Category Archives: call for papers

CALL FOR PAPERS: TRUE WARRIORS?

TRUE WARRIORS? NEGOTIATING DISSENT
IN THE INTELLECTUAL DEBATE (c. 1100 – 1700)

LECTIO INTERNATIONAL CONFERENCE, 11-13 December 2019
UNIVERSITY OF LEUVEN (BELGIUM)

CALL FOR PAPERS

Dissent, polemics and rivalry have always been at the center of intellectual development. The scholarly Streitkultur was given a fresh impetus by the newly founded universities in the High Middle Ages and later turned into a quintessential part of early modern intellectual life. It was not only mirrored in various wellknown intellectual debates and controversies – e.g. between Aristotelians and Augustinians, scholastics and humanists, Catholics and Protestants – but also embodied in numerous literary genres and nonliterary modes of expression – e.g. disputationes, invectives, consilia, images, carnivalesque parades, music, etc. – and discursive or political strategies – patronage, networks and alliances. Moreover, the harsh debates notwithstanding, consensus was also actively searched for, both within particular disciplines
and within society as a whole. The aforementioned genres and strategies are all modes of negotiating dissent, which raises several important questions regarding these intellectual ‘warriors’. What were the most important issues at stake and how were they debated? Did the debates in the public sphere reflect the private opinions of the scholars involved? What access do we have to those private opinions? Can we approach such controversies in terms of authenticity and truthfulness, or consistency and coherence? Is there a contrast between egodocuments and the published part of an author’s oeuvre?

Starting from these questions, the aim of this conference is to study the polemical strategies and the modes of rivalry and alliance in scholarly debate from the twelfth through the seventeenth centuries.

Topics of interest may include, but are not limited to:

  • the role of alliances and polemics in establishing intellectual networks;
  • the presentation of rivaling views and the depiction of adversaries;
  • the discrepancy or congruency between private and public persona;
  • hitherto neglected disputes or new perspectives on well-known controversies;
  • non-literary modes of negotiating dissent;
  • the relation and connections between various literary and non-literary genres, also across
    different semiotic modes (literature, visual arts, performative arts, …);
  • the role of socio-cultural and economic background in polemics;
  • the role of language (e.g.: vernacular vs. Latin);
  • similarities and differences across disciplines (philosophy, civil and canon law, theology,
    medicine…) with regard to polemization and the negotiation of dissent.

FIND HERE THE CALL FOR PAPERSCfP-TrueWarriors-Leuven

Please submit your proposal via email (lectio@kuleuven.be) by April 15, 2019.

 

CALL FOR PAPERS: Court proceedings treasures

Court proceedings treasures
The archives of the Imperial Chamber Court of Wetzlar
(15th– 19th century)

Colloquium
Archéoforum de Liège (Belgium)
21 October 2019

Hundreds of linear metres of archives from Ancien Regime courts still need to be processed and explored. But the case files of the Imperial Chamber Court conserved at the State Archives in Liège are now sorted and ready to be used in research that started in the 1970s in Germany.
The Imperial Chamber Court has produced thousands of proceeding files, of which over 2,000
are conserved at the State Archives in Liège. Their historical and archival importance cannot be underlined enough. These proceedings are mainly characterised by their written nature. Research might be of particular interest about the supporting documents whose iconographical and aesthetical value commands admiration.
In 1495, the Holy Roman Empire Saint-Empire was given a new court of justice. The
Reichskammergericht became the supreme court for civil matters. At first it was an ambulatory
court, before establishing in the land of Hesse, more precisely in the city of Wetzlar. Since then, the city’s name is closely associated with the history of the Imperial Chamber Court and its archives.
While historical science has mainly been focussed on politics, diplomacy and military history in the course of the 19th and early 20th centuries, it now delves into social history and microhistory.
An interesting reflection is taking place about the relation between archives and (state) power,
between the archivist and his or her commitment. From a civil point of view, archives might form a sort of “total history”. But this bears the question: can these archives considered as “total archives”? There are, among others, still many gaps in the history of law in the early modern period, regarding access to justice, efficiency of the justice system, quality and corruption of the judiciary, and the role of women.
As a follow-up to colloquium “Case closed! Case files from the Ancien Regime and perspectives for historical research” held on 11 March 2013 in Brussels, and the related inventory and works, as well as the exposition about the case files from the Imperial Chamber Court concerning Liège, the State Archives in collaboration with the Gesellschaft für Reichskammergerichtsforschung organises a new colloquium on 21 October 2019.

Draft papers (maximum 500 words including bibliography and notes) can be submitted until
1 March 2019 

Call_Papers_Wetzlar_EN 

Appel_Communication_Wetzlar_FR



Call for contributions :  Filosofia del diritto consuetudinario

Call for contributions

 Revue Noesis

 Filosofia del diritto consuetudinario

 

Presentazione

 

La rivista Noesis, giornale del Centre de Recherches en Histoire des Idées dell’Université de Nice, lancia una call for contributions per un doppio volume intitolato “Filosofia del diritto consuetudinario”, previsto per la primavera 2020. Questa pubblicazione è il frutto del convegno internazionale “Les enjeux philosophiques du droit coutumier” organizzato a Maggio 2019 presso l’Université Nice Sophia Antipolis, con la collaborazione dell’Université Côte d’Azur, della MSH-Sud Est e dell’UFR LASH. Gli articoli selezionati con questa call completeranno gli articoli scelti tra i lavori presentati in sede di convegno.

 

Noesisè una pubblicazione soggetta a peer reviewche fa riferimento a un comitato scientifico. Gli ultimi numeri sono disponibili presso l’editore Vrin. I numeri precedenti gli ultimi due anni sono accessibili online sulla piattaforma revues.org.

 

Call

L’espressione «diritto consuetudinario» non indica affatto un oggetto evidente; la call for contributions prova a esplorare e, ove possibile, risolvere le tensioni create dalla giustapposizione di queste due forme di regolazione sociale tanto coesistenti quanto distanti : il diritto e la consuetudine. A tal fine ci si interrogherà in particolare sull’ambiguità che si nasconde dietro il qualificativo di “consuetudinario”. Esso designa una tra le tante manifestazioni del giuridico, oppure una forma a esso estranea, dotata di caratteristiche peculiari e irriducibile al diritto?

 

La risposta a queste domande dipende senza dubbio da un’esplorazione tanto teorica quanto empirica delle modalità di funzionamento specifiche del diritto consuetudinario. Se questo diritto è definito consuetudinario, è evidentemente perché la consuetudine occupa uno spazio privilegiato in qualità di fonte del diritto. Comprendere le qualità specifiche del diritto consuetudinario significa perciò sforzarsi di capire come questo spazio condiziona la natura stessa del diritto.

 

Bisognerà perciò interrogarsi sul modo in cui lo spazio dedicato alla consuetudine determina l’esistenza di istituzioni specifiche e di criteri autonomi inerenti ai diritti individuali. Ogni sistema di diritto, a partire dal momento in cui comporta un elemento consuetudinario, deve stabilire i princìpi spazio-temporali e logici della prova consuetudinaria. La Common Law anglosassone e i suoi princìpi specifici non devono tuttavia offuscare i tentativi di individuare e stabilire i princìpi e le peculiarità del diritto consuetudinario, ed è necessario prestare particolare attenzione al modo in cui la consuetudine si colloca nei contesti pluralisti, in cui diversi diritti consuetudinari possono trovarsi in un rapporto di concorrenza. In queste condizioni, l’interazione tra diritto e consuetudine prende la forma di un conflitto normativo più che di un diritto consuetudinario omogeneo.

 

Esplorare i limiti e il carattere fittizio delle procedure relative alla consuetudine della Common Lawpuò servire da punto di partenza per ri-dispiegare le potenzialità del diritto consuetudinario e metterne in discussione i fondamenti. In particolare, sarebbe interessante studiare le diverse sembianze del diritto consuetudinario in un’epoca in cui il modello della Common Lawsi impone su diverse scale e in diversi ambiti, come il diritto internazionale; e in cui il diritto consuetudinario si attua in contesti di pluralismo giuridico nel quadro di regioni decolonizzate.

 

Le implicazioni e conseguenze specifiche relative a questi contesti non possono che portare a interrogarsi sui limiti e sulla flessibilità del diritto consuetudinario. Le variazioni di scala e di ambito intaccano l’essenza del diritto consuetudinario, ammesso che ve ne sia una? Oppure rivelano al contrario una sua natura al di là delle specifiche incarnazioni? Si tratta, inoltre, di indagare l’efficacia specifica del diritto consuetudinario e in particolare di determinare se il diritto consuetudinario riposa sulle stesse forme di coercizione del diritto, e se dispone di istituzioni e applicazioni specifiche. La questione della collocazione della sanzioneè, a questo proposito, essenziale.

 

Proseguendo in queste riflessioni è necessario notare che in ogni diritto consuetudinario la consuetudine è ridotta a sorgente del diritto, e in quanto tale si vede privata di una forma di normatività autonoma. Vi è consuetudine solo quando riconosciuta in quanto tale, secondo i processi canonizzati e inquadrata in istituzioni e criteri definiti dal diritto. In questo caso, la consuetudine non è che una delle possibili fonti del diritto, in concorrenza con altre, e non gode di un’esistenza giuridica se non subordinata.

 

È il motivo per cui John Austin ha potuto negare così facilmente l’autonomia della consuetudine, sostenendo sulla scorta di Hobbes e contro la scuola storica che la natura stessa del diritto impedisce alla consuetudine di essere efficace al di fuori del suo riconoscimento diretto o indiretto, esplicito o tacito, da parte del sovrano. Una delle ambizioni principali del convegno è appunto di verificare la tesi di Austin, cosa che potrebbe permettere di affrontare la questione della priorità del sostantivo o aggettivo nell’espressione “diritto consuetudinario”. Sottotraccia giace la questione stessa dell’autonomia della consuetudine come forma di regolazione sociale.

 

Per queste ragioni potremmo essere portati a considerare ciò che scompare e ciò che resta della consuetudine nel diritto consuetudinario, così da comprendere realmente la natura di quest’ultimo. Questo non può che condurci a interrogarci sul tema specifico della codificazione della consuetudine, atto fondatore del diritto consuetudinario. Questa codificazione non è mai, di fatto, un atto neutro, e sarebbe opportuno evidenziare, dalle diverse prospettive possibili, tutte le tensioni che circondano questa codificazione, cristallizzando equilibri di potere o lotte socio-economiche. Un asse di studio interessante, già spesso evocato nelle scienze sociali ma raramente in filosofia, sarebbe quello delle interazioni tra diritto formale e consuetudine nei paesi decolonizzati.

 

La codificazione del diritto d’altra parte è uno dei momenti in cui saperi e poteri si incontrano con la maggiore intensità. La scuola storica del diritto ha affermato con forza la necessità di inglobare lo studio del diritto all’interno delle discipline umanistiche: l’affermazione può essere allargata oggi all’insieme delle scienze umane e sociali, dall’antropologia all’economia e alla sociologia. Ci interrogheremo perciò sulla possibile collocazione di queste discipline nella codificazione e nell’istituzionalizzazione della consuetudine, sulla legittimità e sui metodi dei loro approcci.

Infine si pone naturalmente la questione dello spazio da dare allo studio degli specifici casi. È evidente che essi dovranno essere centrali nello studio del diritto consuetudinario, ma anche che nessuna riflessione può limitarsi a proporre analisi di diritti consuetudinari differenti.

 

Il seguente elenco di domande, assolutamente non esaustivo, permette di tracciare alcune piste possibili che possono essere esplorate dai contributi:

 

L’espressione « diritto consuetudinario » designa una specifica modalità di regolazione sociale tra il giuridico e la consuetudine? I costumi sono una fonte autonoma del diritto? La consuetudine può essere considerata come un al di quao al di làdel diritto?

 

Esiste una «forma» specifica del diritto consuetudinario malgrado la molteplicità delle sue manifestazioni? Esiste un modello di diritto consuetudinario, come potrebbe essere il diritto internazionale?

 

Quali trasformazioni subisce la consuetudine quando integra il diritto consuetudinario? Quali implicazioni filosofiche solleva la codificazione della consuetudine nel diritto? Quali implicazioni presenta l’esistenza del diritto consuetudinario nei contesti pluralisti/decolonizzati? Quali sono i rapporti del diritto consuetudinario con gli standard sia morali sia giuridici come lo sono, per esempio, i diritti dell’uomo? Qual è il posto del diritto consuetudinario rispetto alla dinamica del cambiamento sociale?

 

Quali interazioni e quali implicazioni di potere esistono tra le scienze umane e sociali e il diritto relativamente alla questione della consuetudine? Quali legami intrattiene il diritto consuetudinario con le località, i territori, le loro storie e le loro organizzazioni sociali? Come le diverse discipline delle scienze umane e sociali permettono di rendere conto di queste dinamiche e del loro conflitto contro il formalismo del diritto?

 

Informazioni pratiche

 

Gli articoli completi non devono superare le 35.000 battute (per il corpo del testo; esclusi quindi titolo, abstract, note, ecc.). La rivista non valuterà abstract. Gli articoli possono essere scritti in inglese, francese, italiano. Per ulteriori dettagli, a questo link c’è il foglio di stile.

 

Gli articoli dovranno essere inviati ai tre diversi indirizzi email entro e non oltre il 01 giugno 2019:

noesis@listes.unice.fr, marc.goetzmann@unice.fr, edoardo.frezet@gmail.com.

 

Al fine di valorizzare la neutralità della selezione, chiediamo che il documento (in formato Word oppure openOffice) sia anonimo, e inviato tramite allegato di una mail che indichi nome, cognome e coordinate dell’autore. Una risposta della selezione sarà data entro il 01 agosto 2019.

 

Agli autori degli articoli selezionati sarà richiesto un piccolo lavoro di editing, in modo da consegnare la versione finale entro il 15 settembre 2019 per l’editing tecnico e l’impaginazione.

Call for Papers: The Philosophy of Customary Law

Call for Papers: The Philosophy of Customary Law

 Special edition of the French journal Noesis

 

Presentation

 

For more than 20 years, the peer-reviewed journal Noesishas been at the forefront of French contemporary philosophy. Affiliated to the Center for Research in the History of Ideas(CRHI) of the University of Nice Sophia Antipolis, Noesispublishes two special editions a year, collecting papers around a topic chosen by its scientific committee. The Philosophy of Customary Lawwill be the name of the Spring 2020 double issue. It follows the organization of a conference on the “Philosophy of Customary Law” in May 2018.

 

The call

 

Far from considering the phrase “customary law” as a self-evident truth, papers will aim at identifying and trying to solve the many tensions created by the juxtaposition of two separate but parallel forms of social regulation: law and custom. What matters then is to investigate the ambiguity behind the very idea of customary law. Does it point out one more sort of law, or does it designate an autonomous kind of law, with its own features and not reducible to the law?

 

Answering these questions requires without any doubts an enquiry about the peculiar dynamics of customary law, grounded on both empiricist and theoretical perspectives. To know whether it is a form among others of law or it is specific enough to be called a genus of law, it is crucial to define its principles. If this law is called customary it is because custom is key to it as a sourceof law. Understanding the specific features of customary law means therefore striving to understand what role custom plays to shape the very nature of customary law.

 

It will be necessary to investigate the way the main role assigned to customs determines the very existence of specific institutions and peculiar criteria of the bigger law frame that regulates the individual. Any legal system that includes custom as its element must establish spatial, temporal and logical frame of custom proofs. Nevertheless, Anglo-Saxon Common law and its peculiar principles mustn’t overshadow any attempt to grasp the principles and the peculiarities of customary law; and we will be particularly sensitive to the way the customary law settles in pluralist contexts, where different customary laws can be concurrent. In these conditions the interaction between law and custom takes the shape of a normative conflict more than of a coherent customary law.

 

Exploring the limits and the fictions of customary procedures adopted by the Common Law could be the first step of both a new deployment of the customary law potential and an enquiry about its foundations. Indeed, it would be of extreme interest to study the different forms of customary law in eras where the Common Law model is spreading at different levels and domains, especially in international law, and where customary law is adopted in de-colonized regions where the law system is marked by a strong plurality of contexts.

 

Peculiar stakes of these contexts force to investigate both the limits and the flexibility of customary law. Do evolutions of scales and domains concern the essence of customary law, if this nature exists? Or are they only variations of a single nature beyond the peculiarities of each embodiment?  It will also be necessary – among other issues – to address the specific effectiveness of customary law, and to determine if it lays on the same constraint as the law; and if it is supported by peculiar institutions and applications. The question of the role of the sanctionis in this respect essential.

 

In the wake of these reflections it is necessary to note that custom is reduced to the status of simple source of the law in every law called customary, and is therefore deprived of every autonomous form of normative power. It is not custom that is not acknowledged as custom according to the processes required and in the name of the institutions and criteria defined by law. In this case, custom is not anything more than one of the many possible sources of law, and concurring with them; it has not a primary juridical existence.

 

This is the reason why John Austin could so easily disqualify custom self-sufficiency, arguing – with Hobbes and against the historical school – that the very nature of law prevents custom to be effective on its own besides the implicit or explicit, direct or indirect acknowledgement by the sovereign. One of the main ambitions of this collective publication would be indeed to question Austin’s position. This could in turn allow to address the issue of the substantial or accessory priority of the phrase “customary law”. Beyond this lies the very issue of the autonomy of custom as a social regulation tool.

 

In order to do that, one could be tempted to consider what disappears of custom and what does not, in customary law, so as to really understand its very nature. This brings us to discuss the specific subject of the codification of custom, the cornerstone of customary law. This codification is neverdefactoa neutral act, and it will be more relevant to point out from every point of view all the implicit tensions of the codification, which standardize and stabilize power balances or social and economic struggles. One of the axes of the study, already well known in social science but overlooked by philosophy, would be that of interaction between formal law and custom in de-colonized countries.

 

Legal codification is one of these moments when powers and knowledge meet with most intensity. The “historical school” of law maintained the necessity of combining law studies with humanities, and we can now include social sciences such as economy, anthropology and sociology. We will therefore investigate which place these disciplines can or should have within the codification and definition of custom; we will also enquiry about their legitimacy, methods and approaches. 

 

The question arises of which place one should give to specific case studies in this volume. It is clear that they must be crucial while studying customary law as a theoretical object; but no discourse should be limited to a series of descriptions of different customary laws.

The following, non-exhaustive list of questions should allow to prefigure various leads:

 

Does “customary law” locutionshow a specific mode of social regulation between the juridical and the customary? Is custom a source of law? Or could be considered as an object beyond or before it? Does a specific form of customary law exist despite its different expressions? Does a model of customary law exist – such as the international law?

 

Which transformations does custom endure when integrated with the “customary law”? Which philosophical implications does codification of custom produce within customary law? Which are the stakes of the very existence of customary law in pluralist and decolonized contexts? What are the relationships between customary law on one side and moral or juridical standards such as human rights on the other? What is the place of customary law within social change dynamics?

 

Which interactions and which concerns exist about humanities, social sciences and law with respect to custom? Which are the links of customary law with localities, territories, their history and their social displaying? How different disciplines of social and human sciences allow to reflect upon these phenomena and their conflict with law’s peculiar formality?

 

Submissions

 

The committee and the editors will make their selection from a set of complete papers only. Proposals will not be reviewed.

 

Papers may be as long as 35.000 signs / 7.500 words. This does not include: the main title, abstracts, footnotes, the author’s presentationetc. Only the main text counts in the total of words.

 

Papers may be written in French, English and Italian only. They should be sent to the following email addresses altogether, by June 1st, 2019.

 

noesis@listes.unice.fr

edoardo.frezet@gmail.com

marc.goetzmann@unice.fr

luke.mason@bcu.ac.uk

 

To ensure an unbiased selection, the document must be anonymous. It must be modifiable, therefore .doc files are preferable. Please include in your email a separate document that states your name, affiliation, topics of interests. We should provide an answer by August 1st, 2019

 

Then, selected papers might need some modifications. The final versions of the papers will be due by September 15, 2019

Call for papers: FEDER UND RECHT

Feder und Recht.
Schriftlichkeit und Gerichtswesen in der Vormoderne

17. Nachwuchstagung des Netzwerks Reichsgerichtsbarkeit
vom 19. bis 21. September 2019 in Mühlhausen

Einsendeschluss: 15.03.2019

 Seit Jahrzehnten arbeiten Rechtshistoriker, (Kultur-)Historiker und Archivare gleichermaßen intensiv mit schriftlich überlieferten Quellen der vormodernen Gerichte. Es scheint deutlich zu sein: Schriftlichkeit vor Gericht ist vor allem dokumentiert durch gerichtliche Akten, aber auch durch Protokoll- und Urteilsbücher. Nicht alle Verfahrensarten und Verfahrensstadien sind jedoch gleichermaßen durch Aktenüberlieferung verschriftlicht worden, obgleich komplexe Sachverhalte wohl nur im Rahmen eines überwiegend schriftlichen Verfahrens sachgerecht zu durchdringen sind.
Vor allem zu Beginn der Frühen Neuzeit traten vermehrt auch in der Niedergerichtsbarkeit Elemente der Schriftlichkeit im Rahmen des Verfahrens in den Vordergrund. Dabei ist das schriftliche Urteil, das im Zivilprozess den Parteien eröffnet oder zugestellt wurde, nur die Spitze des Eisbergs. Abgesehen davon, dass es dem Anspruch des Klägers schon deshalb größeres Gewicht verlieh, weil der Urteilsspruch die Gegenseite ohne weitere Zwischenschritte zur Rechtsbefolgung animieren konnte, wurde dem Kläger auf dieser Grundlage auch ein Titel zur Vollstreckung verliehen. Sofern es sich bei den Kontrahenten um Herrschaftsträger handelte, konnte das Urteil überdies auch im Rahmen späterer Auseinandersetzungen zum Nachweis von festgestellten Rechtspositionen dienen. Neben der Schriftlichkeit des Urteils ist die Schriftlichkeit des dem Urteil vorausgehenden Verfahrens augenfällig. Obwohl die Gerichte im Heiligen Römischen Reich in all ihrer Vielfalt zunehmend von einem überwiegend schriftlichen Gerichtsverfahren geprägt waren, fehlt dennoch bislang eine die Gerichtslandschaften übergreifende Untersuchung von Schriftlichkeit im Gerichtswesen.

CfP_Feder und Recht

 

Call: Second ESCLH postgraduate conference

Second Postgraduate Conference in Comparative Legal History 27–29 June 2019, Augsburg University, Germany
Call for Papers

The European Society for Comparative Legal History (ESCLH) is pleased to announce its Second Postgraduate Conference. The ESCLH invites PhD-students (beyond their first year) and post-doc- toral-researchers who work in the field of comparative legal history to participate in the conference. The conference will be held from 27 to 29 June 2019 at Augsburg University, Germany.

Call for papers : Cahiers Jean Moulin, n° 5 “Le quotidien et le droit”

Pour consulter l’appel : https://revues.univ-lyon3.fr/cjm/index.php?id=380

Le choix du « quotidien » comme thème du dossier du numéro 5 des Cahiers Jean Moulin peut paraître surprenant, de la part d’une revue juridique. Non seulement, le terme ne relève pas du vocabulaire des juristes, mais ce qu’il désigne semble échapper à l’empire du droit. Le quotidien renvoie à ce qui se répète tous les jours et par-là est habituel ou familier (selon les sens du terme latin quotidianus) ; le comportement quotidien s’inscrit dans la moyenne, loin de toute exceptionnalité. À l’inverse, si l’on met à part le cas des juristes formés au droit, le rapport des individus à cette technique relève le plus souvent d’un événement exceptionnel : il ne se manifeste véritablement que lors de moments inhabituels, ou du moins peu fréquents de la vie ordinaire (conclusion d’un bail d’habitation, achat d’un logement, procès avec un voisin). Le procès pénal même, représentation peut-être la plus diffusée et la plus médiatisée de ce qu’est le droit, tranche, par son caractère rituel, son déroulement, la façon qu’on y a de s’exprimer, avec ce qui forme la vie quotidienne de la plupart des individus. Ainsi le quotidien ne serait-il pas concerné par le droit ou n’interviendrait-il qu’en marge du droit, parce que, dans sa vie quotidienne, l’individu ne se rend pas compte des rapports juridiques et vit le recours au procès comme un événement exceptionnel [1]. En ce sens, le droit vient rompre la vie ordinaire et fait entrer l’individu dans le domaine de l’imprévisible ou de l’incertitude. Le juriste n’aurait guère de raisons de s’y intéresser non plus, puisqu’il n’y aurait rien à apprendre pour le droit de pratiques qui n’ont pas besoin de lui et se déroulent en marge de lui.

Le rejet du quotidien hors de l’investigation scientifique a longtemps concerné la plupart des champs du savoir. Assimilé à la répétition routinière, le quotidien manque du soubassement idéologique ou du prestige théorique suffisants pour arrêter le philosophe, plus occupé à scruter le monde des idées que l’espace matériel qui l’entoure. Pourtant, la philosophie, depuis au moins la phénoménologie husserlienne, s’est emparée de la question du quotidien. Le développement des sciences humaines à partir du xixe siècle, et en particulier de la sociologie, s’est faite de son côté par le rejet de la métaphysique au profit de l’étude « mondaine » de ce qui nous entoure, non sans conséquences sur la science juridique elle-même : l’étude du droit comme fait social chez Duguit ou la notion de droit social théorisée par Gurvitch en sont des illustrations. Dans cette perspective nouvelle, le quotidien ne se réduit pas à des pratiques routinières faites machinalement, et en cela insignifiantes, mais consiste en un processus continu d’appropriations et de réutilisations en partie imprévisibles, qui témoignent de la capacité inventive des individus (Certeau, 1990) et de « l’extraordinaire de l’ordinaire » (Macherey, 2005).

Le quotidien comme fait et comme règle

L’analyse qu’É. Balibar fournit de la « quotidianisation » du charisme chez Max Weber offre à cet égard des pistes pour l’étude du quotidien dans le droit (Balibar, 2004). La « quotidianisation » ou l’expression « inscription dans la réalité quotidienne » sont préférées au terme de routinisation (utilisé habituellement depuis la traduction française ancienne de Weber, 1995, p. 326 sq.) pour traduire la Veralltäglichung(dérivant d’alltäglich, quotidien) ; cette traduction ôte l’aspect péjoratif du terme routinisation, que le propos de Weber ne contient pas. La notion de quotidien (alltäglich) renvoie néanmoins à tout un système de valeurs, et plus précisément de valeurs d’obéissance fondant, pour Weber, un mode de légitimation de l’exercice du pouvoir. Parmi les trois formes de légitimité qu’il identifie, la légitimité charismatique rompt nettement avec le quotidien, qu’il s’exprime de manière ancienne sous la forme de la domination traditionnelle, ou sous la forme moderne et plus ambiguë de la domination légale : les processus réguliers, relativement prévisibles (soit parce qu’il s’agit de répéter le passé, soit parce qu’il s’agit de suivre des règles toujours plus ou moins identiques), de ces deux modes d’exercice du pouvoir sont subvertis par la dimension nettement révolutionnaire du charisme individuel. La « quotidianisation » du charisme correspond alors à la continuation sous d’autres formes de la légitimité initialement fondée sur le lien charismatique (résultant du rapport direct entre le chef ou le leader et ceux qui lui obéissent) ; le charisme entre dans la réalité quotidienne en se rapprochant des formes de légitimité traditionnelle ou légale-rationnelle. Dans l’analyse qu’É. Balibar propose de Weber, tout processus révolutionnaire passe ainsi nécessairement par une phase charismatique et par une phase de quotidianisation.

Ce faisant, le quotidien renvoie non seulement à ce qui est ordinaire, mais à ce qui constitue un modèle de comportement, une règle ou une régularité. On trouve dans le quotidien la même ambiguïté que dans le champ lexical de la normalité. Le normal est à la fois un fait (ce qui se fait couramment, en moyenne) et une valeur (ce qui est préférable). Si le droit est un ensemble de normes et définit ce qui est conforme à la norme, alors le quotidien, entendu comme ce qui n’est pas exceptionnel, se répète et ne choque pas les habitudes, entretient un lien beaucoup plus direct que celui suggéré plus haut avec le droit, et se trouve même en partie déterminé par le système juridique. Le quotidien est une pratique perçue comme normale, mais qui dépend elle-même souvent de la représentation véhiculée par le système juridique.

Cela suppose d’élargir le regard sur les différents usages du droit : l’usage « répressif » (au sens large), le plus communément associé au droit, est sans doute dominant, mais ne doit pas occulter l’usage persuasif et pédagogique par lequel le droit contribue à former une représentation normalisée du monde, notamment par sa fonction de nomination (Lochak, 1983). Le droit crée et impose des catégories de langage qui instituent la représentation commune du monde social (Bourdieu, 2001), jouant, au-delà de la simple question du respect des règles, un rôle plus diffus pour peser sur l’univers quotidien des individus. Mentionnons simplement à titre d’exemple le rôle que le droit a pu jouer pour déterminer la structure de l’espace vécu à partir de catégories administratives, ainsi lors de l’invention des départements au moment de la Révolution française (Ozouf-Marignier, 1989).

Vie quotidienne et droit moderne

Cette fonction attribuée au droit témoigne d’une double rupture historique au seuil de la modernité, qui a un rapport direct avec le quotidien. La première est interne à la pensée juridique. Le développement des courants juridiques contemporains, positivisme, normativisme ou encore décisionnisme, témoignent que le droit est conçu comme un outil fixant des normes de comportement aux individus, qui peuvent donc entraîner des effets sur leur vie quotidienne. La conception du droit naturel dominant précédemment prétendait à l’inverse faire du droit (au moins dans sa version idéale) le simple constat de relations objectives.

La deuxième rupture porte plus généralement sur l’opérabilité du droit. Les analyses proposées sur le droit romain antique par Y. Thomas en font un ensemble de techniques et de procédures internes, destinées avant tout à produire du droit ; les procédures ont dans le droit même leur propre fin, sans visée d’emprise sociale (Pottage, 2014). La perspective moderne tend au contraire à faire du droit un outil normatif destiné à indiquer, produire et renforcer le comportement jugé adéquat juridiquement. À partir du xviiie siècle, cette conception donne à l’État, et plus particulièrement à la loi étatique, un rôle décisif pour intervenir sur la société et sur le comportement individuel. Investie d’une légitimité politique importante en tant qu’émanation de la volonté générale, la loi est devenue le support d’un projet de rationalisation et d’intervention dans la société (Baranger, 2018). Le droit doit dès lors assurer le bien-être des sujets, jusque dans les moindres gestes des individus. La vie est touchée dans son quotidien même. Ce projet de transformation de la société, a été particulièrement pris en charge, dans le cas français, par l’État, qui devient « instituteur du social » (Rosanvallon, 1990).

L’analyse de ce processus n’est cependant pas sans questions. La première tient à sa consistance juridique. M. Foucault a pu caractériser la modernité par le modèle disciplinaire, fait d’action continu sur les corps, dans les mouvements les plus ordinaires de la vie physique (Foucault, 1975), avant d’en faire un idéal-type opposé au modèle de la loi : là où la discipline opère de façon continue et rapprochée, la loi opère de façon plus lointaine et ponctuelle, lors des procès (Foucault, 2009, p. 10-13). La règle juridique, lorsqu’elle prétend intervenir dans la pratique la plus quotidienne des individus, s’appuie sur des savoirs et des données qui sont élaborées en dehors du droit et fournies par d’autres champs de savoir (médical, statistique, économique, etc.). Mais conserve-t-elle alors son statut et sa spécificité de norme juridique ?

La seconde question tient aux destinataires des normes juridiques. Faire du droit un outil de transformation sociale suppose que la règle soit respectée, donc effective. Cela renvoie à une autre problématique : celle de l’accès au droit pour ceux qui n’ont pas de connaissance juridique, afin de le comprendre ou de le respecter. La diffusion du droit renvoie dans les régimes démocratiques à un impératif politique : celui de diffuser la connaissance d’une règle censée avoir un fondement populaire ; elle tient aussi à l’impératif pratique d’en assurer le respect. Ainsi s’observe à l’époque contemporaine la multiplication des supports de diffusion du droit souvent sous une forme simplifiée [2] : au-delà de l’enseignement universitaire, délivré à ceux qui se préparent à une profession juridique, le développement de publications à destination des « profanes », revues ou manuels simplifiés, et la diffusion du droit pratique montrent le souci d’élargir la connaissance du droit à l’ensemble de la société (Guerlain & Hakim, à paraître). Le rapport entre le quotidien et le droit ne peut ainsi faire l’impasse sur le clivage qui existe entre les juristes professionnels (enseignants, juges ou praticiens) et les « profanes », individus sans formation juridique spécialisée. Il doit aussi s’attacher à la représentation que les individus, dans leur vie quotidienne, peuvent se faire du droit : les études, menées en particulier aux États-Unis, autour de la legal consciousness, de la conscience que les individus ordinaires ont du droit, soulignent le rapport différencié au droit selon les situations de la vie quotidienne et les différents effets de pouvoir qui en découlent (Pélisse, 2005 ; Ewick & Silbey, 1998 ; Kearns & Sarat, 1993).

La résistance du quotidien au droit

Cette intervention du droit, et plus particulièrement de la loi étatique, dans la vie quotidienne des individus, ne va pas sans résistances. Celle-ci peut passer par un retournement de l’outil juridique utilisé par les profanes dans le but d’obtenir gain de cause. Le mouvement du cause lawyering aux États-Unis témoigne de l’intérêt pour les mobilisations militantes du droit dans des situations très concrètes, par l’intermédiaire en particulier des avocats (Israël, 2001), ce qui transpose d’une certaine manière sur le plan du droit la dimension inventive du quotidien, mais interroge aussi les contacts qui peuvent s’établir entre profanes et professionnels.

Mais la contestation peut se faire plus globale, contre l’emprise d’un droit étatique accusé de détruire les pratiques spontanées des individus. Le droit coutumier a ainsi été valorisé par certains courants juridiques comme l’expression de règles émanant des pratiques mêmes de la société, et non d’une volonté abstraite. Dans la conception romantique de la coutume, la pratique quotidienne (habituelle et répétée) devient ainsi une source normative valorisée, qui s’oppose à l’abstraction de la loi ou du code. La tradition marxiste, à la suite des articles de Marx sur le vol de bois, s’est également intéressée à la façon dont le droit étatique, considéré comme bourgeois, a fait l’objet de contestations destinées à affirmer la légitimité des coutumes populaires (Marx, 2013 [1842] ; Thompson, 2014 [1975]). Au xxe siècle, contestant le normativisme ou le positivisme étatique, le courant du pluralisme juridique a défendu, dans la théorie juridique, l’existence d’une pluralité d’ordres juridiques et la capacité d’auto-organisation et d’auto-régulation des sociétés sans la médiation de l’État. Il s’est agi de ne pas voir du droit que dans les productions de l’État, mais aussi (et surtout) dans la vie quotidienne, qui produit des normes, même non cohérentes, peu systématiques et peu structurées. Cette perspective, s’opposant au volontarisme juridique de la modernité, dissout l’idée même de « projet juridique » par lequel on prétendrait réguler la vie des gens et remet en cause la prééminence de l’État (Hespanha, 1997), souvent par la valorisation des situations historiques prémodernes de pluralisme (Grossi, 1995). Le savoir juridique redevient un mécanisme prudentiel d’observation de phénomènes extérieurs à lui, par le biais notamment du procès casuistique, et non un projet de régulation des comportements. Dans cette perspective, les mécanismes de discipline les plus efficaces se situent à un échelon très rapproché, formant un véritable droit du quotidien.

On le voit, les pistes ouvertes par la question du quotidien sont nombreuses et interrogent au premier chef l’inscription du phénomène juridique dans la société. Les articles proposés pourront procéder d’une analyse du droit positif comme de l’histoire du droit, à partir d’un point de vue juridique, sociologique ou de science politique. Les articles pourront porter sur des études de cas, mais aussi concerner des approches plus théoriques sur le lien que le quotidien entretient avec le droit. Ils peuvent s’inscrire dans les thèmes suggérés par l’appel à communication ou explorer d’autres objets pertinents pour la compréhension du rapport entre quotidien ou vie quotidienne et droit.

La date limite pour l’envoi des propositions est le 1er mars 2019.

BIBLIOGRAPHIE

É. Balibar, 2004, « La “quotidianisation du charisme” selon Max Weber », intervention le 3 novembre 2004 à l’université Lille 3. URL : https://f-origin.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/165/files/2017/09/03-11-2004_Balibar.pdf.

D. Baranger, 2018, Penser la loi. Essai sur le législateur des temps modernes, Paris, Gallimard.

P. Bourdieu, 2001, Langage et pouvoir symbolique, Paris, Le Seuil, « Points ».

M. de Certeau, 1990 [1980], L’Invention du quotidien. 1. Arts de faire, Paris, Gallimard.

P. Ewick & S. S. Silbey, 1998, The common place of law: Stories from everyday life, University of Chicago Press.

M. Foucault, 1975, Surveiller et punir, Paris, Gallimard.

M. Foucault, 2009, Sécurité, territoire, population. Cours au Collège de France, 1977-1978, Paris, Gallimard-Seuil.

M. Galanter, 1974, « Why the “Haves” Come out Ahead: Speculations on the Limits of Legal Change », Law & Society Review, vol. 9-1, p. 95-160.

A. M. Hespanha, 1997, « Le droit du quotidien », 19e conférence Marc-Bloch. URL : www.ehess.fr/sites/default/files/pagedebase/fichiers/antonio_manuel_hespanha.pdf.

L. Israël, 2001, « Usages militants du droit dans l’arène judiciaire : le cause lawyering », Droit et société, n° 49, p. 793-824.

O. Lenel, 1889, Palingenesia Iuris Ciuilis, Leipzig, 2 vol.

P. Grossi, 1995, L’Ordine giuridico medievale, Bari-Rome, Laterza.

L. Guerlain & N. Hakim, à paraître, Le sacré et le profane : les littératures populaires du droit, Paris, Lextenso.

L. Guerlain & N. Hakim, à paraître, « Acquiring legal literacy: popular legal literature in 19th century France », in M. Korpiola (dir.),Learning law by doing. Exploring legal literacy in premodern societies, New York, Palgrave Macmillan.

T. R. Kearns & A. Sarat (dir.), 1993, Law in everyday life, Ann Arbor, University of Michigan Press.

D. Lochak, 1983, « Droit, normalité et normalisation », in CURAPP, Le Droit en procès, Paris, PUF, p. 51-77.

P. Macherey, 2005, « Le quotidien, objet philosophique ? », Articulo – Journal of Urban Research. URL : http://journals.openedition.org/articulo/871 ; DOI : 10.4000/articulo.871.

K. Marx, 2013 [1842], La loi sur le vol de bois, Sainte-Marguerite-sur-Mer, Édition des Équateurs.

H. Moutouh, 2003, « Pluralisme juridique », in D. Alland & S. Rials, Dictionnaire de la culture juridique, Paris, PUF, p. 1159-1162.

M.-V. Ozouf-Marignier, 1989, La Formation des départements. La représentation du territoire français à la fin du xviiie siècle, Paris, EHESS.

J. Pélisse, 2005, « A-t-on conscience du droit ? Autour des Legal Consciousness Studies », Genèses, no 59-2, p. 114-130 ; DOI : 10.3917/gen.059.0114.

A. Pottage, 2014, « Law after Anthropology: Object and Technique in Roman Law », Theory, Culture & Society, vol. 31 (2/3), p. 147-166. DOI: 10.1177/0263276413502239.

P. Rosanvallon, 1990, L’État en France de 1789 à nos jours, Paris, Seuil.

E. P. Thompson, 2014 [1975], La guerre des forêts. Luttes sociales dans l’Angleterre du xviiie siècle, trad. Chr. Jaquet, Paris, La Découverte.

M. Weber, 1995, Économie et société. 1. Les catégories de la société, trad. J. Freund et alii,Paris, Pocket.


[1] Sur la différence entre les one-shotters (individus ne recourant qu’une seule fois ou rarement au procès au cours de leur existence) et les repeat-players (cas notamment des grandes entreprises ou des acteurs institutionnels habitués aux procès), Galanter, 1974.

[2] Gaius a composé au iie siècle un Livre des choses quotidiennes (Gai rerum cottidianarum sive aureorum libri VII, Lenel, 1889, I, col. 251 sq.), autre manuel plus détaillé que les Institutes du même auteur (malgré sa transmission fragmentaire) et destiné aux praticiens du droit (plutôt qu’aux étudiants) ; le titre en a été repris par quelques ouvrages à l’époque moderne. Si l’on excepte ces titres, les ouvrages ou les collections associant droit et quotidien apparaissent principalement dans la deuxième moitié du xixe siècle.

Teaching law outside national borders (19th-20th centuries)

Call for papers – Cycle of conferences (Lyon, 2018 ; Bordeaux, 2020 ; Aix-Marseille, 2021)

Teaching law outside national borders (19th-20th centuries)

 Organisation

Silvia Falconieri (chargée de recherches CNRS, IMAF) : silviafalconieri@gmail.com

Catherine Fillon (professeur, Université Jean Moulin Lyon III) : catherine.fillon@univ-lyon3.fr

Laetitia Guerlain (maître de conférences, Université de Bordeaux) : laetitia.guerlain@u-bordeaux.fr

Florence Renucci (directrice de recherches CNRS, IMAF) : florence.renucci@univ-amu.fr

 

For the first conference (Lyon, december 2018), proposals shall be sent to the four convenors with a brief résumé, no later than sept. 1st, 2018).

 

Argument

             These past few decades, French historiography has made important progress regarding the history of legal education. A Société pour l’histoire des facultés de droitwas founded in 1983, allowing the development and coordination of research in this specific field. Despite this progress, the history of legal education has, for a long time, remained a mere history of ideas and schools of thought, and has only considered law schools as a mere structure enabling ideas to emerge and develop. More recently however, French historiography has paid more attention to the law schools themselves, in the perspective of a social history. Studies have been published about the functioning of law schools, their staff, their students or their budget. Such studies already existed in other fields of higher education (Charles, 2004 ; Picard, 2007 ; Singaravelou, 2009 ; Ferté et Barrera, 2010), but legal historians have only recently engaged in them. This historiographical turn is sometimes linked with the current debates regarding global law and the transformations of French legal education (Ancel et Heuschling, 2016 ; Jamin et Van Caeneghem, 2016).

           This renewal of research led legal historians to investigate, for example, the birth of legal disciplines and the carriers of law professors. A database of 600 law professors (1804-1950) called Siprojuris has been launched on line a few years ago, under the supervision of Catherine Fillon. This important collective work has opened new perspectives for the social history of legal elites. It has also made intellectual portraits easier. One must also mention the creation, in 2008, of a European network dedicated to the history of legal education (Réseau européen pour l’histoire de l’enseignement du droit).

            Thus, the progress of the history of legal education in the contemporary era has been substantial. This cycle of conferences intends to build on this dynamism to address a phenomenon that has not been investigated enough so far : the history of legal education outside national borders in the 19th and 20th centuries. Even if the 19th and 20th centuries are undeniably a time of nationalisation of law and its teaching (compared, for instance, to the Middle Ages or the Modern Times), they also are a time of spreading of the French academic world (Audren et Halpérin, 2013).

  • Firstly, in the context of military or colonial expansion, mainland France tried to duplicate its legal education system within new institutions (creation of law schools in countries that fell under the rule of the Napoleonian Empire ; law schools in the colonies [Alger or Hanoï, for instance]; law schools in eastern countries such as Egypt or Lebanon, etc.).
  • Secondly, outside those authoritarian contexts, many law professors, especially from the 1920s-1930s onward, travelled abroad in order to promote French legal culture (lectures, lessons in many cultural institutes, etc.).

Therefore, this transnational approach of legal education intends to address three issues that have recently emerged : the raise of a transnational history of education in other fields than law ; the historiographical turn towards global or connected history ; the current reflection on global legal education. We are very much interested in inviting foreign colleagues that could enlighten us about similar experiments in their own countries, thus making comparion possible. This research programm will be developed within 3 conferences :

  • Lyon, december 2018 : « places and shapes of legal education outside national borders ».

This first colloquium intends to understand better the structures of legal education outside national borders. We know that in the colonies, the French state has sometimes created law schools similar to those existing in metropolitan France. Yet, in the most numerous cases, France had to be more inventive in territories that did not abdicate their sovereignty, especially when other countries intended to promote their own legal cultures in such places. This first meeting will seek to sketch the multiple forms that legal education can take depending on the context (lectures, creation of law schools, creation of cultural institutes, control on local institutions already existing, etc.). With what partners and with what money was France able to promote its legal education system ?

  • Bordeaux, march 2020 : « pedagogic content and goals of legal education outside national borders ».

This second symposium will specifically address the question of the content and goals of law courses outside national borders. What are the purposes of such teachings depending on the local context ? (educating local elites ? making French students familiar with local law ? promoting French legal culture in occupied countries ? etc.). For example, do law professors teach French civil law the same way in the colonies and in cultural institutes ? Do they adapt the pedagogic content of their teachings according to the kind of students they address ?

  • Aix-Marseille, 2021 : « the actors oflegal education outside national borders ».

This last colloquium will question the actors oflegal education outside national borders, namely professors and students. As for law professors, the main question will be about the reasons of their exile, be it temporary or long-lasting. For what reasons does a law professor choose to go abroad to teach ? For material reasons ? Intellectual reasons ? Ideological ones ? What does this experience abroad teach us about those scholars ? Is it a sign of their openmindedness ? Does is have an influence on their way of teaching law ? Does it bear a political meaning ? As for law students, prosopography studies would be very welcome. Students’ migrations can do a lot for the circulation of knowledge. They can also put the states’ stability to risk.

Bibliography

Coll., Actes des États généraux de la recherche sur le Droit et la Justice, Paris, Lextenso, 2018, voir en particulier les articles de la partie « professions juridiques et judiciaires ».

Ancel (P.) et Heuschling (L.) (dir.),La transnationalisation de l’enseignement du droit, Bruxelles, Larcier, 2016.

Audren (F.) et Halpérin (J.-L.), La culture juridique française entre mythes et réalités, xixe-xxesiècles, Paris, CNRS éd., 2013.

Audren (F.), « Alma Mater sous le regard de l’historien du droit. Cultures académiques, formation des élites et identités professionnelles », inKrynen(J.) et d’Alteroche(B.) (dir.), L’histoire du droit en France. Nouvelles tendances, nouveaux territoires, Paris, Classiques Garnier, 2014, p. 145-172.

Bastier (J.), « L’enseignement du droit à Alger de 1879 à 1914 », inNélidoff(Ph.) (dir.), Les facultés de droit de province au xixesiècle, tome 1, Bilan et perspectives de la recherche, Toulouse, Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2009, p. 519-542.

Charle (Ch.), « Enseignement supérieur et expansion internationale (1870-1930). Des instituts pour un nouvel empire ? », in Heilbron(J.), Lenoir(R.) et Sapiro(G.) (dir.), Pour une histoire des sciences sociales. Hommage à Pierre Bourdieu, Paris, Fayard, 2004, p. 323-347.

Charle (Ch.), Schriewer (J.) et Wagner (P.) (dir.), Transnational Intellectual Networks. Forms of Academic Knowledge and the Search for Cultural Identities, Francfort, New York, Campus, 2004.

De Mari (E.), Fabre (M.), Renucci (F.), Cours d’histoire du droit colonial, UNJF (en ligne), leçon 10 « De la connaissance à la réorganisation du droit ».

Falconieri (S.), « Le « droit de la race ». Apprendre l’antisémitisme à la Faculté de droit de Paris (1940-1944) », Clio@themis. Revue électronique d’histoire du droit, n° 7, 2014 (en ligne).

Ferté (P.) et Barerra (C.) (dir.), Étudiants de l’exil. Migrations internationales et universités refuges (xvie-xxe s.), Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2010.

Fillon (C.), « L’enseignement du droit, instrument et enjeu de la diplomatie culturelle française. L’exemple de l’Égypte au début du xxesiècle », Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle, n° 29 [La Belle Époque des juristes. Enseigner le droit dans la République], 2011/1, p. 123-144.

Fillon (C.), « Le Jésuite, l’Universitaire et le Politique : stratégies de recrutement du corps enseignant de l’École Française de droit de Beyrouth (1913-1939) », in Gaven(J.-C.) et Audren(F.) (dir.), Les facultés de droit de province aux xixeet xxesiècles, tome 3, Les conquêtes universitaires, Toulouse, Presses Universitaires de Toulouse 1 Capitole, 2011, p. 115-138.

Gaillard (A.-M.) et (J.), Les enjeux des migrations scientifiques internationales. De la quête du savoir à la circulation des compétences, Paris, L’Harmattan, 1999.

Gonzalez (C.), « Education and Empire : Colonial Universities in Mexico, India and the United States », Research and Occasional Paper Series, CSHE-Berkeley, 2014 (en ligne).

Halary (Ch.), Les exilés du savoir. Les migrations scientifiques internationales et leurs mobiles, Paris, L’Harmattan, 1994.

Halpérin (J.-L.) (dir.), Paris, capitale juridique (1804-1950). Études de socio-histoire sur la Faculté de droit de Paris, Paris, Éditions rue d’Ulm, 2011.

Jamin (Ch.) et Van Caenegem (W.) (dir.), The Internationalisation of Legal Education, Switzerland, Springer, 2016.

Outre-Mers. Revue d’histoire, t. 105, n° 394-395 [Enseignement supérieur et universités dans les espaces coloniaux : histoire, comparaisons (du xixesiècle aux indépendances)], 2017, coordonné par Hélène Chartonet Marc Michel.

Picard (E.), « Étudiants et enseignants : du dossier individuel à la prosopographie », Revue administrative, 2007, p. 55-58 (en ligne sur HAL).

Ponthoreau (M.-Cl.) (dir.),La dénationalisation de l’enseignement juridique. Comparaisons des pratiques, Paris, Institut Universitaire Varenne, coll. « Colloques & Essais », 2016.

Singaravelou (P.), « L’enseignement supérieur colonial. Un état des lieux », Histoire de l’éducation, 122/2009, p. 71-92

Renucci (F.) (dir.), Dictionnaire des juristes ultramarins (xviiie-xxesiècles), rapport de recherche gip« Mission de recherche Droit et Justice », 2012.

Tronchet (G.), Savoirs en diplomatie. Une histoire sociale et transnationale de la politique universitaire internationale de la France (années 1870-années 1930), thèse de doctorat en histoire contemporaine, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2014.

Scientific board

Frédéric Audren (directeur de recherches CNRS, École de droit de Sciences Po)

Isabelle Giraudou (professeur associée, Université de Tokyo)

Jean-Louis Halpérin (professeur, ENS)

Béatrice Jaluzot (maître de conférences, Sciences Po Lyon)

Emmanuelle Picard (maître de conférences, ENS Lyon)

Guillaume Tronchet (chercheur affilié à l’IHMC, ENS-Paris 1)

Call for papers : « La norme en sciences sociales : regards croisés histoire du droit – science politique »

Colloque Jeunes Cherch(eur)euses de l’IRM

« La norme en sciences sociales : regards croisés histoire du droit – science politique »

                                                                                                           La norme constitue un présupposé implicite dans la connaissance des sociétés humaines (Durkheim, 2009 [1894]). Pour qui veut étudier un ordre social, elle est un point de référence obligé. Prise dans un sens large, la norme revêt, en effet, deux dimensions essentielles qui soulignent sa centralité (Labbé, 1994). La première est d’ordre ontologique : la norme renvoie à ce qui « est », ce qui est en vigueur dans une société donnée. Ainsi, elle représente une donnée préalable nécessaire, une réalité empirique sur laquelle se fonde toute analyse. La seconde dimension, arrimée au concept de norme, est d’ordre structurel : ici l’accent est porté sur le rôle organisateur de celle-ci dans l’ordre social. La dynamique de toute société s’articule en fonction des normes qui la composent et qui règlent, déterminent et sanctionnent la vie en société.

Au regard de ces deux propriétés, la norme occupe donc une place fondamentale dans l’analyse des sociétés humaines. Aussi, cette importance justifie l’intérêt porté à son égard : la norme est interrogée dans le cadre de réflexions théoriques et de manifestations scientifiques. Celles-ci visent, à chaque fois, à éclairer cet objet à la fois noyau et condition de toute compréhension de l’ordre social. Cependant, un tel intérêt se heurte à une difficulté majeure : celle de l’appréhension de la norme. Intuitivement associée à l’idée de « règle de conduite » collective et sanctionnée, la norme apparaît fuyante dès que l’on se penche sur elle. Cet aspect se dévoile dans la polysémie à laquelle la norme est liée et dans la variété de ses usages. Ainsi, la norme est plurale et mouvante dans le temps et dans l’espace. Chacune de ses formes semble, en outre, être régie par ses propres règles : une norme sociale n’obéit pas aux mêmes principes qu’une norme juridique. Cette pluralité nous invite aussi à questionner la pertinence du singulier : peut-on parler de la norme ou doit-on parler des normes (Leca, 2015 ; Giavarini 2017) ?

La diversité du phénomène normatif est donc source de complexité mais aussi de débats. L’un des écueils serait pourtant de vouloir parvenir à une définition unique et consensuelle de la norme. Partant, l’enjeu consiste, à travers le dialogue pluridisciplinaire, à éclairer celle-ci sans céder à la tentation de l’identité conceptuelle. Tel est le projet de ce colloque organisé par l’Institut de Recherche Montesquieu : assumer le caractère mouvant de la norme, tout en souhaitant parvenir à une meilleure intelligibilité de celle-ci. L’intérêt d’une telle rencontre réside, plus particulièrement, dans la volonté de circonscrire une telle étude au regard de deux disciplines : l’histoire du droit et la science politique. Partant, un dialogue conjoint semble fournir un cadre idéal pour une meilleure appréhension du phénomène normatif. La norme, objet d’étude commun, semble en effet tiraillée entre deux approches parfois contradictoires.

Dans une perspective idéal-typique : les politistes s’intéressent à la norme dans une optique principalement processuelle, dans la mesure où la science politique se penche sur la dynamique de l’émergence des contraintes sociales institutionnalisées. Néanmoins, les normes ne se réduisent pas nécessairement à la seule contrainte formelle, institutionnalisée dans l’État. Une grande partie du corpus normatif provient de règles implicites intériorisées par les individus qui, dans des processus complexes d’interactions, s’inscrivent dans un temps long et participent de la « civilisation des mœurs » (Elias 1973). Par conséquent, la science politique porte également un regard sur la manière dont les individus s’auto-contraignent par des habitudes régulières au sein d’interactions sociales, mais non formalisées d’un point de vue juridique.

L’historien(ne) du droit, quant à lui (elle), appréhende les sources juridiques dans une perspective rétrospective et prospective (Halpérin, 2013). Il suit alors l’évolution de celles-ci dans un cadre spatio-temporel et s’interroge sur cet environnement au sein duquel elles sont pensées, élaborées et appliquées. Le choix de cet environnement détermine les réponses apportées aux questions inhérentes à la norme en termes d’acteurs (le droit des affaires est un exemple éloquent sur la question Hilaire, 1995), d’historicisation et de matériaux utilisés pour aboutir à une analyse éclairante.

Le dialogue de ces deux disciplines propose ainsi un dépassement de la simple narration au profit de l’analyse constructive. Cependant, une telle réflexion implique de questionner l’historien(ne) du droit et le ou la politiste sur leurs méthodes, leurs choix et donc, leur appareil critique. Parce qu’histoire du droit et science politique appréhendent différemment le phénomène normatif, nous postulons que la norme ne sera pas entendue de la même manière. Pour autant, cela ne doit pas vouloir dire qu’il s’agit de champs antagonistes, voués à répandre leurs expériences et savoirs dans des conclusions qui leurs seraient réservées. C’est pour mieux saisir la norme en tant qu’objet social que l’on entrevoit toute l’acuité à vouloir croiser les regards des politistes et des historiens du droit sur ce sujet. Une attention particulière sera ainsi accordée à la dimension épistémologique : comment l’historien(ne) du droit et le ou la politiste, au travers de leurs analyses, appréhendent le phénomène normatif ?

Les réflexions pourront ainsi porter sur la norme en tant que telle – qu’elle soit juridique, sociale, morale, etc. – ou sur les différents « moments » du processus normatif. Qu’elles soient appréhendées par les historiens du droit ou les politistes, les normes obéissent à une commune structure temporelle dont la réflexion (doctrinale), l’élaboration et l’application sont les trois piliers.

Dans la perspective de favoriser le dialogue conjoint entre histoire du droit et science politique, la norme sera aussi envisagée in media res : il s’agira de contextualiser le processus normatif afin de mettre en avant le rapport dialectique qui se noue entre les deux (par exemple, Frydman, 2016). En effet, tout contexte porte en lui des facteurs – multiples et protéiformes – qui agissent sur le processus normatif au cours de ses différents « moments ». Tout au long de son existence, la norme est donc déterminée par des éléments extérieurs à elle. Inversement, la norme agit sur le contexte dont elle dépend. Les trois « moments » du processus normatif portent en eux des effets qu’il convient d’appréhender. Aussi, le dialogue sur la norme, par une approche commune de l’histoire du droit et de la science politique, doit se nourrir d’un cadre concret d’étude. Trois axes, au carrefour des deux disciplines, paraissent pertinents pour comprendre l’ampleur du phénomène normatif : le pouvoir, la religion et le voyage.

Norme(s) et pouvoir

 Cet axe de réflexion s’intéresse à l’interdépendance entre le pouvoir politique et les normes. Alors que le pouvoir politique s’appuie sur diverses normes pour prendre forme, l’existence même de ces normes est souvent liée à celle d’un pouvoir politique contraignant capable de les appliquer, de les abolir ou de les transformer (Foucault, 1975). La relation entre ces deux notions implique une dialectique singulière qui intéresse à la fois le regard des juristes, historien(ne)s du droit et celui des politistes. Prenons, par exemple, le processus de codification qui a lieu sous Napoléon Ier autour du Code civil. Malgré une volonté manifeste de dépolitiser le travail juridique sur les corpus pour les rendre plus objectifs (Portalis, [1801]), ces mêmes corpus sont néanmoins issus d’une vision profondément politique de la société, dont les élites napoléoniennes sont les vecteurs. Nous trouvons donc là un rapport ambivalent à la norme, juridique en l’occurrence, vis-à-vis du pouvoir politique. Les communications pourront explorer ce rapport à la lumière des trois « moments » de la norme que sont sa réflexion, son élaboration et son application. Les contributions pourront tout aussi bien s’intéresser aux revendications politiques, aux réflexions doctrinales ou, plus largement, aux rapports de force juridico-politiques qui accompagnent l’interaction entre les normes et le pouvoir politique.

 Norme(s) et religion

Dans les Institutions divines, Lactance définit la religion comme le lien qui rattache les humains à Dieu, comme à toute forme de transcendance. Cette conception de la religion peut s’incarner à travers une vision du monde, un discours, ou une manière d’être. Ces éléments traduisent non seulement la verticalité des rapports entre les personnes et la divinité, mais également la dimension plurale et transcendantale de ces rapports. Ainsi, l’objectif est d’analyser la manière dont ces aspects se conjuguent avec les trois temps de la norme. Dans un premier temps, lors de son processus de réflexion, en examinant l’influence de la religion dans les présupposés ontologiques des penseurs de la norme (Timsit, 1991) ; tel peut être l’exemple de l’influence du christianisme dans l’émergence de la culpabilité en droit pénal, ou du protestantisme dans l’émergence du capitalisme (Weber 1985 [1904-1905]). Dans un second temps, lors de son élaboration, que ce soit par les acteurs institutionnels, non-institutionnels ou hybrides, comme en témoignent le syncrétisme communiste et le néoconfucianiste en Chine, les prescriptions juridiques dans le salafisme ou encore les tribunaux islamiques en Angleterre. Enfin, dans son application, qu’il s’agisse de son effectivité, de sa sanction ou de sa réception, comme le démontre l’influence de l’Index librorum prohibitorum sur l’application de la norme par les magistrats. L’influence de la religion n’a pas manqué de susciter critiques et résistances, d’où la nécessité de les prendre en compte, elles-aussi, comme piste de réflexion.

Norme(s) en voyage

L’objectif de cet axe est d’aborder la norme dans sa relation avec la sphère internationale. Dans un monde globalisé, la norme est effectivement un objet en constante redéfinition que les acteurs étatiques incorporent quotidiennement. Pour cela, deux orientations principales – mais non exhaustives – seront privilégiées. La première concernera « la norme internationale », telle qu’elle est couramment admise aujourd’hui, c’est-à-dire la norme d’un point de vue supra-étatique. Les États sont effectivement en contact permanent avec une multitude de normes, aussi différentes soient-elles, avec lesquelles ils interfèrent. En ce sens, quelle est la place de la norme internationale dans le comportement des États ? La seconde orientation souhaitée portera, quant à elle, sur « la circulation de la norme » (Galindo, 2014), c’est-à-dire de territoire en territoire. Comment les normes se diffusent-elles au gré des interactions entre les différents espaces concernés ? Il conviendra alors d’analyser les modalités de circulation de la norme entre les différentes aires géographiques – émettrices et réceptrices de normes (Bourdieu, 2002) pour illustrer le phénomène de norme(s) en voyage.

 Bibliographie indicative

Becker, Howard Saul, Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Éditions Métailié, 1985.

Bourdieu, Pierre, « Les conditions sociales de la circulation internationale des idées », in Actes de la Recherche en Sciences Sociales, vol. 145, décembre 2002, p. 3-8.

Durkheim, Émile, Les règles de la méthode sociologique, (1894), Paris, Payot, coll. « Petite Bibliothèque Payot », 2009.

Elias, Norbert, La civilisation de mœurs, Paris, Calmann-Levy, Archives des sciences sociales, 1973.

Foucault, Michel, « La Vérité et les formes juridiques », in Dits et Écrits, tome I, n°139, 1974, p. 538-646.

Frydman, Benoit, « L’ordre juridique : un concept historiquement situé », in Laurent-Bonne, Nicolas et Prévost, Xavier (dir.), Penser l’ordre juridique médiéval et moderne. Regards croisés sur les méthodes des juristes (I), Paris, LGDJ, 2016, p. 43-55.

Giavarini, Laurence (dir.), Pouvoir des formes, écriture des normes, Dijon, Éditions Universitaires de Dijon, 2017.

Galindo George, « Legal Transplants between Time and Space », dans Duve Thomas (ed.), Entanglements in Legal History: Conceptual Approaches, Max Planck Institute for European Legal History, Frankfurt am Main, 2014, p. 129-148.

Halpérin, Jean-Louis, « Droit et contexte du point de vue de l’histoire du droit », Revue interdisciplinaire d’études juridiques, vol. 70, 1 (2013), p. 117-121.

Hilaire, Jean, Le droit, les affaires et l’histoire, Paris, Économica, 1995.

Kelsen, Hans, Théorie pure du droit, (1934), Paris, LGDJ, 1999.

Labbé, Xavier, Les critères de la norme, Lille, Presses Universitaires de Lille, 1994.

Lactance, Institutions divines, (début iiie siècle), Paris, Éditions du Cerf, coll. « Sources chrétiennes », 1973.

Leca, Antoine, Formation et transformations du droit français. Des origines au xxie siècle, Paris, LexisNexis, 2015.

Portalis, Jean-Étienne-Marie, Discours préliminaire du premier projet de Code civil, (1801), Bordeaux, Éditions Confluences, 1999.

Schmitt, Carl. La notion du politique – Théorie du partisan. Paris, Flammarion, 1992.

Timsit, Gérard, Les noms de la loi, Paris, PUF, 1991.

Weber, Max, L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, (1904-1905), Paris, Presses-Pocket, Agora, 1985.

 Modalités d’organisation du colloque

 L’objectif global de cette manifestation scientifique étant d’encourager le dialogue inter-disciplinaire, l’organisation du colloque se fera selon les modalités suivantes :

  • Les intervenant(e)s du colloque seront réparti(e)s en panels thématiques suivant les orientations retenues parmi les trois axes de l’appel à communications ;
  • Outre les intervenant(e)s, les panels comportent deux discutant(e)s en provenance des deux disciplines concernées (histoire du droit / science politique) dont la tâche sera de lire au préalable les travaux des intervenant(e)s et d’en fournir une analyse critique en se fondant sur le(s) cadre(s) scientifique(s) mobilisé(s) ;
  • Afin de favoriser le dialogue interdisciplinaire, les politistes seront invités à lire et à discuter les travaux des historien(ne)s du droit et inversement ;
  • Les discussions porteront sur les enjeux épistémologiques et méthodologiques communs qui relient nos deux disciplines institutionnelles au socle commun des sciences sociales : travail d’archives, entretiens, paradigmes/concepts mobilisés, objectifs poursuivis par les approches, etc.

Afin de concrétiser l’interdisciplinarité, les intervenant(e)s retenu(e)s devront prévoir une communication de 15 minutes et envoyer leurs versions écrites à destination des discutant(e)s (entre 25 000 et 30 000 signes maximum, espaces comprises) selon le calendrier suivant :

  • Fin de l’appel à communication : septembre 2018 ;
  • Date de sélection : novembre 2018 ;
  • Date limite d’envoi des contributions écrites : février 2019 ;
  • Colloque : mai 2019.

 Modalités d’envoi des propositions de communication

 Les propositions devront contenir :

  • Le titre de la communication ;
  • Un court résumé de 500 mots maximum précisant un des trois axes dans lequel s’inscrit la communication ;
  • Les coordonnées institutionnelles et une courte description des recherches menées.

Modalités pratiques et financement

             Le colloque aura lieu courant mai/juin 2019 à l’Université de Bordeaux, campus de Pessac, et se déroulera sur deux journées. Le comité d’organisation du colloque prendra en charge les remboursements des billets de trains / frais de logement à hauteur de 150 euros forfaitaires. Les communications écrites feront l’objet d’une publication à la charge du comité d’organisation (les versions écrites seront susceptibles de devoir être adaptées aux normes éditoriales).

            Pour tout renseignement complémentaire : colloqueirm@icloud.com

 Comité d’organisation

David Bertrand (doctorant en science politique – Institut de Recherche Montesquieu)

Pierre Bourgois (doctorant en science politique – Institut de Recherche Montesquieu)

Thibaut Dauphin (doctorant en science politique – Institut de Recherche Montesquieu)

Clémence Faugère (doctorante en histoire du droit – Institut de Recherche Montesquieu)

Alexandre Frambéry (doctorant en histoire du droit – Institut de Recherche Montesquieu)

Pauline Girard (doctorante en histoire du droit – Institut de Recherche Montesquieu)

Badr Karkbi (doctorant en science politique – Institut de Recherche Montesquieu)

Victor Le Breton-Blon (doctorant en histoire du droit – Institut de Recherche Montesquieu)

Nicolas Médan (doctorant en histoire du droit – Institut de Recherche Montesquieu)

Marco Mellina (doctorant en histoire du droit – Institut de Recherche Montesquieu)

Alizée Miranda (doctorante en histoire du droit – Institut de Recherche Montesquieu)

Clément Rodier (doctorant en science politique – Institut de Recherche Montesquieu)

Rafael Suguimoto (doctorant en histoire du droit – Institut de Recherche Montesquieu)

Claire Vachet (doctorante en histoire du droit – Institut de Recherche Montesquieu)

Marine Vetter (doctorante en histoire du droit – Institut de Recherche Montesquieu)

Roman Volkov (docteur en science politique – Institut de Recherche Montesquieu)

Call for papers : La Renaissance dans la pensée juridique (XIXe-XXe siècles) – Bordeaux (7-8 mars 2019)

La Renaissance dans la pensée juridique (XIXe-XXe siècles)

Colloque

Université de Bordeaux

7 et 8 mars 2019

Malgré les mutations fondamentales qui se déploient entre 1789 et 1804, pour de nombreux auteurs des xixe et xxe siècles, le seizième siècle apparaît comme l’époque la plus brillante de l’histoire de la jurisprudence moderne, et les œuvres comme les auteurs d’Ancien Régime continuent de jouer dans la pensée juridique contemporaine un rôle non négligeable.

Cette importance du xvie siècle, période charnière de la Renaissance en France, apparaît dans un certain nombre de déclarations fameuses : Savigny assure ainsi que c’est alors que « la science du droit eut véritablement le grand et noble caractère, qu’elle n’a jamais retrouvé depuis » ; Bardoux y voit l’« époque doctrinale » par excellence ; Ginoulhiac une époque de législation, comme une époque de science, et le Répertoire Dalloz le temps du « grand essor de l’esprit juriste français ». Aux yeux de nombreux juristes, jusqu’à nos jours, Cujas, Doneau, Le Douaren, Du Moulin et quelques autres apparaissent durablement comme de « grands jurisconsultes », « fondateurs de la jurisprudence française ». Ceux qu’inspire dès le xixe siècle la méthode historique dans la science du droit n’hésitent pas à mobiliser dans leurs travaux une liste importante d’autorités d’Ancien Régime : Ricard, Furgole, Bourjon, Lebrun, Coquille, Prévost de La Janès, Pothier, Domat comme, bien sûr, Du Moulin. Tandis que la jurisprudence consacre encore certaines de leurs thèses, la doctrine s’efforce de « renouer la chaîne des temps » avec le droit romain et l’Ancien Régime, occultant au passage certaines innovations de la codification napoléonienne. Certes, les progrès de l’histoire et le développement d’un esprit de libre examen promu dès le milieu du xixe siècle contrecarrent quelque peu ces perspectives. Tandis que l’« école des praticiens » en appelle à une évolution du raisonnement et du statut des sources de la réflexion juridique, le poids des autorités traditionnelles se heurte au développement d’un esprit critique et à une prise en considération plus grande des décisions de justice. Si l’autorité des « vieux auteurs » reste centrale aux yeux de divers auteurs, offrant « nourriture solide » et « mâles instructions », leurs œuvres peuvent désormais apparaître comme constituant un « lourd et embarrassant fardeau » à ne pas mettre entre les mains de tous ceux qui étudient le droit. De fait, dans la seconde moitié du xixe siècle, l’usage qui est fait de leurs œuvres se révèle plus parcimonieuse. Certains civilistes se méfient de l’élément historique en matière juridique et, leurs œuvres n’étant plus réimprimées, l’audience des jurisconsultes de la Renaissance se réduit.

À la fin du xixe siècle, avec l’érection de l’histoire du droit en discipline autonome voire en science « sérieuse », dans le cadre d’une étude « minutieuse » des documents juridiques du passé, l’attention portée à l’histoire de la pensée juridique du xvie siècle et aux auteurs de la période se maintient cependant. Tandis que certaines institutions de la Renaissance française font l’objet de scrupuleuses études, telles les universités, les vies des anciens jurisconsultes et leurs doctrines sont mobilisées. Le tout n’est pas sans contribuer à la révélation d’une histoire juridique à la gloire de diverses formes de particularisme nationaliste, ainsi qu’une certaine conception du progrès juridique et social. Les cours, ouvrages et traités consacrés au Code civil qui continuent de s’intéresser à ces questions comme les travaux plus spécifiquement dédiés à l’histoire du droit servent l’écriture d’un récit national à la gloire d’une école juridique et d’un « esprit juridique » français (F. Audren, J.-L. Halpérin). L’importance accordée à un auteur comme Du Moulin le révèle : tandis que ses travaux si essentiels sur les coutumes contribuent à mettre en lumière l’identité juridique nationale dont le Code civil est l’expression aboutie, il est embrigadé, avec bien d’autres jurisconsultes humanistes, « dans un discours historiographique téléologique dont la vocation essentielle demeure de paver la voie à la formation d’un droit national français qui culmine dans l’ère des codes » (A. Wijffels). Il contribue à la mise en place d’un schéma d’interprétation de la construction de l’État et du droit français qui fait la part belle à une vision tout aussi évolutionniste que continuiste (J.-L. Halpérin).

Ces perspectives téléologiques et utilitaristes se poursuivront dans la plupart des grands manuels d’histoire du droit du début du xxe siècle, lesquels insistent sur la fécondité de cette école juridique française dont sont sortis tant d’hommes illustres, à commencer par cet « homme de génie » que fut Du Moulin, sur l’importance des institutions de l’époque (la coutume…), et, au fond, sur l’importance d’un xvie siècle qui ne cesse d’apparaître non seulement comme « l’âge d’or de la jurisprudence en France », celui de « l’immense travail de la rédaction des coutumes », mais aussi celui de « toutes les grandes ordonnances », et celui d’une pléiade de jurisconsultes illustres, « tels par leur savoir et leur sens juridique, qu’on peut les mettre à côté de ceux de la grande époque romaine ». C’est bien de là que « notre droit moderne est sorti » et là qu’eut lieu «le grand essor de l’esprit juriste français».

C’est toute l’importance de cette période charnière de la Renaissance dans l’histoire de la pensée juridique française et européenne que ce colloque entend interroger.

Cette recherche pourra suivre diverses orientations pour envisager :

– la place prise par les institutions de la Renaissance dans l’écriture de l’histoire du droit comme dans celle des réflexions relatives aux institutions aux xixe et xxe siècles

– l’importance accordée aux idées et aux auteurs de la Renaissance dans l’élaboration des doctrines civilistes et publicistes comme dans les travaux des historiens du droit

– l’importance accordée dans les bibliothèques et dans l’histoire de l’édition aux œuvres de la Renaissance

– le développement de perspectives historiographiques particulières dans l’histoire de la pensée juridique : ainsi l’importance accordée au mos gallicus dans le cadre de la défense de l’esprit juridique français, comme les difficultés dans ce cadre à s’ouvrir aux travaux relatifs au ius commune

– un regard sur ce qui se passe en Europe : on sait la place prise par la Renaissance dans la construction de certaines idéologies à l’étranger (ainsi chez Carl Schmitt par exemple)

Les propositions sont à renvoyer à Géraldine Cazals (geraldine.cazals@univ-rouen.fr) et Nader Hakim (nader.hakim@icloud.com) avant le 30 septembre 2018.

Bibliographie indicative :

Audren F., « Ecrire l’histoire du droit français : science du politique, histoire et géographie chez Henri Klimrath (1807-1837), dans Histoire de l’histoire du droit, dir. J. Poumarède, Études d’histoire du droit et des idées politiques, n° 10/2006, p. 113-131.

Audren F., Halpérin J.-L., La culture juridique française. Entre mythes et réalités (xixe-xxe siècles), Paris, CNRS éditions, 2013.

Barenot P. N., Hakim N., « La jurisprudence et la doctrine : retour sur une relation clef de la pensée juridique française contemporaine », Quaderni fiorientini per la storia del pensiero giuridico moderno, 41, 2012, p. 251-297.

Cazals G., « Molinaeus noster. Charles Du Moulin (1500-1566), prince des juristes, praticien engagé et fondateur de l’école juridique française. Un modèle de jurisconsulte dans la France du xixe siècle », dans Mélanges en l’honneur de Jean-Louis Thireau, dir. Anne Dobigny-Reverso, Xavier Prévost et Nicolas Warembourg, à paraître.

Cherfouh F., Hakim N, « L’histoire de la pensée juridique contemporaine : hétérogénéité et expansion », dans L’Histoire du droit en France. Nouvelles tendances, nouveaux territoires, Bernard d’Alteroche et Jacques Krynen (dir.), éd. Garnier, 2014, p. 117-143.

Fergusson, Wallace K., La Renaissance dans la pensée historique (1950), rééd. Paris, Payot, 2009.

Hakim N., « Continuità o rottura nella storia del pensiero giuridico ? Esegesi, transtestualità e positivismo legalistico del Cours de Code Napoléon di Charles Demolombe », Historia et Ius, Rivista di storia giuridica dell’età medievale e modernawww.historiaetius.eu – 12/2017 – paper 2 (version italienne d’un article à paraître en français dans Mélanges en l’honneur de Jean-Louis Thireau, Mare&Martin, 2018).

Halpérin J.-L., « Est-il temps de déconstruire les mythes de l’histoire du droit français ? », Clio@Themis, 5, 2012, en ligne.

Halpérin J.-L., « La lecture de Pothier par la doctrine du xixe siècle », dans Robert-Joseph Pothier, d’hier à aujourd’hui, dir. J. Monéger, J-L. Sourioux et A. Terrasson de Fougères, Paris, 2001, p. 65-75.

Jouanjan O. (dir.), « L’esprit de l’école historique du droit », Annales de la Faculté de droit de Strasbourg, nouvelle série, n°7, 2004.

Jouanjan O. Une histoire de la pensée juridique en Allemagne (1800-1918), Paris, PUF, 2005.

Sturmell P., « L’école historique française du droit a-t-elle existé ? », Rechtsgeschichte : Zeitschrift des Max-Planck-Instituts für Europäische Rechtsgeschichte, 2002, p. 90-121.

Wijffels A., « Le ius commune européen : ‘‘hareng rouge’’ de l’approche comparative des traditions juridiques anglaise et française », Clio@Themis, 5, 2012, en ligne.

Organisateurs :

Géraldine Cazals : geraldine.cazals@univ-rouen.fr

Nader Hakim : nader.hakim@icloud.com