Empruntant des formes variées, une dilatation certaine de l’espace académique français peut également être observée à l’époque contemporaine (Audren et Halpérin, 2013).

– Dans le cadre de l’expansion militaire ou coloniale tout d’abord, la métropole entend plaquer son modèle d’enseignement du droit dans le cadre d’institutions dédiées (facultés de droit dans les départements annexés par l’Empire napoléonien ; École de droit d’Alger, expansion universitaire vers le Levant avec les Écoles de droit du Caire ou de Beyrouth, École de droit d’Hanoï, etc.).

– En dehors du cadre « autoritaire » des régions militairement occupées ou colonisées ensuite, nombreux sont les professeurs de droit, surtout à partir de l’entre-deux-guerres, à promouvoir le droit français à l’étranger, dans le cadre d’une diplomatie culturelle bien comprise (conférences, cours au sein d’instituts culturels, etc.).

Cette appréhension transnationale de l’enseignement du droit se situe par conséquent à l’articulation d’un triple questionnement : la réflexion similaire venue des historiens d’autres disciplines, qui se sont également saisis de cette question ; le tournant historiographique vers l’histoire globale ou connectée, ainsi que vers la question des circulations, qui entend interroger, voire dépasser les cadres nationaux habituellement retenus pour écrire l’histoire ; la problématique actuelle de la dénationalisation/ globalisation de l’enseignement du droit, qui agite la doctrine.

Il nous a semblé qu’un tel questionnement relatif à l’enseignement du droit hors des frontières nationales était de nature à combler un vide historiographique important, tout en éclairant certains enjeux actuels de la globalisation de l’enseignement du droit. Par ailleurs, les contributions de collègues étrangers pouvant offrir un éclairage similaire dans leurs pays seront particulièrement appréciées. Ces trois journées d’études seront divisées thématiquement :

1) Lyon, décembre 2018 « Les lieux et les formes de l’enseignement juridique hors de la métropole »

 La première journée d’études est consacrée aux diverses modalités structurelles de l’enseignement du droit en dehors du cadre métropolitain. Si, dans ses colonies, un État peut finir par envisager de créer des facultés calquées sur le modèle de la métropole, il lui faut généralement faire preuve de davantage d’inventivité dans les territoires étrangers demeurés maîtres de leur souveraineté où, par surcroît, il peut être en concurrence avec d’autres États tout aussi désireux de promouvoir leur influence politique et juridique. L’éventail des multiples formes retenues, ponctuelles ou plus pérennes (des tournées de conférences, à la main-mise sur des écoles locales, en passant par la création d’instituts culturels…) mérite d’être précisé, mais aussi cartographié. Où ? Suivant quelles formes ? Selon quels partenariats et avec quels financements ? sont autant de questions auxquelles cette première journée souhaite apporter des réponses plus précises.

 2) Bordeaux, mars 2020 « Contenu et objectifs de l’enseignement juridique hors de la métropole »

 Cette deuxième journée d’études se concentrera sur la question des cours de droit dispensés hors de la métropole. Quels sont les objectifs de tels enseignements ? (former des élites locales ; apporter une connaissance du droit local aux étudiants français ; acculturer les populations conquises au droit français ; promouvoir la « grandeur » du droit français à l’étranger, etc.). En fonction des différents buts de ces cours, leur contenu diffère-t-il ? Enseigne-t-on de la même manière, par exemple, le droit civil français dans les colonies, dans les pays militairement conquis ou encore dans les instituts culturels à l’étranger ? Autrement dit, les professeurs de droit opèrent-ils une adaptation du contenu de leurs cours en fonction du contexte et/ ou du public auquel ils s’adressent ? C’est, par conséquent, la question des modalités intellectuelles de l’enseignement juridique hors de la métropole qui sera ici abordée.

 3) Aix-Marseille, 2021 « Les acteurs de l’enseignement juridique hors de la métropole »

Enfin, cette troisième journée d’études s’intéressera aux acteurs, qu’ils soient enseignants ou étudiants. Du côté des professeurs, les questionnements concernent, comme souvent dans les problématiques de l’exil durable ou temporaire, la question des profils, des parcours et des raisons, lorsqu’elles existent, qui encouragent à partir. Quelles sont les motivations de ces enseignants ? Matérielles ? Personnelles ? Idéologiques ? Qu’est-ce que l’expérience étrangère nous raconte de ces hommes et de ces femmes : est-elle la preuve d’une plus grande ouverture d’esprit ? A-t-elle des incidences sur leur façon de concevoir et d’enseigner le droit ? Peut-elle avoir un sens politique ?… En parallèle, des interrogations similaires se posent pour les étudiants, en tant qu’individus, mais également en tant que groupes. Les migrations estudiantines peuvent notamment avoir des conséquences sur les équilibres sociaux et culturels des États ou encore sur la circulation des savoirs. Afin de ne pas enfermer ces acteurs du droit dans des spécificités qui pourraient s’avérer trompeuses, nous encourageons leur remise en perspective dans le monde plus global de l’enseignement supérieur, ainsi que les approches comparées.

Bibliographie indicative

Coll., Actes des États généraux de la recherche sur le Droit et la Justice, Paris, Lextenso, 2018, voir en particulier les articles de la partie « professions juridiques et judiciaires ».

Ancel (P.) et Heuschling (L.) (dir.), La transnationalisation de l’enseignement du droit, Bruxelles, Larcier, 2016.

Audren (F.) et Halpérin (J.-L.), La culture juridique française entre mythes et réalités, XIXe-XXe siècles, Paris, CNRS éd., 2013.

Audren (F.), « Alma Mater sous le regard de l’historien du droit. Cultures académiques, formation des élites et identités professionnelles », in Krynen (J.) et d’Alteroche (B.) (dir.), L’histoire du droit en France. Nouvelles tendances, nouveaux territoires, Paris, Classiques Garnier, 2014, p. 145-172.

Bastier (J.), « L’enseignement du droit à Alger de 1879 à 1914 », in Nélidoff (Ph.) (dir.), Les facultés de droit de province au XIXe siècle, tome 1, Bilan et perspectives de la recherche, Toulouse, Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2009, p. 519-542.

Charle (Ch.), « Enseignement supérieur et expansion internationale (1870-1930). Des instituts pour un nouvel empire ? », in Heilbron (J.), Lenoir (R.) et Sapiro (G.) (dir.), Pour une histoire des sciences sociales. Hommage à Pierre Bourdieu, Paris, Fayard, 2004, p. 323-347.

Charle (Ch.), Schriewer (J.) et Wagner (P.) (dir.), Transnational Intellectual Networks. Forms of Academic Knowledge and the Search for Cultural Identities, Francfort, New York, Campus, 2004.

De Mari (E.), Fabre (M.), Renucci (F.), Cours d’histoire du droit colonial, UNJF (en ligne), leçon 10 « De la connaissance à la réorganisation du droit ».

Falconieri (S.), « Le « droit de la race ». Apprendre l’antisémitisme à la Faculté de droit de Paris (1940-1944) », Clio@themis. Revue électronique d’histoire du droit, n° 7, 2014 (en ligne).

Ferté (P.) et Barerra (C.) (dir.), Étudiants de l’exil. Migrations internationales et universités refuges (XVIe-XXe s.), Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2010.

Fillon (C.), « L’enseignement du droit, instrument et enjeu de la diplomatie culturelle française. L’exemple de l’Égypte au début du XXe siècle », Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle, n° 29 [La Belle Époque des juristes. Enseigner le droit dans la République], 2011/1, p. 123-144.

Fillon (C.), « Le Jésuite, l’Universitaire et le Politique : stratégies de recrutement du corps enseignant de l’École Française de droit de Beyrouth (1913-1939) », in Gaven (J.-C.) et Audren (F.) (dir.), Les facultés de droit de province aux XIXe et XXe siècles, tome 3, Les conquêtes universitaires, Toulouse, Presses Universitaires de Toulouse 1 Capitole, 2011, p. 115-138.

Gaillard (A.-M.) et (J.), Les enjeux des migrations scientifiques internationales. De la quête du savoir à la circulation des compétences, Paris, L’Harmattan, 1999.

Gonzalez (C.), « Education and Empire : Colonial Universities in Mexico, India and the United States », Research and Occasional Paper Series, CSHE-Berkeley, 2014 (en ligne).

Halary (Ch.), Les exilés du savoir. Les migrations scientifiques internationales et leurs mobiles, Paris, L’Harmattan, 1994.

Halpérin (J.-L.) (dir.), Paris, capitale juridique (1804-1950). Études de socio-histoire sur la Faculté de droit de Paris, Paris, Éditions rue d’Ulm, 2011.

Jamin (Ch.) et Van Caenegem (W.) (dir.), The Internationalisation of Legal Education, Switzerland, Springer, 2016.

Outre-Mers. Revue d’histoire, t. 105, n° 394-395 [Enseignement supérieur et universités dans les espaces coloniaux : histoire, comparaisons (du XIXe siècle aux indépendances)], 2017, coordonné par Hélène Charton et Marc Michel.

Picard (E.), « Étudiants et enseignants : du dossier individuel à la prosopographie », Revue administrative, 2007, p. 55-58 (en ligne sur HAL).

Ponthoreau (M.-Cl.) (dir.), La dénationalisation de l’enseignement juridique. Comparaisons des pratiques, Paris, Institut Universitaire Varenne, coll. « Colloques & Essais », 2016.

Singaravelou (P.), « L’enseignement supérieur colonial. Un état des lieux », Histoire de l’éducation, 122/2009, p. 71-92

Renucci (F.) (dir.), Dictionnaire des juristes ultramarins (XVIIIe-XXe siècles), rapport de recherche gip « Mission de recherche Droit et Justice », 2012.

Tronchet (G.), Savoirs en diplomatie. Une histoire sociale et transnationale de la politique universitaire internationale de la France (années 1870-années 1930), thèse de doctorat en histoire contemporaine, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2014.

Pour la première journée de Lyon, les propositions de communication, accompagnées d’un bref CV, sont à envoyer aux quatre organisatrices pour le 1er septembre 2018. La décision du comité d’organisation sera notifiée aux intervenants le 20 septembre.

Comité d’organisation

Silvia Falconieri (chargée de recherches CNRS, IMAF) : silviafalconieri@gmail.com

Catherine Fillon (professeur, Université Jean Moulin Lyon III) : catherine.fillon@univ-lyon3.fr

Laetitia Guerlain (maître de conférences, Université de Bordeaux) : laetitia.guerlain@u-bordeaux.fr

Florence Renucci (directrice de recherches CNRS, IMAF) : florence.renucci@univ-amu.fr

Comité scientifique

Frédéric Audren (directeur de recherches CNRS, École de droit de Sciences Po)

Isabelle Giraudou (professeur associée, Université de Tokyo)

Jean-Louis Halpérin (professeur, ENS)

Béatrice Jaluzot (maître de conférences, Sciences Po Lyon)

Emmanuelle Picard (maître de conférences, ENS Lyon)

Guillaume Tronchet (chercheur affilié à l’IHMC, ENS-Paris 1)

ARTICLE: Carlos Petit, Democracia y Derecho Mercantil

Democracia y Derecho Mercantil

Textos y contextos de Joaquín Garrigues, Nuevos hechos, nuevo Derecho de Sociedades Anónimas (1933)

Carlos Petit

 

 

in: Revista de Derecho Mercantil 307 (2018), pp. 187-208 

ABSTRACT

This article analyzes, from a historical perspective, the great event that the publication in 1933 of Joaquin Garrigues’ book “Nuevos hechos, nuevo Derecho de Sociedades Anónimas” meant for the transformation and modernization of Spanish company law.

BOOK: Rifrazioni anomale dell’idea di giustizia

Rifrazioni anomale dell’idea di giustizia

a cura di G. Rossi, D. Velo Dalbrenta, C. Pedrazza Gorlero

Ius in fabula. Collana di Studi su Diritto e Arti

Napoli: Esi, 2017 – ISBN 9788849534559

sito dell’editore

Veneranda e terribile quant’altre mai, l’idea di giustizia viene perlopiù trascurata, nelle sue implicazioni teoriche non meno che in quelle pratiche, proprio da coloro che pure dovrebbero farsene carico – per così dire – ex professo: i giuristi. Al contrario, questa stessa idea sembra aver sempre destato un grande interesse nelle lettere e nelle arti, che ce la riconsegnano in poliedriche narrazioni ed immagini divenute sovente archetipiche nell’ambito della stessa cultura giuridica. Forti di tale consapevolezza, e delle basilari acquisizioni ormai consolidatesi negli studi di Law & Literature, gli autori dei contributi raccolti nel presente volume si sono nello specifico cimentati con l’invincibile ambiguità di fondo che l’idea di giustizia, (ri)vissuta nelle forme della finzione artistica, può rivelare – o forse, di fatto, comunque rivela – al contatto con l’esperienza.

INDICE SOMMARIO

I. Sguardi introduttivi

Daniele Velo Dalbrenta, Come il lupo della favola. Storie di diritto, vite ed invenzione (per giuristi)
Giovanni Rossi, «Diritto e letteratura»: sul significato di un connubio di successo
Maria Paola Mittica, Diritto e letteratura. Tendenze e problemi

II. Giustizia e potere

Francesco D’Urso, Diritto, giustizia e potere nella tragedia Epizia del ferrarese Cinzio Giraldi
Bruno Méniel, Une question pour écrivains humanistes: quelle justice pour les sociétés de malfaiteurs?
Cecilia Pedrazza Gorlero, Rifrazioni della giustizia ne Le Comte de Monte-Cristo di Alexandre Dumas
Giovanni Tuzet, Giustizia ad ogni costo? Sul Michael Kohlhaas di H. von Kleist

III. Giustizia e processo

Giovanni Rossi, Alea iudiciorum. Le sentenze (in)appellabili del giudice Bridoye
Alberto Tedoldi, Il processo in musica nel Lohengrin di Richard Wagner
Marco Cavina, La dormeuse. Eutanasia sotto processo in alcuni romanzi fra ’800 e ’900
Daniele Velo Dalbrenta, La giustizia oltre la giustizia. Intorno a Sycamore Row di John Grisham

IV. Giustizia e immagini

Paolo Heritier, Tra il vero e il fatto: estetica della giustizia in Vico. Glosse sulla ‘Dipintura’ come ‘Idea dell’opera’ nella Scienza Nuova
Loredana Olivato, I molti volti della Giustizia. Per un itinerario iconografico
Aldo Andrea Cassi, Olimpo, Sinai, Golgota. «Rifrazioni anomale dell’idea di Giustizia» rilevate da una prospettiva orografico-antropologica

BOOK: Les juristes des Etats de Savoie (XVIe-XIXe siècles) Entre modèles nationaux et science européenne

Les juristes des Etats de Savoie (XVIe-XIXe siècles). Entre modèles nationaux et science européenne

Présentation

Le colloque « Les juristes des États de Savoie (XVIe-XIXe siècles) : Entre modèles nationaux et science européenne » est la huitième rencontre organisée dans le cadre du P.R.I.D.A.E.S. (Programme de Recherche sur les Institutions et le Droit des Anciens États de Savoie). Il s’est déroulé à Cuneo, en novembre 2014, à l’initiative du laboratoire ERMES (Université Côte d’Azur) et avec le concours du Dipartimento di Giurisprudenza de l’Università degli studi di Torino et de son siège de Cuneo.

Cet ouvrage, réunissant les actes de ce colloque, témoigne de l’importance de la science du droit et de l’activité judiciaire au sein de cette « monarchie juridique » que sont les États de Savoie, qu’il s’agisse simplement de l’exercice de fonctions juridictionnelles ou, de manière plus érudite, de la création du droit et de son utilisation au service de l’État ou de l’administration. En effet, ces juristes des États de Savoie ont pour caractéristique commune de s’être impliqués dans la pratique du « droit vivant » ou d’avoir mis leurs compétences au service de la couronne, un peu moins de s’être consacrés à une forme d’étude scientifique du droit qui leur aurait permis un rayonnement plus important. C’est sans doute la raison pour laquelle ils sont peut-être moins connus que d’autres, mais cela rend d’autant plus nécessaire l’existence du présent ouvrage.

Les communications rassemblées dans la première partie du volume, sous le titre « Figures de juristes, enseignement du droit et pratique judiciaire », permettent ainsi de présenter diverses personnalités, des plus modestes au plus connues à l’échelle européenne, mais dont le droit, pratiqué, enseigné ou diffusé, est le dénominateur commun. Sous le titre « Juristes et création du droit : doctrine, législation et codification », les articles de la seconde partie s’intéressent à une dimension davantage politique de nombreux juristes plus ou moins proches du pouvoir et impliqués dans l’activité jurisprudentielle ou normative.

Le résultat, qui vient opportunément combler un vide historiographique, tant en France qu’en Italie, constitue un ensemble stimulant pour les historiens du droit, mais également ceux qui s’intéressent à l’histoire des institutions, de la société, de la culture et de la vie politique, invités à ne pas négliger la spécificité des États de Savoie et réfléchir au comparatisme avec le système français.

PRIDAES , 386 pages. 30€

Parution : 03/2018
Editeur : Serre Editeur
ISBN : 978-2-8641-0641-8
Site de l’éditeur