Latest issue of the Cahiers Jean Moulin (n° 4, 2018, La dignité)

4 | 2018 : La dignité

Le mot dignité revêt essentiellement deux sens qui ont en commun d’animer le monde des idées politiques et de recevoir une expression juridique : la dignité des fonctions et la dignité humaine. Le mot présente alors « le tour de force de hiérarchiser les êtres et de les égaliser en même temps » (Cassia).

En proposant « la dignité » pour sujet d’étude de ce quatrième volume, les Cahiers Jean Moulin n’entendaient pas enfermer le thème dans une approche prédéfinie ou l’orienter vers une voie exclusive.

À l’heure de la publication, notons que la seconde dimension, celle de la dignité humaine, a davantage suscité l’intérêt, sans doute parce qu’elle correspond aux enjeux les plus contemporains et les plus disputés. Ce sont ainsi certains des territoires nouveaux de ce concept que le présent numéro propose d’explorer.

BOOK: Qu’est-ce qu’une discipline juridique ?

Qu’est-ce qu’une discipline juridique ? Fondations et recompositions des disciplines dans les facultés de droit

Frédéric AUDREN et Ségolène BARBOU DES PLACES (dir.)


L.G.D.J. (Contextes), 2018 – ISBN 978-2-275-04672-3

Comment les savoirs juridiques se constituent-ils en « disciplines » ? 
Quel rapport existe-t-il entre discipline, matière et branche du droit ? 
Quelles relations se nouent entre les divisions du droit, les catégories doctrinales, les exigences pédagogiques ou encore les divisions institutionnelles universitaires ? Comment distinguer entre la discipline juridique et les autres disciplines des sciences sociales ? Cet ouvrage, qui réunit les contributions de juristes, historiens, politistes et sociologues, est la première enquête d’ampleur sur la notion de discipline et son rôle dans les facultés de droit françaises. Les contributions présentées aident à comprendre les rapports qui se nouent entre le fond du droit positif, les savoirs juridiques, la communauté académique et les éléments institutionnels environnants. Elles éclairent, par conséquent, les mutations du paysage disciplinaire juridique contemporain et sa remise en cause sous l’effet de la montée de l’interdisciplinarité et de la « recherche par projet ». 

Sous la direction de Frédéric Audren et Ségolène Barbou des Places, avec les contributions de Pascal Ancel, Julie Bailleux, Loïc Cadiet, Véronique Champeil-Desplats, Jean-Pascal Chazal, Jacques Chevallier, Jean-Louis Fabiani, Catherine Fillon, Benoit Frydman, Pascale Gonod, Nader Hakim, Jean-Louis Halpérin, Daniel Jutras, Danièle Lochak, Rémy Libchaber, Laurent Mucchielli, Horatia Muir Watt, Emmanuelle Picard, Sébastien Pimont, Guillaume Richard, Ruth Sefton-Green, Denys Simon et Patrick Wachsmann.

Publisher’s website

Have a look at the book here

WORKSHOP: Formation des juristes, professions judiciaires

Formation des juristes, professions judiciaires.
Débats historiographiques et perspectives de recherches (France – Belgique, 19e-20esiècles)

Vendredi 14 décembre 2018
Université Libre de Bruxelles 
Centre d’histoire du droit et d’anthropologie juridique

Frédéric Audren (CNRS/Sciences Po) – Jérôme de Brouwer (Université libre de Bruxelles)



Book: Il figlio del rabbino

Il figlio del rabbino 
Lodovico Mortara, storia di un ebreo ai vertici del Regno d’Italia

Massimiliano Boni

Roma: Viella, 2018 – ISBN: 9788833130286

Publisher’s website https://www.viella.it/libro/9788833130286

Brillante avvocato, acclamato universitario, potente magistrato, ambizioso politico, Lodovico Mortara (1855-1937) ha attraversato da protagonista buona parte dell’età liberale, prima che i colpi del fascismo portassero al crepuscolo un intero establishment.

Figlio del rabbino di Mantova, nato cittadino austriaco, Mortara si affermò come maestro della procedura civile del nuovo Stato unitario, fino a diventare presidente della Cassazione romana, ossia “primo magistrato d’Italia”. A lungo amico intimo di Nitti, nel suo primo governo ne divenne ministro Guardasigilli. Anche se la morte gli evitò di subire la persecuzione delle leggi razziali, lo stesso non fu per la sua famiglia, tra cui il figlio Giorgio, statistico di fama internazionale, e la figlia Nella, libera docente in fisica sperimentale all’Università di Roma.

Il volume illustra i primi passi di Mortara nel mondo forense; la fama accademica raggiunta a Pisa e Napoli, e gli scontri con Scialoja e Chiovenda; l’improvviso passaggio in magistratura, segnato dal voto concesso alle donne e dalla lotta per conquistare lo scranno della Cassazione; il percorso politico, caratterizzato da una lunga serie di riforme nel campo della giustizia civile e penale. Una sezione a parte, infine, è dedicata all’ebraicità di Mortara, e ai suoi rapporti con il mondo ebraico italiano, di cui fu, anche nei momenti di maggiore e aspro dissenso, uno dei più importanti esponenti dell’epoca.

  • Premessa
  • 1. Il contesto storico e familiare (1855-1873)
    • 1. Mantova nel XIX secolo
    • 2. La figura del padre
  • 2. L’ingresso nella scena pubblica: da avvocato di provincia a pontefice del diritto (1874-1902)
    • 1. L’esercizio della professione legale
    • 2. Maestro di procedura
    • 3. L’apogeo scientifico
    • 4. La direzione della «Giurisprudenza italiana»
    • 5. La riforma del processo sommario
    • 6. L’incredibile abbandono della cattedra
  • 3. Gli anni della magistratura (1903-1923)
    • 1. Una nuova vita
    • 2. Membro libero del Grande Oriente d’Italia
    • 3. In Corte d’Appello: il voto alle donne
    • 4. Procuratore generale della Cassazione romana: le inaugurazioni dell’anno giudiziario
    • 5. Primo presidente di Cassazione: la lotta per la nomina
    • 6. Segue. La presidenza Mortara
    • 7. Segue. L’epurazione del 1923: il caso dei decreti legge
    • 8. Epilogo: la messa a riposo di un magistrato scomodo
  • 4. L’attività politica
    • 1. Consigliere comunale a Mantova; scritti politici; contro il dispotismo illuminato
    • 2. L’amicizia con Nitti. Il carteggio
    • 3. Lo scandalo del Palazzaccio
    • 4. Commissario per il dopoguerra
    • 5. L’homo novus a capo del ministero
    • 6. L’attività di legislatore: la riforma del processo penale e quella mancata del processo civile
    • 7. In Senato
    • 8. I rapporti con il fascismo
    • 9. Il declino dell’astro
  • 5. I rapporti con il mondo ebraico
    • 1. Una nuova minaccia: il sionismo (1897)
    • 2. Il Comune ebraico di Firenze (1920)
    • 3. L’organizzazione giuridica delle comunità israelitiche (1930)
  • 6. I Mortara dopo Mortara (1938-1943)
    • 1. Una famiglia in fuga
    • 2. L’esilio di Giorgio
    • 3. La resistenza di Nella e Silvia
  • Conclusioni
    • 1. Ragione, senso pratico, giustizia
    • 2. Il suo lascito
    • 3. L’identità ebraica
  • Riferimenti bibliografici
  • Indice dei nomi

BOOK: James Bryce y los fundamentos intelectuales del internacionalismo liberal (1864-1922)

James Bryce y los fundamentos intelectuales del internacionalismo liberal (1864-1922)

Héctor Domínguez Benito

James Bryce y los fundamentos intelectuales del internacionalismo liberal

(Madrid, Centro de Estudios Políticos y Constitucionales, 2018)

ISBN: 978-84-259-1770-7

http://www.cepc.gob.es/publicaciones/libros/colecciones?IDP=2720

Este libro se acerca al ambiente intelectual en el que los juristas anglo-americanos, buena parte de ellos procedentes la tradición iusconstitucionalista, se embarcaron en un debate sobre el deber ser del derecho internacional que terminó dando lugar a la creación de la Sociedad de Naciones. La obra se centra en la figura del jurista británico James Bryce (1838-1922), uno de los ideólogos del federalismo imperial, quien terminaría debatiendo con personajes como Woodrow Wilson, Abbott Lowell, William Howard Taft o Goldsworthy Lowes Dickinson la conformación de un nuevo derecho internacional durante la I Guerra Mundial. La novedad de este libro respecto de otros aportes sobre internacionalismo liberal es el hecho de que no se construye sobre el período de entreguerras, sino que se abordan las raíces victorianas de la mentalidad iusinternacionalista de principios del siglo XX, explorando el rol de los saberes jurídicos en la Universidad de Oxford, donde Bryce fue Regius Professor of Civil Law, desde finales del siglo XIX.

BOOK: Legal Literacy in Premodern European Societies

Legal Literacy in Premodern European Societies

Mia Korpiola (ed.)

Legal Literacy in Premodern European Societies

Palgrave Macmillan: 2019

ISBN 978-3-319-96862-9

Publisher’s website https://www.palgrave.com/us/book/9783319968629

​This book analyses the legal literacy, knowledge and skills of people in premodern and modernizing Europe. It examines how laymen belonging both to the common people and the elite acquired legal knowledge and skills, how they used these in advocacy and legal writing and how legal literacy became an avenue for social mobility. Taking a comparative approach, contributors consider the historical contexts of England, Finland, France, Germany, Italy and Sweden.
This book is divided into two main parts. The first part discusses various groups of legal literates (scriveners, court of appeal judges and advocates) and their different paths to legal literacy from the Middle Ages to the nineteenth century. The second part analyses the rise of the ownership and production of legal literature – especially legal books meant for laymen – as means for acquiring a degree of legal literacy from the eighteenth to the early twentieth century.

Virtual Exhibition: Des facultés sur le front du droit

Des facultés sur le front du droit. Toulouse et Paris dans la Grande Guerre est en ligne  http://expo-grande-guerre-biu-cujas.univ-paris1.fr/

Sous la direction de Anne-Sophie Chambost, Florent Garnier et Alexandra Gottely

Saisir et comprendre la Grande Guerre à travers une communauté de juristes et leurs idées au sein de deux facultés de droit, Paris et Toulouse, est l’ambition affichée par cette exposition virtuelle. Elle participe à sa manière, en relation avec ce média spécifique, d’une réflexion renouvelée autour de la Première Guerre mondiale et du droit, plus largement d’un moment de la science juridique française dans son environnement européen à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle. Elle propose ainsi de s’attacher à ces deux institutions dans la Grande Guerre, aux hommes engagés dans le conflit (étudiants et professeurs), à leurs mobilisations dans la guerre du droit ainsi qu’à leur engagement mémoriel et pour la construction de la paix. Par les possibilités cumulatives offertes par le numérique, cette exposition se veut aussi un appel à contribution pour prolonger la présentation de l’implication des facultés sur le front du droit à d’autres facultés de droit.

L’exposition virtuelle “Des facultés sur le front du droit. Paris et Toulouse dans la Grande Guerre” a obtenu le label de la Mission du centenaire. Elle est organisée par le Centre toulousain d’histoire du droit et des idées politiques (EA 789), la Mission centenaire, la bibliothèque interuniversitaire Cujas, et le CERCRID UMR 5137 (équipe Sciences, Innovation et Démocratie).


Call: Second ESCLH postgraduate conference

Second Postgraduate Conference in Comparative Legal History 27–29 June 2019, Augsburg University, Germany
Call for Papers

The European Society for Comparative Legal History (ESCLH) is pleased to announce its Second Postgraduate Conference. The ESCLH invites PhD-students (beyond their first year) and post-doc- toral-researchers who work in the field of comparative legal history to participate in the conference. The conference will be held from 27 to 29 June 2019 at Augsburg University, Germany.

Appel à contributions : Populariser l’enseignement du droit, de l’économie politique et de l’économie sociale au XIXe siècle (1814-1914). Jalons pour une recherche


Dossier Études sociales, 2020/2

Ce dossier des Études socialesse situe à la croisée de deux champs de recherches en pleine expansion : l’histoire de l’enseignement du droit et de l’économie politique et/ou sociale d’une part, et celui de l’histoire de l’éducation populaire de l’autre. 

L’histoire de l’éducation populaire, en premier lieu, longtemps cantonnée à une histoire internaliste et mémorielle, s’est peu à peu abstraite de cette dimension militante (Richez, 2004) pour se faire davantage historienne, comme en témoignent un certain nombre de travaux récents (Christen, 2013, 2014a et 2014b ; Besseet Christen, 2017). En second lieu, l’histoire de l’enseignement de l’économie politique, matière introduite dans les facultés de droit en 1864 avant son autonomisation progressive, a fait l’objet d’une thèse pionnière (Le Van-Lemesle, 2004).Cet enseignement peut être saisi à travers la dimension originelle que lui confère Walras(1879), qui s’apparente à « l’étude du mécanisme et des effets de la libre concurrence absolue en matière d’échange, de production, de capitalisation ». Il peut l’être tout autant à travers l’alternative qu’il lui oppose, l’économie sociale, entendue comme la « recherche des principes de justice suivant lesquels doit s’effectuer la répartition de la richesse entre les individus et l’État par la propriété et l’impôt » (sur ce concept, Lekéal, 2004). Quant à l’histoire de l’enseignement juridique, elle s’est petit à petit extraite de l’histoire des doctrines juridiques avec laquelle elle s’était longtemps confondue, pour s’ouvrir à une socio-histoire ayant permis de nombreux progrès, comme en témoigne la multiplication récente de travaux individuels et de projets collectifs (pour un panorama, Audren, 2014). 

Or, l’histoire de l’enseignement du droit et de l’économie politique et/ou sociale a longtemps privilégié l’enseignement supérieur,qu’il s’agisse des universités ou des grandes écoles. Ce dossier propose ainsi de combler un vide historiographique important : celui de l’enseignement populaire du droit et de l’économie politique et sociale au xixesiècle. Ce projet entend par conséquent prendre place au sein de la littérature déjà existante relative à l’éducation populaire et s’appuyer sur ses acquis (pour un panorama, Poujol, 1981). Malgré son caractère polysémique (Martin,2010 et Besse, Chateigneret Ihaddadene, 2016), l’éducation populaire recouvre en général« toutes les formes d’éducation non scolaire, souvent “complémentaires” de l’école, qui ciblent aussi bien les enfants que les jeunes adultes appartenant aux milieux ouvriers et ruraux et aux classes moyennes »(Martin, 2010). Il faut de ce point de vue distinguer l’éducation populaire de l’enseignement technique ou professionnel. La première, se caractérisant par une dimension non-utilitaire marquée (qui reste cependant à évaluer plus finement), dispenserait des savoirs civiques, politiques ou culturels, tandis que le second, défini comme « l’ensemble des dispositifs de formation initiale destinés à préparer au monde du travail »(Lembré, 2017), privilégierait des savoirs directement utiles dans le monde professionnel (Besse, Chateigneret Ihaddadene, 2016). Même si les frontières entre ces deux catégories ne sont naturellement pas parfaitement étanches, seront exclus de ce dossier l’enseignement du droit et de l’économie politique dans le cadre de formations professionnelles. Dans le sillage des travaux récents consacrés aux littératures populaires du droit (Guerlainet Hakim, à paraître), ce dossier se propose de poser quelques premiers jalons relatifs à l’histoire de l’enseignement du droit et de l’économie politique et/ou sociale hors du cadre scolaire au sens large (qu’il s’agisse de l’enseignement secondaire ou supérieur), c’est-à-dire de s’intéresser à la vulgarisation de ces savoirs, entendue comme leur transmission à un public profane. 

Si ce dossier entend s’appuyer sur les acquis de l’histoire de l’éducation populaire et industrielle, il souhaite également souligner la spécificité des savoirs juridiques et économiques. Ceux-ci, en effet, loin de revêtir une simple dimension cognitive, se caractérisent au contraire par leur caractère performatif marqué (Chatel, 2015). En outre, droit et économie politique et/ou sociale apparaissent à la fois comme deux savoirs porteurs d’enjeux politiques et sociaux particulièrement accusés. L’historiographie a depuis longtemps souligné le potentiel subversif et (ou parce que) émancipateur du droit (Israël, 2004) comme de l’économie politique, (Le Van-Lemesle, 1980) en particulier lorsqu’elle se décline sous la forme d’une économie dite sociale (Lévy, 1974). Ce dossier aura pour bornes chronologiques le longxixesiècle, de la Restauration, date des premiers cours pour adultes (Christen, 2014) jusqu’à la Première Guerre mondiale, l’entre-deux-guerres apparaissant comme une période de profond bouleversement et de prise en charge étatique de plus en plus poussée de l’éducation populaire qui nécessiterait un traitement différent.

Dans le cadre de ce vaste chantier, plusieurs pistes pourront être explorées. 

Les lieux et les acteurs de la transmission des savoirs juridiques et économiques au xixesiècle

Où enseigne-t-on le droit et l’économie politique et/ou sociale hors des cadres scolaires au xixesiècle ? Il s’agit d’entamer une cartographie de ces enseignements à destination des profanes. Quelle est la place du droit et de l’économie politique et/ou sociale au Collège de France, au CNAM, dans les coopératives, dans les syndicats et bourses du travail, dans les conférences organisées par les Chambres de commerce, dans les cours du soir pour ouvriers adultes, dans les conférences et universités populaires, dans les causeries anarchistes, chez les saint-simoniens, dans les phalanstères et les familistères, au sein des municipalités socialistes (pour contrecarrer les cours dispensés dans le cadre du paternalisme patronal), au sein d’associations dédiées à l’éducation populaire (Association polytechnique, Société pour l’instruction élémentaire, Ligue de l’enseignement, etc.) ou encore au sein d’œuvres confessionnelles ou réformatrices (patronages de jeunes adultes, Société des conférences de Saint-Vincent-de-Paul, Cercles catholiques d’ouvriers, Semaines sociales, Unions chrétiennes de jeunes gens, mouvement leplaysien, Sillon de Marc Sangnier, Association catholique de la jeunesse française, etc.) ? 

–       Du côté du droit, on sait, par exemple, que des cours populaires étaient dispensés aux ouvriers pendant la Commune, ou encore qu’un petit nombre de juristes, avocats ou professeurs de droit, s’est engagé dans le mouvement des universités populaires (Audrenet Halpérin, 2013). Les membres du mouvement leplaysien ou des Semaines sociales donnaient également fréquemment des conférences de droit et d’économie politique et sociale, tandis que le « droit usuel » était enseigné dans quantité d’associations dédiées à l’éducation populaire.

–       Du côté de l’économie, on connaît les entreprises des économistes libéraux destinées à promouvoir le libre-échangisme, comme les conférences de Jean-Baptiste Say à l’Athénée, à destination toutefois d’un public issu de la bourgeoisie libérale et cultivée ou encore la tournée de conférences de Frédéric Passy, dans les années 1860, devant un public mi-bourgeois, mi-populaire (Le Van-Lemesle, 2004). Des conférences d’économie politique étaient également organisées dans le cadre des Chambres de commerce, de l’Association polytechnique, de l’Association philotechnique, etc. (Le Van-Lemesle, 1980). Quant à l’économie sociale, sa rivalité avec l’économie politique se joue précisément dans ces cours extra-universitaires : on connaît ainsi les tentatives de certains personnages pour promouvoir un enseignement populaire d’économie politique et sociale, comme par exemple celle de l’ingénieur leplaysien Jules Michel à Lyon, qui enseigne aux ateliers Gillet pendant 25 ans.

De manière plus générale cependant, ces multiples entreprises de diffusion des savoirs juridiques et économiques restent à compléter et préciser. C’est dire qu’on s’interrogera également sur les acteurs de la diffusion de ces savoirs, grands noms ou foule des inconnus (professeurs de droit et d’économie politique, praticiens du droit, syndicalistes, instituteurs, etc.). Qui sont ces enseignants de l’ombre qui dispensent un savoir juridico-économique à des profanes, ni étudiants en droit ou en économie, ni juristes ou économistes de profession ? D’une discipline à l’autre, le profil socio-économique du public qui assiste à ces enseignements évolue-t-il ? Comment se marque la présence des femmes ?

Objectifset temporalitésde la transmission des savoirs juridiques et économiques au xixesiècle

Quels objectifs poursuit-on lorsqu’on entreprend de transmettre un savoir juridique ou économique à des profanes ? De la part des élites, catholiques comme philanthropiques, dispenser quelques saines notions de droit et d’économie à des profanes peut avoir pour finalité, dans le contexte de l’émergence de la question sociale, de moraliser et de domestiquer les classes populaires. Elle peut aussi, – et ce sera surtout le cas à partir de la IIIeRépublique –, viser à atteindre l’idéal républicain d’émancipation de l’homme par l’instruction et à acculturer le peuple à la démocratie. De la part des milieux syndicaux ou ouvriers, dispenser des rudiments de droit et d’économie politique et sociale obéit, on s’en doute, à des objectifs très différents : apprendre à connaître et défendre ses droits ou encore promouvoir un discours économique différent. Dès lors, ces enseignements ont-ils un « simple » but d’instruction ou prennent-ils place la forme d’un militantisme assumé ? (républicain, socialiste, catholique, libre-échangiste, etc). Quelles cultures juridique et économique ces enseignements véhiculent-ils ? Quel est le sens de cette appropriation et de cette transmission des savoirs juridico-économiques aux profanes ? Ces enseignements sont-ils destinés à fournir un minimum de notions pratiques directement utilisables ou au contraire à former des citoyens aux vertus civiques et à acculturer les classes populaires au respect du droit et du libéralisme économique dominant du xixesiècle ? 

C’est dire qu’il s’agira d’éclairer les enjeux sociaux, idéologiques et politiques mouvants de ces enseignements dans ce long xixesiècle. Le choix de la longue durée permettra peut-être de dégager des temporalités différentes dans la forme (privée ou étatique ; nationale ou locale) et dans les objectifs (moraliser, instruire, émanciper) de la transmission de ces savoirs. 

Contenu et modalités de la transmission des savoirs juridiques et économiques au xixesiècle.

La question du contenu et des modalités de transmission des savoirs juridiques et économiques doit également être interrogée, tant dans ses aspects pédagogiques que matériels. Au point de vue pédagogique tout d’abord, une discipline comme le droit, caractérisée par un vocabulaire très spécifique dont on a souvent relevé combien il pouvait paraître sibyllin aux yeux des non-juristes, nécessite un effort d’adaptation à un public profane. Comment transmettre des rudiments de droit à des personnes n’ayant pas l’habitude de manier la langue si spécifique des juristes ? Dès lors, le contenu des cours est-il adapté ou délivré tel quel ? Des techniques pédagogiques spécifiques sont-elles mises en place pour conserver un auditoire volontiers fuyant ? Des thèmes sont-ils privilégiés pour intéresser, retenir et édifier l’auditoire (par exemple, pour les ouvriers : la propriété, la famille, l’étude des lois sociales, le rapport du capital et du travail ou les enjeux de la lutte des classes) ? 

D’un point de vue matériel ensuite, dans quel cadre et selon quelles structures s’organisent ces enseignements populaires (clubs, associations, syndicats) ? Où, comment, à quel rythme les cours sont-ils organisés pour attirer l’auditoire visé (cafés, salles de spectacles, cabinets de lecture, bourses du travail ; l’entrée est-elle libre ou soumise au versement d’une cotisation) ? Ces enseignements relèvent-ils simplement de l’oralité ou reçoivent-ils un prolongement éditorial (comptes rendus dans la presse ou publication de fascicules) ?

C’est dire que ce vaste chantier, loin d’adopter un point-de-vue interne à l’histoire du droit et à l’histoire économique, entend à l’inverse dialoguer avec l’histoire de l’éducation populaire, afin s’emparer pleinement des enjeux de la vulgarisation des savoirs juridiques et économiques au xixesiècle. Saisir la transmission du droit et de l’économie politique et/ou sociale dans la Cité : telle pourrait être, synthétisée en une formule, l’ambition de ce dossier.

Celui-ci souhaiterait idéalement proposer une analyse multi-scalaire : panorama global de ces enseignements dans une ville particulière ; études de cas d’enseignements juridiques et économiques au sein d’une institution ou d’une association donnée ; études de cas autour d’acteurs particuliers ou au contraire perspectives prosopographiques plus larges ; articulation entre discours théorique au sujet de ces enseignements et pratique concrète à travers un indispensable travail archivistique. 

Modalités pratiques

Les propositions d’articles sont à envoyer, accompagnées d’un bref CV, aux trois coordinateursdu dossieravant le 15 octobre 2019. Les articles retenus seront présentés lors d’une journée d’étude organisée l’Université de Lille 2 en avril 2020. Ils seront ensuite présentés pour évaluation à la revue le 15 mai 2020. Ils feront alors l’objet d’une double évaluation à l’aveugle par le comité de rédaction des Études sociales, comme l’exigent les règles de la revue. Ils peuvent alors être acceptés sans modification, acceptés sous réserve de modifications ou refusés.

Anne-Sophie Chambost : anne.sophie.chambost@univ-st-etienne.fr

Laetitia Guerlain : laetitia.guerlain@u-bordeaux.fr

Farid Lekéal : farid.lekeal@univ-lille.fr

Bibliographie indicative

Audren(F.), 2014. « Alma Mater sous le regard de l’historien du droit. Cultures académiques, formation des élites et identités professionnelles », inKrynen(J.) et d’Alteroche(B.) (dir.), L’histoire du droit en France. Nouvelles tendances, nouveaux territoires, Paris, Classiques Garnier, p. 145-172.

Audren(F.) et Halpérin(J.-L.), 2013. La culture juridique française entre mythes et réalités, xixe-xxesiècles, Paris, CNRS éd.

Besse(L.), 2010. « Éducation populaire », inDelporte(C.), Mollier(J.-Y.) et Sirinelli(J.-F.) (dir.), Dictionnaire d’histoire culturelle de la France contemporaine, Paris, PUF.

Besse(L.), Chateigner(F.) et Ihaddadene(F.), 2016. « L’éducation populaire », Savoirs. Revue internationale de recherches en éducation et formation des adultes, n° 42 [Éducation populaire], 3, p. 11-49.

Besse(L.) et Christen(C.) (dir.), 2017. Histoire de l’éducation populaire 1815-1945. Perspectives françaises et internationales, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion. 

Cacérès(B.), 1964. Histoire de l’éducation populaire, Paris, Seuil.

Chatel(E.), 2015. « Pour une histoire et une sociologie de l’enseignement de l’économie », Éducation et sociétés, n° 35, 1, p. 5-21.

Christen(C.), 2013. « L’éducation populaire sous la Restauration et la monarchie de Juillet », La Révolution française. Cahiers de l’Institut d’histoire de la Révolution française, n° 4, p. 1-16.

Christen(C.), 2014. « Jalons pour une histoire de l’éducation industrielle destinée aux ouvriers adultes au xixesiècle », Les Études sociales, n° 159 [L’éducation industrielle et les savoirs enseignés aux ouvriers adultes en France (1800-1870)], p. 3-9.

Dintzer(L.) 1961. « Le mouvement des universités populaires », Le mouvement social, avril-juin, p. 3-38.

Guerlain (L.)et Hakim (N.) (dir.), à paraître. Le sacré et le profane : les littératures populaires du droit, Paris, Lextenso.

Guerlain(L.) et Hakim (N.), à paraître. « Acquiring legal literacy : popular legal literature in 19thcentury France », in Korpiola(M.) (dir.), Learning law by doing. Exploring legal literacy in premodern societies, New York, Palgrave Macmillan.

Israël, 2004. L’arme du droit, Paris, Presses de Sciences Po.

Lee(E.), 2016. Au plaisir de savoir : l’invention des conférences populaires : Paris 1860-1914, Thèse EHESS.

Lekéal(F.), 2004. « Opacité conceptuelle et difficulté d’identification matérielle de l’économie sociale : approche historique », Cahiers de l’Institut Régional du Travaild’Aix-Marseille, n° 12 [Histoire du contrat de travail], p. 109-118.

Lembré(S.), 2017. « L’enseignement professionnel et la culture ouvrière sous la IIIeRépublique », Mil Neuf Cent. Revue d’histoire intellectuelle, n° 35, 1, p. 41-59.

Le Van-Lemesle(L.), 1980. « La promotion de l’économie politique en France au xixesiècle, jusqu’à son introduction dans les Facultés (1815-1881) », Revue d’histoire moderne et contemporaine, tome 27, n° 2, avril-juin, p. 270-294.

Le Van-Lemesle(L.), 2004. Le Juste ou le riche, l’enseignement de l’économie politique 1815-1950, Paris, Comité de l’histoire économique et financière de la France.

Lévy(E.), 1974. « Signification et perspectives de l’économie sociale », Revue économique, 25-4 [Mélanges Jean Lhomme. Économie sociale], p. 547-577.

Mayeur F., 1981. Histoire générale de l’enseignement et de l’éducation en France, Paris, Perrin (rééd. Coll. Tempus, 2004).

Martin(J.-P.), 2010. « Éducation populaire », inJacquet-Francillon(F.), Enfer(R. d’) et Loeffel(L.) (dir.), Une histoire de l’école : anthologie de l’éducation et de l’enseignement en France, xviiie-xxesiècles, Paris, Retz, p. 197-204.

Mercier(L.), 1986. Les universités populaires, 1899-1914 : éducation populaire et mouvement ouvrier au début du siècle, Paris, Les éditions ouvrières.

Poujol(G.), 1981. L’éducation populaire : histoires et pouvoirs, Paris, Les éditions ouvrières.

Richez(J.-C.), 2004. « La mémoire légendaire de l’éducation populaire », Pour, n° 181, p. 106-114.

Terrot(N.), 1997. Histoire de l’éducation des adultes en France. La part de l’éducation des adultes dans la formation des travailleurs (1789-1971), Paris, L’Harmattan.

Walras(L.), 1987. Œuvres économiques complètes, Vol. VII,Mélanges d’économie politique et sociale, Paris, Economica.