BOOK: Legal Literacy in Premodern European Societies

Legal Literacy in Premodern European Societies

Mia Korpiola (ed.)

Legal Literacy in Premodern European Societies

Palgrave Macmillan: 2019

ISBN 978-3-319-96862-9

Publisher’s website https://www.palgrave.com/us/book/9783319968629

​This book analyses the legal literacy, knowledge and skills of people in premodern and modernizing Europe. It examines how laymen belonging both to the common people and the elite acquired legal knowledge and skills, how they used these in advocacy and legal writing and how legal literacy became an avenue for social mobility. Taking a comparative approach, contributors consider the historical contexts of England, Finland, France, Germany, Italy and Sweden.
This book is divided into two main parts. The first part discusses various groups of legal literates (scriveners, court of appeal judges and advocates) and their different paths to legal literacy from the Middle Ages to the nineteenth century. The second part analyses the rise of the ownership and production of legal literature – especially legal books meant for laymen – as means for acquiring a degree of legal literacy from the eighteenth to the early twentieth century.

Virtual Exhibition: Des facultés sur le front du droit

Des facultés sur le front du droit. Toulouse et Paris dans la Grande Guerre est en ligne  http://expo-grande-guerre-biu-cujas.univ-paris1.fr/

Sous la direction de Anne-Sophie Chambost, Florent Garnier et Alexandra Gottely

Saisir et comprendre la Grande Guerre à travers une communauté de juristes et leurs idées au sein de deux facultés de droit, Paris et Toulouse, est l’ambition affichée par cette exposition virtuelle. Elle participe à sa manière, en relation avec ce média spécifique, d’une réflexion renouvelée autour de la Première Guerre mondiale et du droit, plus largement d’un moment de la science juridique française dans son environnement européen à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle. Elle propose ainsi de s’attacher à ces deux institutions dans la Grande Guerre, aux hommes engagés dans le conflit (étudiants et professeurs), à leurs mobilisations dans la guerre du droit ainsi qu’à leur engagement mémoriel et pour la construction de la paix. Par les possibilités cumulatives offertes par le numérique, cette exposition se veut aussi un appel à contribution pour prolonger la présentation de l’implication des facultés sur le front du droit à d’autres facultés de droit


Call: Second ESCLH postgraduate conference

Second Postgraduate Conference in Comparative Legal History 27–29 June 2019, Augsburg University, Germany
Call for Papers

The European Society for Comparative Legal History (ESCLH) is pleased to announce its Second Postgraduate Conference. The ESCLH invites PhD-students (beyond their first year) and post-doc- toral-researchers who work in the field of comparative legal history to participate in the conference. The conference will be held from 27 to 29 June 2019 at Augsburg University, Germany.

Appel à contributions : Populariser l’enseignement du droit, de l’économie politique et de l’économie sociale au XIXe siècle (1814-1914). Jalons pour une recherche


Dossier Études sociales, 2020/2

Ce dossier des Études socialesse situe à la croisée de deux champs de recherches en pleine expansion : l’histoire de l’enseignement du droit et de l’économie politique et/ou sociale d’une part, et celui de l’histoire de l’éducation populaire de l’autre. 

L’histoire de l’éducation populaire, en premier lieu, longtemps cantonnée à une histoire internaliste et mémorielle, s’est peu à peu abstraite de cette dimension militante (Richez, 2004) pour se faire davantage historienne, comme en témoignent un certain nombre de travaux récents (Christen, 2013, 2014a et 2014b ; Besseet Christen, 2017). En second lieu, l’histoire de l’enseignement de l’économie politique, matière introduite dans les facultés de droit en 1864 avant son autonomisation progressive, a fait l’objet d’une thèse pionnière (Le Van-Lemesle, 2004).Cet enseignement peut être saisi à travers la dimension originelle que lui confère Walras(1879), qui s’apparente à « l’étude du mécanisme et des effets de la libre concurrence absolue en matière d’échange, de production, de capitalisation ». Il peut l’être tout autant à travers l’alternative qu’il lui oppose, l’économie sociale, entendue comme la « recherche des principes de justice suivant lesquels doit s’effectuer la répartition de la richesse entre les individus et l’État par la propriété et l’impôt » (sur ce concept, Lekéal, 2004). Quant à l’histoire de l’enseignement juridique, elle s’est petit à petit extraite de l’histoire des doctrines juridiques avec laquelle elle s’était longtemps confondue, pour s’ouvrir à une socio-histoire ayant permis de nombreux progrès, comme en témoigne la multiplication récente de travaux individuels et de projets collectifs (pour un panorama, Audren, 2014). 

Or, l’histoire de l’enseignement du droit et de l’économie politique et/ou sociale a longtemps privilégié l’enseignement supérieur,qu’il s’agisse des universités ou des grandes écoles. Ce dossier propose ainsi de combler un vide historiographique important : celui de l’enseignement populaire du droit et de l’économie politique et sociale au xixesiècle. Ce projet entend par conséquent prendre place au sein de la littérature déjà existante relative à l’éducation populaire et s’appuyer sur ses acquis (pour un panorama, Poujol, 1981). Malgré son caractère polysémique (Martin,2010 et Besse, Chateigneret Ihaddadene, 2016), l’éducation populaire recouvre en général« toutes les formes d’éducation non scolaire, souvent “complémentaires” de l’école, qui ciblent aussi bien les enfants que les jeunes adultes appartenant aux milieux ouvriers et ruraux et aux classes moyennes »(Martin, 2010). Il faut de ce point de vue distinguer l’éducation populaire de l’enseignement technique ou professionnel. La première, se caractérisant par une dimension non-utilitaire marquée (qui reste cependant à évaluer plus finement), dispenserait des savoirs civiques, politiques ou culturels, tandis que le second, défini comme « l’ensemble des dispositifs de formation initiale destinés à préparer au monde du travail »(Lembré, 2017), privilégierait des savoirs directement utiles dans le monde professionnel (Besse, Chateigneret Ihaddadene, 2016). Même si les frontières entre ces deux catégories ne sont naturellement pas parfaitement étanches, seront exclus de ce dossier l’enseignement du droit et de l’économie politique dans le cadre de formations professionnelles. Dans le sillage des travaux récents consacrés aux littératures populaires du droit (Guerlainet Hakim, à paraître), ce dossier se propose de poser quelques premiers jalons relatifs à l’histoire de l’enseignement du droit et de l’économie politique et/ou sociale hors du cadre scolaire au sens large (qu’il s’agisse de l’enseignement secondaire ou supérieur), c’est-à-dire de s’intéresser à la vulgarisation de ces savoirs, entendue comme leur transmission à un public profane. 

Si ce dossier entend s’appuyer sur les acquis de l’histoire de l’éducation populaire et industrielle, il souhaite également souligner la spécificité des savoirs juridiques et économiques. Ceux-ci, en effet, loin de revêtir une simple dimension cognitive, se caractérisent au contraire par leur caractère performatif marqué (Chatel, 2015). En outre, droit et économie politique et/ou sociale apparaissent à la fois comme deux savoirs porteurs d’enjeux politiques et sociaux particulièrement accusés. L’historiographie a depuis longtemps souligné le potentiel subversif et (ou parce que) émancipateur du droit (Israël, 2004) comme de l’économie politique, (Le Van-Lemesle, 1980) en particulier lorsqu’elle se décline sous la forme d’une économie dite sociale (Lévy, 1974). Ce dossier aura pour bornes chronologiques le longxixesiècle, de la Restauration, date des premiers cours pour adultes (Christen, 2014) jusqu’à la Première Guerre mondiale, l’entre-deux-guerres apparaissant comme une période de profond bouleversement et de prise en charge étatique de plus en plus poussée de l’éducation populaire qui nécessiterait un traitement différent.

Dans le cadre de ce vaste chantier, plusieurs pistes pourront être explorées. 

Les lieux et les acteurs de la transmission des savoirs juridiques et économiques au xixesiècle

Où enseigne-t-on le droit et l’économie politique et/ou sociale hors des cadres scolaires au xixesiècle ? Il s’agit d’entamer une cartographie de ces enseignements à destination des profanes. Quelle est la place du droit et de l’économie politique et/ou sociale au Collège de France, au CNAM, dans les coopératives, dans les syndicats et bourses du travail, dans les conférences organisées par les Chambres de commerce, dans les cours du soir pour ouvriers adultes, dans les conférences et universités populaires, dans les causeries anarchistes, chez les saint-simoniens, dans les phalanstères et les familistères, au sein des municipalités socialistes (pour contrecarrer les cours dispensés dans le cadre du paternalisme patronal), au sein d’associations dédiées à l’éducation populaire (Association polytechnique, Société pour l’instruction élémentaire, Ligue de l’enseignement, etc.) ou encore au sein d’œuvres confessionnelles ou réformatrices (patronages de jeunes adultes, Société des conférences de Saint-Vincent-de-Paul, Cercles catholiques d’ouvriers, Semaines sociales, Unions chrétiennes de jeunes gens, mouvement leplaysien, Sillon de Marc Sangnier, Association catholique de la jeunesse française, etc.) ? 

–       Du côté du droit, on sait, par exemple, que des cours populaires étaient dispensés aux ouvriers pendant la Commune, ou encore qu’un petit nombre de juristes, avocats ou professeurs de droit, s’est engagé dans le mouvement des universités populaires (Audrenet Halpérin, 2013). Les membres du mouvement leplaysien ou des Semaines sociales donnaient également fréquemment des conférences de droit et d’économie politique et sociale, tandis que le « droit usuel » était enseigné dans quantité d’associations dédiées à l’éducation populaire.

–       Du côté de l’économie, on connaît les entreprises des économistes libéraux destinées à promouvoir le libre-échangisme, comme les conférences de Jean-Baptiste Say à l’Athénée, à destination toutefois d’un public issu de la bourgeoisie libérale et cultivée ou encore la tournée de conférences de Frédéric Passy, dans les années 1860, devant un public mi-bourgeois, mi-populaire (Le Van-Lemesle, 2004). Des conférences d’économie politique étaient également organisées dans le cadre des Chambres de commerce, de l’Association polytechnique, de l’Association philotechnique, etc. (Le Van-Lemesle, 1980). Quant à l’économie sociale, sa rivalité avec l’économie politique se joue précisément dans ces cours extra-universitaires : on connaît ainsi les tentatives de certains personnages pour promouvoir un enseignement populaire d’économie politique et sociale, comme par exemple celle de l’ingénieur leplaysien Jules Michel à Lyon, qui enseigne aux ateliers Gillet pendant 25 ans.

De manière plus générale cependant, ces multiples entreprises de diffusion des savoirs juridiques et économiques restent à compléter et préciser. C’est dire qu’on s’interrogera également sur les acteurs de la diffusion de ces savoirs, grands noms ou foule des inconnus (professeurs de droit et d’économie politique, praticiens du droit, syndicalistes, instituteurs, etc.). Qui sont ces enseignants de l’ombre qui dispensent un savoir juridico-économique à des profanes, ni étudiants en droit ou en économie, ni juristes ou économistes de profession ? D’une discipline à l’autre, le profil socio-économique du public qui assiste à ces enseignements évolue-t-il ? Comment se marque la présence des femmes ?

Objectifset temporalitésde la transmission des savoirs juridiques et économiques au xixesiècle

Quels objectifs poursuit-on lorsqu’on entreprend de transmettre un savoir juridique ou économique à des profanes ? De la part des élites, catholiques comme philanthropiques, dispenser quelques saines notions de droit et d’économie à des profanes peut avoir pour finalité, dans le contexte de l’émergence de la question sociale, de moraliser et de domestiquer les classes populaires. Elle peut aussi, – et ce sera surtout le cas à partir de la IIIeRépublique –, viser à atteindre l’idéal républicain d’émancipation de l’homme par l’instruction et à acculturer le peuple à la démocratie. De la part des milieux syndicaux ou ouvriers, dispenser des rudiments de droit et d’économie politique et sociale obéit, on s’en doute, à des objectifs très différents : apprendre à connaître et défendre ses droits ou encore promouvoir un discours économique différent. Dès lors, ces enseignements ont-ils un « simple » but d’instruction ou prennent-ils place la forme d’un militantisme assumé ? (républicain, socialiste, catholique, libre-échangiste, etc). Quelles cultures juridique et économique ces enseignements véhiculent-ils ? Quel est le sens de cette appropriation et de cette transmission des savoirs juridico-économiques aux profanes ? Ces enseignements sont-ils destinés à fournir un minimum de notions pratiques directement utilisables ou au contraire à former des citoyens aux vertus civiques et à acculturer les classes populaires au respect du droit et du libéralisme économique dominant du xixesiècle ? 

C’est dire qu’il s’agira d’éclairer les enjeux sociaux, idéologiques et politiques mouvants de ces enseignements dans ce long xixesiècle. Le choix de la longue durée permettra peut-être de dégager des temporalités différentes dans la forme (privée ou étatique ; nationale ou locale) et dans les objectifs (moraliser, instruire, émanciper) de la transmission de ces savoirs. 

Contenu et modalités de la transmission des savoirs juridiques et économiques au xixesiècle.

La question du contenu et des modalités de transmission des savoirs juridiques et économiques doit également être interrogée, tant dans ses aspects pédagogiques que matériels. Au point de vue pédagogique tout d’abord, une discipline comme le droit, caractérisée par un vocabulaire très spécifique dont on a souvent relevé combien il pouvait paraître sibyllin aux yeux des non-juristes, nécessite un effort d’adaptation à un public profane. Comment transmettre des rudiments de droit à des personnes n’ayant pas l’habitude de manier la langue si spécifique des juristes ? Dès lors, le contenu des cours est-il adapté ou délivré tel quel ? Des techniques pédagogiques spécifiques sont-elles mises en place pour conserver un auditoire volontiers fuyant ? Des thèmes sont-ils privilégiés pour intéresser, retenir et édifier l’auditoire (par exemple, pour les ouvriers : la propriété, la famille, l’étude des lois sociales, le rapport du capital et du travail ou les enjeux de la lutte des classes) ? 

D’un point de vue matériel ensuite, dans quel cadre et selon quelles structures s’organisent ces enseignements populaires (clubs, associations, syndicats) ? Où, comment, à quel rythme les cours sont-ils organisés pour attirer l’auditoire visé (cafés, salles de spectacles, cabinets de lecture, bourses du travail ; l’entrée est-elle libre ou soumise au versement d’une cotisation) ? Ces enseignements relèvent-ils simplement de l’oralité ou reçoivent-ils un prolongement éditorial (comptes rendus dans la presse ou publication de fascicules) ?

C’est dire que ce vaste chantier, loin d’adopter un point-de-vue interne à l’histoire du droit et à l’histoire économique, entend à l’inverse dialoguer avec l’histoire de l’éducation populaire, afin s’emparer pleinement des enjeux de la vulgarisation des savoirs juridiques et économiques au xixesiècle. Saisir la transmission du droit et de l’économie politique et/ou sociale dans la Cité : telle pourrait être, synthétisée en une formule, l’ambition de ce dossier.

Celui-ci souhaiterait idéalement proposer une analyse multi-scalaire : panorama global de ces enseignements dans une ville particulière ; études de cas d’enseignements juridiques et économiques au sein d’une institution ou d’une association donnée ; études de cas autour d’acteurs particuliers ou au contraire perspectives prosopographiques plus larges ; articulation entre discours théorique au sujet de ces enseignements et pratique concrète à travers un indispensable travail archivistique. 

Modalités pratiques

Les propositions d’articles sont à envoyer, accompagnées d’un bref CV, aux trois coordinateursdu dossieravant le 15 octobre 2019. Les articles retenus seront présentés lors d’une journée d’étude organisée l’Université de Lille 2 en avril 2020. Ils seront ensuite présentés pour évaluation à la revue le 15 mai 2020. Ils feront alors l’objet d’une double évaluation à l’aveugle par le comité de rédaction des Études sociales, comme l’exigent les règles de la revue. Ils peuvent alors être acceptés sans modification, acceptés sous réserve de modifications ou refusés.

Anne-Sophie Chambost : anne.sophie.chambost@univ-st-etienne.fr

Laetitia Guerlain : laetitia.guerlain@u-bordeaux.fr

Farid Lekéal : farid.lekeal@univ-lille.fr

Bibliographie indicative

Audren(F.), 2014. « Alma Mater sous le regard de l’historien du droit. Cultures académiques, formation des élites et identités professionnelles », inKrynen(J.) et d’Alteroche(B.) (dir.), L’histoire du droit en France. Nouvelles tendances, nouveaux territoires, Paris, Classiques Garnier, p. 145-172.

Audren(F.) et Halpérin(J.-L.), 2013. La culture juridique française entre mythes et réalités, xixe-xxesiècles, Paris, CNRS éd.

Besse(L.), 2010. « Éducation populaire », inDelporte(C.), Mollier(J.-Y.) et Sirinelli(J.-F.) (dir.), Dictionnaire d’histoire culturelle de la France contemporaine, Paris, PUF.

Besse(L.), Chateigner(F.) et Ihaddadene(F.), 2016. « L’éducation populaire », Savoirs. Revue internationale de recherches en éducation et formation des adultes, n° 42 [Éducation populaire], 3, p. 11-49.

Besse(L.) et Christen(C.) (dir.), 2017. Histoire de l’éducation populaire 1815-1945. Perspectives françaises et internationales, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion. 

Cacérès(B.), 1964. Histoire de l’éducation populaire, Paris, Seuil.

Chatel(E.), 2015. « Pour une histoire et une sociologie de l’enseignement de l’économie », Éducation et sociétés, n° 35, 1, p. 5-21.

Christen(C.), 2013. « L’éducation populaire sous la Restauration et la monarchie de Juillet », La Révolution française. Cahiers de l’Institut d’histoire de la Révolution française, n° 4, p. 1-16.

Christen(C.), 2014. « Jalons pour une histoire de l’éducation industrielle destinée aux ouvriers adultes au xixesiècle », Les Études sociales, n° 159 [L’éducation industrielle et les savoirs enseignés aux ouvriers adultes en France (1800-1870)], p. 3-9.

Dintzer(L.) 1961. « Le mouvement des universités populaires », Le mouvement social, avril-juin, p. 3-38.

Guerlain (L.)et Hakim (N.) (dir.), à paraître. Le sacré et le profane : les littératures populaires du droit, Paris, Lextenso.

Guerlain(L.) et Hakim (N.), à paraître. « Acquiring legal literacy : popular legal literature in 19thcentury France », in Korpiola(M.) (dir.), Learning law by doing. Exploring legal literacy in premodern societies, New York, Palgrave Macmillan.

Israël, 2004. L’arme du droit, Paris, Presses de Sciences Po.

Lee(E.), 2016. Au plaisir de savoir : l’invention des conférences populaires : Paris 1860-1914, Thèse EHESS.

Lekéal(F.), 2004. « Opacité conceptuelle et difficulté d’identification matérielle de l’économie sociale : approche historique », Cahiers de l’Institut Régional du Travaild’Aix-Marseille, n° 12 [Histoire du contrat de travail], p. 109-118.

Lembré(S.), 2017. « L’enseignement professionnel et la culture ouvrière sous la IIIeRépublique », Mil Neuf Cent. Revue d’histoire intellectuelle, n° 35, 1, p. 41-59.

Le Van-Lemesle(L.), 1980. « La promotion de l’économie politique en France au xixesiècle, jusqu’à son introduction dans les Facultés (1815-1881) », Revue d’histoire moderne et contemporaine, tome 27, n° 2, avril-juin, p. 270-294.

Le Van-Lemesle(L.), 2004. Le Juste ou le riche, l’enseignement de l’économie politique 1815-1950, Paris, Comité de l’histoire économique et financière de la France.

Lévy(E.), 1974. « Signification et perspectives de l’économie sociale », Revue économique, 25-4 [Mélanges Jean Lhomme. Économie sociale], p. 547-577.

Mayeur F., 1981. Histoire générale de l’enseignement et de l’éducation en France, Paris, Perrin (rééd. Coll. Tempus, 2004).

Martin(J.-P.), 2010. « Éducation populaire », inJacquet-Francillon(F.), Enfer(R. d’) et Loeffel(L.) (dir.), Une histoire de l’école : anthologie de l’éducation et de l’enseignement en France, xviiie-xxesiècles, Paris, Retz, p. 197-204.

Mercier(L.), 1986. Les universités populaires, 1899-1914 : éducation populaire et mouvement ouvrier au début du siècle, Paris, Les éditions ouvrières.

Poujol(G.), 1981. L’éducation populaire : histoires et pouvoirs, Paris, Les éditions ouvrières.

Richez(J.-C.), 2004. « La mémoire légendaire de l’éducation populaire », Pour, n° 181, p. 106-114.

Terrot(N.), 1997. Histoire de l’éducation des adultes en France. La part de l’éducation des adultes dans la formation des travailleurs (1789-1971), Paris, L’Harmattan.

Walras(L.), 1987. Œuvres économiques complètes, Vol. VII,Mélanges d’économie politique et sociale, Paris, Economica.

BOOK: Le moment Beccaria. Naissance du droit pénal moderne

Le moment Beccaria. Naissance du droit pénal moderne (1764-1810)

Edited by Philippe Audegean and Luigi Delia

https://bibliocloudimages.s3-eu-west-1.amazonaws.com/356/263188//_jpg_rgb_1500h.jpg

Oxford University Studies in the Enlightenment 2018:09

ISBN 9781786941381

Publisher’s website https://liverpooluniversitypress.co.uk/products/109711

Throughout history, criminal law was never more discussed than during the Age of Enlightenment. The debates started after the publication of a small book by Cesare Beccaria, On Crimes and Punishments, in Livorno in 1764. For fifty years from that date, reactions and additions to the book proliferated so much that this period is called by some “the Beccaria moment”.

The contributions in this volume explore different thematic and geographical areas (Germany, England, France, Italy) to explore that innovative and foundational moment in the European history of criminal law. Why was the criminal problem suddenly publicised? How did those interrogations manifest? Which theoretical and material forms did they take?
This volume shows that modern criminal law originates in a book, and also in its interpretations – in Beccaria’s ideas and the debates they started. Those two sources interacted and now cannot be understood separately.

Round table debate devoted to the book: Paris, 12 octobre 2018 h 16 ENS ULM https://www.ens.fr/agenda/le-moment-beccaria-naissance-du-droit-penal-moderne-1764-1810/2018-10-12t140000

BOOK: Les conseillers du pouvoir en Europe du XVIe siècle à nos jours


Les conseillers du pouvoir en Europe du XVIe siècle à nos jours 
Acteurs, cercles et pratiques

Edited By Christine Bouneau and Laurent Coste

Les conseillers du pouvoir en Europe du XVIe siècle à nos jours

Peter Lang 2018 – ISBN: 978-2-8076-0835-1

https://www.peterlang.com/view/title/67392

Si l’éminence grise constitue une forme emblématique des conseillers du pouvoir, elle n’est pas unique. Les figures des conseillers étudiées dans cet ouvrage (conseillers de l’exécutif, assistants parlementaires, hauts fonctionnaires, ambassadeurs, conseillers juridiques, intellectuels et proches des décideurs politiques) sont multiples et appartiennent soit aux organigrammes officiels, soit au monde des hommes d’influence officieux, soit encore à l’entourage intime. Ces figures se sont ainsi construites, déployées, voire métamorphosées durant les cinq siècles parcourus, de la Renaissance à nos jours, dans l’espace européen. À l’aide de sources souvent méconnues et diversifiées, dans des analyses multiscalaires, les auteurs examinent ces acteurs – individuellement et en groupes – dans leurs cercles et dans leurs pratiques.

L’ouvrage s’inscrit dans une réflexion plus large sur le pouvoir et les élites et réévalue la puissance supposée et les limites souvent réelles des conseillers, tordant ainsi le cou à un certain nombre de clichés et phantasmes. S’il met en avant des conseillers, hommes de confiance, compétents, voire experts, s’appuyant sur des réseaux et investissant des lieux stratégiques, il éclaire aussi sur ceux qui sont conseillés, les décideurs politiques, dans des rapports souvent asymétriques et parfois ambigus et dans des jeux d’ombre et de lumière.

BOOK: Università e professioni in Italia da fine Seicento all’età napoleonica


Università e professioni in Italia da fine Seicento all’età napoleonica

Elena Brambilla

Milano: Unicopli, 2018 – ISBN  978-8840019949

Autore

Elena Brambilla è stata una storica italiana. Si è specializzata in Storia moderna laureandosi nel 1967 e lavorando prima come assistente poi come docente presso la Facoltà di Lettere e Filosofi a dell’Università degli Studi di Milano, a partire dal 1983. Ha coordinato il Diploma universitario italo-francese di biennio specialistico in Storia moderna e ha fatto parte dei comitati direttivi della Società delle storiche italiane e della SISDE (Società italiana di studi sul secolo XVIII). In particolare si è dedicata alla storia dell’università, della medicina e della scienza, ai rapporti tra Stato e Chiesa, alla storia delle donne e all’identità di genere. È autrice di varie monografi e e di numerose pubblicazioni su riviste storiche, tra le quali la “Rivista storica italiana”, a “Rivista di storia della Chiesa in Italia” e “Società e storia”.

Opera

Si è assistito negli ultimi decenni a un moltiplicarsi di studi sulle professioni liberali, che è stato il prodotto, anzitutto, dalla fortuna storiografica del tema delle «borghesie dell’Ottocento»: un plurale che voleva sottolineare la varietà di profili e vocazioni di una borghesia da ristudiare secondo le griglie dell’analisi sociologica sui ceti medi, abbandonando l’univoca identificazione tra borghesia e sviluppo del capitalismo industriale. In un quadro ampiamente ispirato a criteri comparativi, il tema ha dato origine a importanti contributi anche alla storia delle università e delle professioni. La ricchezza di pubblicazioni, convegni e seminari su questi temi, il crescente coordinamento tra i centri di ricerca e l’avvio di nuove riviste suggeriscono che possa esser utile volgersi indietro, per vedere se dagli studi sull’Ottocento vengano spunti interpretativi e comparativi utili a inquadrare gli studi sulla storia delle università e delle professioni nel periodo precedente, dalle riforme illuminate all’età napoleonica; e inversamente, se dalla prospettiva settecentesca emergano problemi aperti e questioni di raccordo coi temi delle «borghesie colte» dell’Ottocento.

BOOK: RETHINKING LEGAL REASONING

RETHINKING LEGAL REASONING

Geoffrey Samuel

Edward Elgar Publishing 2018  9781784712600

https://www.elgaronline.com/view/9781784712600/9781784712600.xml

‘Rethinking’ legal reasoning seems a bold aim given the large amount of literature devoted to this topic. In this thought-provoking book, Geoffrey Samuel proposes a different way of approaching legal reasoning by examining the topic through the context of legal knowledge (epistemology). What is it to have knowledge of legal reasoning?

At a more specific level the pursuit of this understanding is conducted through posing a number of questions that are founded on different approaches. What has legal reasoning been? What are the institutional and conceptual legacies of this history? What is the literature and textual heritage? How does it compare with medical reasoning and with reasoning in the humanities? Can it be demystified? In exploring these questions Samuel suggests a number of frameworks that offer some new insights into the nature of legal reasoning.

The author also puts forward two key ideas. First, that the legal notion of an ‘interest’ might perhaps be a very suitable artefact for rethinking legal reasoning; and, secondly, that fiction theory might be the most viable ‘epistemological attitude’ for understanding, if not rethinking, reasoning in law.

Contents: Preface General introduction 1. What was the contribution of the medieval civilians? 2. What was the contribution of the Roman lawyers? 3. What was the contribution of the later civilians and the common lawyers? 4. What is the institutional legacy? 5. What is the legal literature legacy? 6. How do legal reasoners treat facts? 7. Is legal reasoning like medical reasoning? 8. Is legal reasoning like reasoning in film studies? 9. Is legal reasoning based on fictions? 10. Can legal reasoning be rethought? 11. Rethinking legal reasoning: should jurists take interests more seriously? 12. Should jurists take interests more seriously (continued)? Concluding Remarks Bibliography Index

Book : A Cultural History of Law Volumes 1-6 (ed. Gary Watt, 2018)

About A Cultural History of Law

How have legal ideas and institutions affected Western culture? And how has the law itself been shaped by its cultural context?
In a work spanning 4,500 years, these questions are addressed by 57 experts, each contributing an authoritative study of a theme applied to a period in history. Supported by detailed case material and over 230 illustrations, the volumes examine trends and nuances of the culture of law in Western societies from antiquity to the present. Individual volume editors ensure the cohesion of the whole, and to make it as easy as possible to use, chapter titles are identical across each of the volumes. This gives the choice of reading about a specific period in one of the volumes, or following a theme across history by reading the relevant chapter in each of the six.

The six volumes cover: 1 – Antiquity (2500 BCE-500 CE); 2 – Middle Ages (500-1500); 3 – Early Modern Age (1500-1680); 4 – Age of Enlightenment (1680-1820); 5 – Age of Reform (1820-1920); 6 – Modern Age (1920-present).

Themes (and chapter titles) are: Justice; Constitution; Codes; Agreements; Arguments; Property and Possession; Wrongs; and the Legal Profession.

The total page extent for the pack is approximately 1200 pages. Each volume opens with a Series Preface, an Introduction and Notes on Contributors and concludes with Notes, Bibliography and an Index.

The Cultural Histories Series
A Cultural History of Law is part of the Cultural Histories Series. Titles are available both as printed hardcover sets for libraries needing just one subject or preferring a one-off purchase and tangible reference for their shelves, or as part of a fully searchable digital library available to institutions by annual subscription or on perpetual access (see www.bloomsburyculturalhistory.com).

Table of contents

Volume 1: A Cultural History of Law in Antiquity 
Edited by Julen Etxabe, University of Helsinki, Finland

Volume 2:A Cultural History of Law in the Middle Ages
Edited by Emanuele Conte, Roma Tre University, Italy and EHESS, Paris, France and Laurent Mayali, University of California at Berkeley, USA

Volume 3: A Cultural History of Law in the Early Modern Age
Edited by Peter Goodrich, Cardozo School of Law, New York, USA

Volume 4: A Cultural History of Law in the Age of Enlightenment 
Edited by Rebecca Probert, University of Exeter, UK and John Snape, University of Warwick, UK

Volume 5: A Cultural History of Law in the Age of Reform
Edited by Ian Ward, Newcastle University, UK

Volume 6: A Cultural History of Law in the Modern Age 
Edited by Richard K Sherwin, New York University Law School, USA and Danielle Celermajer, University of Sydney, Australia

UBLISHED:29-11-2018
FORMAT:Hardback 
EDITION:1st
ISBN:9781474212854
IMPRINT:Bloomsbury Academic
SERIES:The Cultural Histories Series
ILLUSTRATIONS:237 bw illus

Publisher’s website : https://www.bloomsbury.com/uk/a-cultural-history-of-law-9781474212854/