Category Archives: CALL FOR PAPERS / GRANTS

Teaching law outside national borders (19th-20th centuries)

Call for papers – Cycle of conferences (Lyon, 2018 ; Bordeaux, 2020 ; Aix-Marseille, 2021)

Teaching law outside national borders (19th-20th centuries)

 Organisation

Silvia Falconieri (chargée de recherches CNRS, IMAF) : silviafalconieri@gmail.com

Catherine Fillon (professeur, Université Jean Moulin Lyon III) : catherine.fillon@univ-lyon3.fr

Laetitia Guerlain (maître de conférences, Université de Bordeaux) : laetitia.guerlain@u-bordeaux.fr

Florence Renucci (directrice de recherches CNRS, IMAF) : florence.renucci@univ-amu.fr

 

For the first conference (Lyon, december 2018), proposals shall be sent to the four convenors with a brief résumé, no later than sept. 1st, 2018).

 

Argument

             These past few decades, French historiography has made important progress regarding the history of legal education. A Société pour l’histoire des facultés de droitwas founded in 1983, allowing the development and coordination of research in this specific field. Despite this progress, the history of legal education has, for a long time, remained a mere history of ideas and schools of thought, and has only considered law schools as a mere structure enabling ideas to emerge and develop. More recently however, French historiography has paid more attention to the law schools themselves, in the perspective of a social history. Studies have been published about the functioning of law schools, their staff, their students or their budget. Such studies already existed in other fields of higher education (Charles, 2004 ; Picard, 2007 ; Singaravelou, 2009 ; Ferté et Barrera, 2010), but legal historians have only recently engaged in them. This historiographical turn is sometimes linked with the current debates regarding global law and the transformations of French legal education (Ancel et Heuschling, 2016 ; Jamin et Van Caeneghem, 2016).

           This renewal of research led legal historians to investigate, for example, the birth of legal disciplines and the carriers of law professors. A database of 600 law professors (1804-1950) called Siprojuris has been launched on line a few years ago, under the supervision of Catherine Fillon. This important collective work has opened new perspectives for the social history of legal elites. It has also made intellectual portraits easier. One must also mention the creation, in 2008, of a European network dedicated to the history of legal education (Réseau européen pour l’histoire de l’enseignement du droit).

            Thus, the progress of the history of legal education in the contemporary era has been substantial. This cycle of conferences intends to build on this dynamism to address a phenomenon that has not been investigated enough so far : the history of legal education outside national borders in the 19th and 20th centuries. Even if the 19th and 20th centuries are undeniably a time of nationalisation of law and its teaching (compared, for instance, to the Middle Ages or the Modern Times), they also are a time of spreading of the French academic world (Audren et Halpérin, 2013).

  • Firstly, in the context of military or colonial expansion, mainland France tried to duplicate its legal education system within new institutions (creation of law schools in countries that fell under the rule of the Napoleonian Empire ; law schools in the colonies [Alger or Hanoï, for instance]; law schools in eastern countries such as Egypt or Lebanon, etc.).
  • Secondly, outside those authoritarian contexts, many law professors, especially from the 1920s-1930s onward, travelled abroad in order to promote French legal culture (lectures, lessons in many cultural institutes, etc.).

Therefore, this transnational approach of legal education intends to address three issues that have recently emerged : the raise of a transnational history of education in other fields than law ; the historiographical turn towards global or connected history ; the current reflection on global legal education. We are very much interested in inviting foreign colleagues that could enlighten us about similar experiments in their own countries, thus making comparion possible. This research programm will be developed within 3 conferences :

  • Lyon, december 2018 : « places and shapes of legal education outside national borders ».

This first colloquium intends to understand better the structures of legal education outside national borders. We know that in the colonies, the French state has sometimes created law schools similar to those existing in metropolitan France. Yet, in the most numerous cases, France had to be more inventive in territories that did not abdicate their sovereignty, especially when other countries intended to promote their own legal cultures in such places. This first meeting will seek to sketch the multiple forms that legal education can take depending on the context (lectures, creation of law schools, creation of cultural institutes, control on local institutions already existing, etc.). With what partners and with what money was France able to promote its legal education system ?

  • Bordeaux, march 2020 : « pedagogic content and goals of legal education outside national borders ».

This second symposium will specifically address the question of the content and goals of law courses outside national borders. What are the purposes of such teachings depending on the local context ? (educating local elites ? making French students familiar with local law ? promoting French legal culture in occupied countries ? etc.). For example, do law professors teach French civil law the same way in the colonies and in cultural institutes ? Do they adapt the pedagogic content of their teachings according to the kind of students they address ?

  • Aix-Marseille, 2021 : « the actors oflegal education outside national borders ».

This last colloquium will question the actors oflegal education outside national borders, namely professors and students. As for law professors, the main question will be about the reasons of their exile, be it temporary or long-lasting. For what reasons does a law professor choose to go abroad to teach ? For material reasons ? Intellectual reasons ? Ideological ones ? What does this experience abroad teach us about those scholars ? Is it a sign of their openmindedness ? Does is have an influence on their way of teaching law ? Does it bear a political meaning ? As for law students, prosopography studies would be very welcome. Students’ migrations can do a lot for the circulation of knowledge. They can also put the states’ stability to risk.

Bibliography

Coll., Actes des États généraux de la recherche sur le Droit et la Justice, Paris, Lextenso, 2018, voir en particulier les articles de la partie « professions juridiques et judiciaires ».

Ancel (P.) et Heuschling (L.) (dir.),La transnationalisation de l’enseignement du droit, Bruxelles, Larcier, 2016.

Audren (F.) et Halpérin (J.-L.), La culture juridique française entre mythes et réalités, xixe-xxesiècles, Paris, CNRS éd., 2013.

Audren (F.), « Alma Mater sous le regard de l’historien du droit. Cultures académiques, formation des élites et identités professionnelles », inKrynen(J.) et d’Alteroche(B.) (dir.), L’histoire du droit en France. Nouvelles tendances, nouveaux territoires, Paris, Classiques Garnier, 2014, p. 145-172.

Bastier (J.), « L’enseignement du droit à Alger de 1879 à 1914 », inNélidoff(Ph.) (dir.), Les facultés de droit de province au xixesiècle, tome 1, Bilan et perspectives de la recherche, Toulouse, Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2009, p. 519-542.

Charle (Ch.), « Enseignement supérieur et expansion internationale (1870-1930). Des instituts pour un nouvel empire ? », in Heilbron(J.), Lenoir(R.) et Sapiro(G.) (dir.), Pour une histoire des sciences sociales. Hommage à Pierre Bourdieu, Paris, Fayard, 2004, p. 323-347.

Charle (Ch.), Schriewer (J.) et Wagner (P.) (dir.), Transnational Intellectual Networks. Forms of Academic Knowledge and the Search for Cultural Identities, Francfort, New York, Campus, 2004.

De Mari (E.), Fabre (M.), Renucci (F.), Cours d’histoire du droit colonial, UNJF (en ligne), leçon 10 « De la connaissance à la réorganisation du droit ».

Falconieri (S.), « Le « droit de la race ». Apprendre l’antisémitisme à la Faculté de droit de Paris (1940-1944) », Clio@themis. Revue électronique d’histoire du droit, n° 7, 2014 (en ligne).

Ferté (P.) et Barerra (C.) (dir.), Étudiants de l’exil. Migrations internationales et universités refuges (xvie-xxe s.), Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2010.

Fillon (C.), « L’enseignement du droit, instrument et enjeu de la diplomatie culturelle française. L’exemple de l’Égypte au début du xxesiècle », Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle, n° 29 [La Belle Époque des juristes. Enseigner le droit dans la République], 2011/1, p. 123-144.

Fillon (C.), « Le Jésuite, l’Universitaire et le Politique : stratégies de recrutement du corps enseignant de l’École Française de droit de Beyrouth (1913-1939) », in Gaven(J.-C.) et Audren(F.) (dir.), Les facultés de droit de province aux xixeet xxesiècles, tome 3, Les conquêtes universitaires, Toulouse, Presses Universitaires de Toulouse 1 Capitole, 2011, p. 115-138.

Gaillard (A.-M.) et (J.), Les enjeux des migrations scientifiques internationales. De la quête du savoir à la circulation des compétences, Paris, L’Harmattan, 1999.

Gonzalez (C.), « Education and Empire : Colonial Universities in Mexico, India and the United States », Research and Occasional Paper Series, CSHE-Berkeley, 2014 (en ligne).

Halary (Ch.), Les exilés du savoir. Les migrations scientifiques internationales et leurs mobiles, Paris, L’Harmattan, 1994.

Halpérin (J.-L.) (dir.), Paris, capitale juridique (1804-1950). Études de socio-histoire sur la Faculté de droit de Paris, Paris, Éditions rue d’Ulm, 2011.

Jamin (Ch.) et Van Caenegem (W.) (dir.), The Internationalisation of Legal Education, Switzerland, Springer, 2016.

Outre-Mers. Revue d’histoire, t. 105, n° 394-395 [Enseignement supérieur et universités dans les espaces coloniaux : histoire, comparaisons (du xixesiècle aux indépendances)], 2017, coordonné par Hélène Chartonet Marc Michel.

Picard (E.), « Étudiants et enseignants : du dossier individuel à la prosopographie », Revue administrative, 2007, p. 55-58 (en ligne sur HAL).

Ponthoreau (M.-Cl.) (dir.),La dénationalisation de l’enseignement juridique. Comparaisons des pratiques, Paris, Institut Universitaire Varenne, coll. « Colloques & Essais », 2016.

Singaravelou (P.), « L’enseignement supérieur colonial. Un état des lieux », Histoire de l’éducation, 122/2009, p. 71-92

Renucci (F.) (dir.), Dictionnaire des juristes ultramarins (xviiie-xxesiècles), rapport de recherche gip« Mission de recherche Droit et Justice », 2012.

Tronchet (G.), Savoirs en diplomatie. Une histoire sociale et transnationale de la politique universitaire internationale de la France (années 1870-années 1930), thèse de doctorat en histoire contemporaine, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2014.

Scientific board

Frédéric Audren (directeur de recherches CNRS, École de droit de Sciences Po)

Isabelle Giraudou (professeur associée, Université de Tokyo)

Jean-Louis Halpérin (professeur, ENS)

Béatrice Jaluzot (maître de conférences, Sciences Po Lyon)

Emmanuelle Picard (maître de conférences, ENS Lyon)

Guillaume Tronchet (chercheur affilié à l’IHMC, ENS-Paris 1)

Call for papers : « La norme en sciences sociales : regards croisés histoire du droit – science politique »

Colloque Jeunes Cherch(eur)euses de l’IRM

« La norme en sciences sociales : regards croisés histoire du droit – science politique »

                                                                                                           La norme constitue un présupposé implicite dans la connaissance des sociétés humaines (Durkheim, 2009 [1894]). Pour qui veut étudier un ordre social, elle est un point de référence obligé. Prise dans un sens large, la norme revêt, en effet, deux dimensions essentielles qui soulignent sa centralité (Labbé, 1994). La première est d’ordre ontologique : la norme renvoie à ce qui « est », ce qui est en vigueur dans une société donnée. Ainsi, elle représente une donnée préalable nécessaire, une réalité empirique sur laquelle se fonde toute analyse. La seconde dimension, arrimée au concept de norme, est d’ordre structurel : ici l’accent est porté sur le rôle organisateur de celle-ci dans l’ordre social. La dynamique de toute société s’articule en fonction des normes qui la composent et qui règlent, déterminent et sanctionnent la vie en société.

Au regard de ces deux propriétés, la norme occupe donc une place fondamentale dans l’analyse des sociétés humaines. Aussi, cette importance justifie l’intérêt porté à son égard : la norme est interrogée dans le cadre de réflexions théoriques et de manifestations scientifiques. Celles-ci visent, à chaque fois, à éclairer cet objet à la fois noyau et condition de toute compréhension de l’ordre social. Cependant, un tel intérêt se heurte à une difficulté majeure : celle de l’appréhension de la norme. Intuitivement associée à l’idée de « règle de conduite » collective et sanctionnée, la norme apparaît fuyante dès que l’on se penche sur elle. Cet aspect se dévoile dans la polysémie à laquelle la norme est liée et dans la variété de ses usages. Ainsi, la norme est plurale et mouvante dans le temps et dans l’espace. Chacune de ses formes semble, en outre, être régie par ses propres règles : une norme sociale n’obéit pas aux mêmes principes qu’une norme juridique. Cette pluralité nous invite aussi à questionner la pertinence du singulier : peut-on parler de la norme ou doit-on parler des normes (Leca, 2015 ; Giavarini 2017) ?

La diversité du phénomène normatif est donc source de complexité mais aussi de débats. L’un des écueils serait pourtant de vouloir parvenir à une définition unique et consensuelle de la norme. Partant, l’enjeu consiste, à travers le dialogue pluridisciplinaire, à éclairer celle-ci sans céder à la tentation de l’identité conceptuelle. Tel est le projet de ce colloque organisé par l’Institut de Recherche Montesquieu : assumer le caractère mouvant de la norme, tout en souhaitant parvenir à une meilleure intelligibilité de celle-ci. L’intérêt d’une telle rencontre réside, plus particulièrement, dans la volonté de circonscrire une telle étude au regard de deux disciplines : l’histoire du droit et la science politique. Partant, un dialogue conjoint semble fournir un cadre idéal pour une meilleure appréhension du phénomène normatif. La norme, objet d’étude commun, semble en effet tiraillée entre deux approches parfois contradictoires.

Dans une perspective idéal-typique : les politistes s’intéressent à la norme dans une optique principalement processuelle, dans la mesure où la science politique se penche sur la dynamique de l’émergence des contraintes sociales institutionnalisées. Néanmoins, les normes ne se réduisent pas nécessairement à la seule contrainte formelle, institutionnalisée dans l’État. Une grande partie du corpus normatif provient de règles implicites intériorisées par les individus qui, dans des processus complexes d’interactions, s’inscrivent dans un temps long et participent de la « civilisation des mœurs » (Elias 1973). Par conséquent, la science politique porte également un regard sur la manière dont les individus s’auto-contraignent par des habitudes régulières au sein d’interactions sociales, mais non formalisées d’un point de vue juridique.

L’historien(ne) du droit, quant à lui (elle), appréhende les sources juridiques dans une perspective rétrospective et prospective (Halpérin, 2013). Il suit alors l’évolution de celles-ci dans un cadre spatio-temporel et s’interroge sur cet environnement au sein duquel elles sont pensées, élaborées et appliquées. Le choix de cet environnement détermine les réponses apportées aux questions inhérentes à la norme en termes d’acteurs (le droit des affaires est un exemple éloquent sur la question Hilaire, 1995), d’historicisation et de matériaux utilisés pour aboutir à une analyse éclairante.

Le dialogue de ces deux disciplines propose ainsi un dépassement de la simple narration au profit de l’analyse constructive. Cependant, une telle réflexion implique de questionner l’historien(ne) du droit et le ou la politiste sur leurs méthodes, leurs choix et donc, leur appareil critique. Parce qu’histoire du droit et science politique appréhendent différemment le phénomène normatif, nous postulons que la norme ne sera pas entendue de la même manière. Pour autant, cela ne doit pas vouloir dire qu’il s’agit de champs antagonistes, voués à répandre leurs expériences et savoirs dans des conclusions qui leurs seraient réservées. C’est pour mieux saisir la norme en tant qu’objet social que l’on entrevoit toute l’acuité à vouloir croiser les regards des politistes et des historiens du droit sur ce sujet. Une attention particulière sera ainsi accordée à la dimension épistémologique : comment l’historien(ne) du droit et le ou la politiste, au travers de leurs analyses, appréhendent le phénomène normatif ?

Les réflexions pourront ainsi porter sur la norme en tant que telle – qu’elle soit juridique, sociale, morale, etc. – ou sur les différents « moments » du processus normatif. Qu’elles soient appréhendées par les historiens du droit ou les politistes, les normes obéissent à une commune structure temporelle dont la réflexion (doctrinale), l’élaboration et l’application sont les trois piliers.

Dans la perspective de favoriser le dialogue conjoint entre histoire du droit et science politique, la norme sera aussi envisagée in media res : il s’agira de contextualiser le processus normatif afin de mettre en avant le rapport dialectique qui se noue entre les deux (par exemple, Frydman, 2016). En effet, tout contexte porte en lui des facteurs – multiples et protéiformes – qui agissent sur le processus normatif au cours de ses différents « moments ». Tout au long de son existence, la norme est donc déterminée par des éléments extérieurs à elle. Inversement, la norme agit sur le contexte dont elle dépend. Les trois « moments » du processus normatif portent en eux des effets qu’il convient d’appréhender. Aussi, le dialogue sur la norme, par une approche commune de l’histoire du droit et de la science politique, doit se nourrir d’un cadre concret d’étude. Trois axes, au carrefour des deux disciplines, paraissent pertinents pour comprendre l’ampleur du phénomène normatif : le pouvoir, la religion et le voyage.

Norme(s) et pouvoir

 Cet axe de réflexion s’intéresse à l’interdépendance entre le pouvoir politique et les normes. Alors que le pouvoir politique s’appuie sur diverses normes pour prendre forme, l’existence même de ces normes est souvent liée à celle d’un pouvoir politique contraignant capable de les appliquer, de les abolir ou de les transformer (Foucault, 1975). La relation entre ces deux notions implique une dialectique singulière qui intéresse à la fois le regard des juristes, historien(ne)s du droit et celui des politistes. Prenons, par exemple, le processus de codification qui a lieu sous Napoléon Ier autour du Code civil. Malgré une volonté manifeste de dépolitiser le travail juridique sur les corpus pour les rendre plus objectifs (Portalis, [1801]), ces mêmes corpus sont néanmoins issus d’une vision profondément politique de la société, dont les élites napoléoniennes sont les vecteurs. Nous trouvons donc là un rapport ambivalent à la norme, juridique en l’occurrence, vis-à-vis du pouvoir politique. Les communications pourront explorer ce rapport à la lumière des trois « moments » de la norme que sont sa réflexion, son élaboration et son application. Les contributions pourront tout aussi bien s’intéresser aux revendications politiques, aux réflexions doctrinales ou, plus largement, aux rapports de force juridico-politiques qui accompagnent l’interaction entre les normes et le pouvoir politique.

 Norme(s) et religion

Dans les Institutions divines, Lactance définit la religion comme le lien qui rattache les humains à Dieu, comme à toute forme de transcendance. Cette conception de la religion peut s’incarner à travers une vision du monde, un discours, ou une manière d’être. Ces éléments traduisent non seulement la verticalité des rapports entre les personnes et la divinité, mais également la dimension plurale et transcendantale de ces rapports. Ainsi, l’objectif est d’analyser la manière dont ces aspects se conjuguent avec les trois temps de la norme. Dans un premier temps, lors de son processus de réflexion, en examinant l’influence de la religion dans les présupposés ontologiques des penseurs de la norme (Timsit, 1991) ; tel peut être l’exemple de l’influence du christianisme dans l’émergence de la culpabilité en droit pénal, ou du protestantisme dans l’émergence du capitalisme (Weber 1985 [1904-1905]). Dans un second temps, lors de son élaboration, que ce soit par les acteurs institutionnels, non-institutionnels ou hybrides, comme en témoignent le syncrétisme communiste et le néoconfucianiste en Chine, les prescriptions juridiques dans le salafisme ou encore les tribunaux islamiques en Angleterre. Enfin, dans son application, qu’il s’agisse de son effectivité, de sa sanction ou de sa réception, comme le démontre l’influence de l’Index librorum prohibitorum sur l’application de la norme par les magistrats. L’influence de la religion n’a pas manqué de susciter critiques et résistances, d’où la nécessité de les prendre en compte, elles-aussi, comme piste de réflexion.

Norme(s) en voyage

L’objectif de cet axe est d’aborder la norme dans sa relation avec la sphère internationale. Dans un monde globalisé, la norme est effectivement un objet en constante redéfinition que les acteurs étatiques incorporent quotidiennement. Pour cela, deux orientations principales – mais non exhaustives – seront privilégiées. La première concernera « la norme internationale », telle qu’elle est couramment admise aujourd’hui, c’est-à-dire la norme d’un point de vue supra-étatique. Les États sont effectivement en contact permanent avec une multitude de normes, aussi différentes soient-elles, avec lesquelles ils interfèrent. En ce sens, quelle est la place de la norme internationale dans le comportement des États ? La seconde orientation souhaitée portera, quant à elle, sur « la circulation de la norme » (Galindo, 2014), c’est-à-dire de territoire en territoire. Comment les normes se diffusent-elles au gré des interactions entre les différents espaces concernés ? Il conviendra alors d’analyser les modalités de circulation de la norme entre les différentes aires géographiques – émettrices et réceptrices de normes (Bourdieu, 2002) pour illustrer le phénomène de norme(s) en voyage.

 Bibliographie indicative

Becker, Howard Saul, Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Éditions Métailié, 1985.

Bourdieu, Pierre, « Les conditions sociales de la circulation internationale des idées », in Actes de la Recherche en Sciences Sociales, vol. 145, décembre 2002, p. 3-8.

Durkheim, Émile, Les règles de la méthode sociologique, (1894), Paris, Payot, coll. « Petite Bibliothèque Payot », 2009.

Elias, Norbert, La civilisation de mœurs, Paris, Calmann-Levy, Archives des sciences sociales, 1973.

Foucault, Michel, « La Vérité et les formes juridiques », in Dits et Écrits, tome I, n°139, 1974, p. 538-646.

Frydman, Benoit, « L’ordre juridique : un concept historiquement situé », in Laurent-Bonne, Nicolas et Prévost, Xavier (dir.), Penser l’ordre juridique médiéval et moderne. Regards croisés sur les méthodes des juristes (I), Paris, LGDJ, 2016, p. 43-55.

Giavarini, Laurence (dir.), Pouvoir des formes, écriture des normes, Dijon, Éditions Universitaires de Dijon, 2017.

Galindo George, « Legal Transplants between Time and Space », dans Duve Thomas (ed.), Entanglements in Legal History: Conceptual Approaches, Max Planck Institute for European Legal History, Frankfurt am Main, 2014, p. 129-148.

Halpérin, Jean-Louis, « Droit et contexte du point de vue de l’histoire du droit », Revue interdisciplinaire d’études juridiques, vol. 70, 1 (2013), p. 117-121.

Hilaire, Jean, Le droit, les affaires et l’histoire, Paris, Économica, 1995.

Kelsen, Hans, Théorie pure du droit, (1934), Paris, LGDJ, 1999.

Labbé, Xavier, Les critères de la norme, Lille, Presses Universitaires de Lille, 1994.

Lactance, Institutions divines, (début iiie siècle), Paris, Éditions du Cerf, coll. « Sources chrétiennes », 1973.

Leca, Antoine, Formation et transformations du droit français. Des origines au xxie siècle, Paris, LexisNexis, 2015.

Portalis, Jean-Étienne-Marie, Discours préliminaire du premier projet de Code civil, (1801), Bordeaux, Éditions Confluences, 1999.

Schmitt, Carl. La notion du politique – Théorie du partisan. Paris, Flammarion, 1992.

Timsit, Gérard, Les noms de la loi, Paris, PUF, 1991.

Weber, Max, L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, (1904-1905), Paris, Presses-Pocket, Agora, 1985.

 Modalités d’organisation du colloque

 L’objectif global de cette manifestation scientifique étant d’encourager le dialogue inter-disciplinaire, l’organisation du colloque se fera selon les modalités suivantes :

  • Les intervenant(e)s du colloque seront réparti(e)s en panels thématiques suivant les orientations retenues parmi les trois axes de l’appel à communications ;
  • Outre les intervenant(e)s, les panels comportent deux discutant(e)s en provenance des deux disciplines concernées (histoire du droit / science politique) dont la tâche sera de lire au préalable les travaux des intervenant(e)s et d’en fournir une analyse critique en se fondant sur le(s) cadre(s) scientifique(s) mobilisé(s) ;
  • Afin de favoriser le dialogue interdisciplinaire, les politistes seront invités à lire et à discuter les travaux des historien(ne)s du droit et inversement ;
  • Les discussions porteront sur les enjeux épistémologiques et méthodologiques communs qui relient nos deux disciplines institutionnelles au socle commun des sciences sociales : travail d’archives, entretiens, paradigmes/concepts mobilisés, objectifs poursuivis par les approches, etc.

Afin de concrétiser l’interdisciplinarité, les intervenant(e)s retenu(e)s devront prévoir une communication de 15 minutes et envoyer leurs versions écrites à destination des discutant(e)s (entre 25 000 et 30 000 signes maximum, espaces comprises) selon le calendrier suivant :

  • Fin de l’appel à communication : septembre 2018 ;
  • Date de sélection : novembre 2018 ;
  • Date limite d’envoi des contributions écrites : février 2019 ;
  • Colloque : mai 2019.

 Modalités d’envoi des propositions de communication

 Les propositions devront contenir :

  • Le titre de la communication ;
  • Un court résumé de 500 mots maximum précisant un des trois axes dans lequel s’inscrit la communication ;
  • Les coordonnées institutionnelles et une courte description des recherches menées.

Modalités pratiques et financement

             Le colloque aura lieu courant mai/juin 2019 à l’Université de Bordeaux, campus de Pessac, et se déroulera sur deux journées. Le comité d’organisation du colloque prendra en charge les remboursements des billets de trains / frais de logement à hauteur de 150 euros forfaitaires. Les communications écrites feront l’objet d’une publication à la charge du comité d’organisation (les versions écrites seront susceptibles de devoir être adaptées aux normes éditoriales).

            Pour tout renseignement complémentaire : colloqueirm@icloud.com

 Comité d’organisation

David Bertrand (doctorant en science politique – Institut de Recherche Montesquieu)

Pierre Bourgois (doctorant en science politique – Institut de Recherche Montesquieu)

Thibaut Dauphin (doctorant en science politique – Institut de Recherche Montesquieu)

Clémence Faugère (doctorante en histoire du droit – Institut de Recherche Montesquieu)

Alexandre Frambéry (doctorant en histoire du droit – Institut de Recherche Montesquieu)

Pauline Girard (doctorante en histoire du droit – Institut de Recherche Montesquieu)

Badr Karkbi (doctorant en science politique – Institut de Recherche Montesquieu)

Victor Le Breton-Blon (doctorant en histoire du droit – Institut de Recherche Montesquieu)

Nicolas Médan (doctorant en histoire du droit – Institut de Recherche Montesquieu)

Marco Mellina (doctorant en histoire du droit – Institut de Recherche Montesquieu)

Alizée Miranda (doctorante en histoire du droit – Institut de Recherche Montesquieu)

Clément Rodier (doctorant en science politique – Institut de Recherche Montesquieu)

Rafael Suguimoto (doctorant en histoire du droit – Institut de Recherche Montesquieu)

Claire Vachet (doctorante en histoire du droit – Institut de Recherche Montesquieu)

Marine Vetter (doctorante en histoire du droit – Institut de Recherche Montesquieu)

Roman Volkov (docteur en science politique – Institut de Recherche Montesquieu)

Call for papers : La Renaissance dans la pensée juridique (XIXe-XXe siècles) – Bordeaux (7-8 mars 2019)

La Renaissance dans la pensée juridique (XIXe-XXe siècles)

Colloque

Université de Bordeaux

7 et 8 mars 2019

Malgré les mutations fondamentales qui se déploient entre 1789 et 1804, pour de nombreux auteurs des xixe et xxe siècles, le seizième siècle apparaît comme l’époque la plus brillante de l’histoire de la jurisprudence moderne, et les œuvres comme les auteurs d’Ancien Régime continuent de jouer dans la pensée juridique contemporaine un rôle non négligeable.

Cette importance du xvie siècle, période charnière de la Renaissance en France, apparaît dans un certain nombre de déclarations fameuses : Savigny assure ainsi que c’est alors que « la science du droit eut véritablement le grand et noble caractère, qu’elle n’a jamais retrouvé depuis » ; Bardoux y voit l’« époque doctrinale » par excellence ; Ginoulhiac une époque de législation, comme une époque de science, et le Répertoire Dalloz le temps du « grand essor de l’esprit juriste français ». Aux yeux de nombreux juristes, jusqu’à nos jours, Cujas, Doneau, Le Douaren, Du Moulin et quelques autres apparaissent durablement comme de « grands jurisconsultes », « fondateurs de la jurisprudence française ». Ceux qu’inspire dès le xixe siècle la méthode historique dans la science du droit n’hésitent pas à mobiliser dans leurs travaux une liste importante d’autorités d’Ancien Régime : Ricard, Furgole, Bourjon, Lebrun, Coquille, Prévost de La Janès, Pothier, Domat comme, bien sûr, Du Moulin. Tandis que la jurisprudence consacre encore certaines de leurs thèses, la doctrine s’efforce de « renouer la chaîne des temps » avec le droit romain et l’Ancien Régime, occultant au passage certaines innovations de la codification napoléonienne. Certes, les progrès de l’histoire et le développement d’un esprit de libre examen promu dès le milieu du xixe siècle contrecarrent quelque peu ces perspectives. Tandis que l’« école des praticiens » en appelle à une évolution du raisonnement et du statut des sources de la réflexion juridique, le poids des autorités traditionnelles se heurte au développement d’un esprit critique et à une prise en considération plus grande des décisions de justice. Si l’autorité des « vieux auteurs » reste centrale aux yeux de divers auteurs, offrant « nourriture solide » et « mâles instructions », leurs œuvres peuvent désormais apparaître comme constituant un « lourd et embarrassant fardeau » à ne pas mettre entre les mains de tous ceux qui étudient le droit. De fait, dans la seconde moitié du xixe siècle, l’usage qui est fait de leurs œuvres se révèle plus parcimonieuse. Certains civilistes se méfient de l’élément historique en matière juridique et, leurs œuvres n’étant plus réimprimées, l’audience des jurisconsultes de la Renaissance se réduit.

À la fin du xixe siècle, avec l’érection de l’histoire du droit en discipline autonome voire en science « sérieuse », dans le cadre d’une étude « minutieuse » des documents juridiques du passé, l’attention portée à l’histoire de la pensée juridique du xvie siècle et aux auteurs de la période se maintient cependant. Tandis que certaines institutions de la Renaissance française font l’objet de scrupuleuses études, telles les universités, les vies des anciens jurisconsultes et leurs doctrines sont mobilisées. Le tout n’est pas sans contribuer à la révélation d’une histoire juridique à la gloire de diverses formes de particularisme nationaliste, ainsi qu’une certaine conception du progrès juridique et social. Les cours, ouvrages et traités consacrés au Code civil qui continuent de s’intéresser à ces questions comme les travaux plus spécifiquement dédiés à l’histoire du droit servent l’écriture d’un récit national à la gloire d’une école juridique et d’un « esprit juridique » français (F. Audren, J.-L. Halpérin). L’importance accordée à un auteur comme Du Moulin le révèle : tandis que ses travaux si essentiels sur les coutumes contribuent à mettre en lumière l’identité juridique nationale dont le Code civil est l’expression aboutie, il est embrigadé, avec bien d’autres jurisconsultes humanistes, « dans un discours historiographique téléologique dont la vocation essentielle demeure de paver la voie à la formation d’un droit national français qui culmine dans l’ère des codes » (A. Wijffels). Il contribue à la mise en place d’un schéma d’interprétation de la construction de l’État et du droit français qui fait la part belle à une vision tout aussi évolutionniste que continuiste (J.-L. Halpérin).

Ces perspectives téléologiques et utilitaristes se poursuivront dans la plupart des grands manuels d’histoire du droit du début du xxe siècle, lesquels insistent sur la fécondité de cette école juridique française dont sont sortis tant d’hommes illustres, à commencer par cet « homme de génie » que fut Du Moulin, sur l’importance des institutions de l’époque (la coutume…), et, au fond, sur l’importance d’un xvie siècle qui ne cesse d’apparaître non seulement comme « l’âge d’or de la jurisprudence en France », celui de « l’immense travail de la rédaction des coutumes », mais aussi celui de « toutes les grandes ordonnances », et celui d’une pléiade de jurisconsultes illustres, « tels par leur savoir et leur sens juridique, qu’on peut les mettre à côté de ceux de la grande époque romaine ». C’est bien de là que « notre droit moderne est sorti » et là qu’eut lieu «le grand essor de l’esprit juriste français».

C’est toute l’importance de cette période charnière de la Renaissance dans l’histoire de la pensée juridique française et européenne que ce colloque entend interroger.

Cette recherche pourra suivre diverses orientations pour envisager :

– la place prise par les institutions de la Renaissance dans l’écriture de l’histoire du droit comme dans celle des réflexions relatives aux institutions aux xixe et xxe siècles

– l’importance accordée aux idées et aux auteurs de la Renaissance dans l’élaboration des doctrines civilistes et publicistes comme dans les travaux des historiens du droit

– l’importance accordée dans les bibliothèques et dans l’histoire de l’édition aux œuvres de la Renaissance

– le développement de perspectives historiographiques particulières dans l’histoire de la pensée juridique : ainsi l’importance accordée au mos gallicus dans le cadre de la défense de l’esprit juridique français, comme les difficultés dans ce cadre à s’ouvrir aux travaux relatifs au ius commune

– un regard sur ce qui se passe en Europe : on sait la place prise par la Renaissance dans la construction de certaines idéologies à l’étranger (ainsi chez Carl Schmitt par exemple)

Les propositions sont à renvoyer à Géraldine Cazals (geraldine.cazals@univ-rouen.fr) et Nader Hakim (nader.hakim@icloud.com) avant le 30 septembre 2018.

Bibliographie indicative :

Audren F., « Ecrire l’histoire du droit français : science du politique, histoire et géographie chez Henri Klimrath (1807-1837), dans Histoire de l’histoire du droit, dir. J. Poumarède, Études d’histoire du droit et des idées politiques, n° 10/2006, p. 113-131.

Audren F., Halpérin J.-L., La culture juridique française. Entre mythes et réalités (xixe-xxe siècles), Paris, CNRS éditions, 2013.

Barenot P. N., Hakim N., « La jurisprudence et la doctrine : retour sur une relation clef de la pensée juridique française contemporaine », Quaderni fiorientini per la storia del pensiero giuridico moderno, 41, 2012, p. 251-297.

Cazals G., « Molinaeus noster. Charles Du Moulin (1500-1566), prince des juristes, praticien engagé et fondateur de l’école juridique française. Un modèle de jurisconsulte dans la France du xixe siècle », dans Mélanges en l’honneur de Jean-Louis Thireau, dir. Anne Dobigny-Reverso, Xavier Prévost et Nicolas Warembourg, à paraître.

Cherfouh F., Hakim N, « L’histoire de la pensée juridique contemporaine : hétérogénéité et expansion », dans L’Histoire du droit en France. Nouvelles tendances, nouveaux territoires, Bernard d’Alteroche et Jacques Krynen (dir.), éd. Garnier, 2014, p. 117-143.

Fergusson, Wallace K., La Renaissance dans la pensée historique (1950), rééd. Paris, Payot, 2009.

Hakim N., « Continuità o rottura nella storia del pensiero giuridico ? Esegesi, transtestualità e positivismo legalistico del Cours de Code Napoléon di Charles Demolombe », Historia et Ius, Rivista di storia giuridica dell’età medievale e modernawww.historiaetius.eu – 12/2017 – paper 2 (version italienne d’un article à paraître en français dans Mélanges en l’honneur de Jean-Louis Thireau, Mare&Martin, 2018).

Halpérin J.-L., « Est-il temps de déconstruire les mythes de l’histoire du droit français ? », Clio@Themis, 5, 2012, en ligne.

Halpérin J.-L., « La lecture de Pothier par la doctrine du xixe siècle », dans Robert-Joseph Pothier, d’hier à aujourd’hui, dir. J. Monéger, J-L. Sourioux et A. Terrasson de Fougères, Paris, 2001, p. 65-75.

Jouanjan O. (dir.), « L’esprit de l’école historique du droit », Annales de la Faculté de droit de Strasbourg, nouvelle série, n°7, 2004.

Jouanjan O. Une histoire de la pensée juridique en Allemagne (1800-1918), Paris, PUF, 2005.

Sturmell P., « L’école historique française du droit a-t-elle existé ? », Rechtsgeschichte : Zeitschrift des Max-Planck-Instituts für Europäische Rechtsgeschichte, 2002, p. 90-121.

Wijffels A., « Le ius commune européen : ‘‘hareng rouge’’ de l’approche comparative des traditions juridiques anglaise et française », Clio@Themis, 5, 2012, en ligne.

Organisateurs :

Géraldine Cazals : geraldine.cazals@univ-rouen.fr

Nader Hakim : nader.hakim@icloud.com

GRANT: Contractos Postdoc – Programa Beatriz Galindo

Ante la próxima publicación en el Boletín Oficial del Estado de la Orden del Ministerio de Educación, Cultura y Deporte, por la que se aprueban las bases para la concesión y se convocan las ayudas Beatriz Galindo, se adelanta, para su conocimiento y posibilidad de presentación de solicitudes la citada orden bases y convocatoria, informándose de  lo siguiente:

–       La orden de bases debe ser publicada en el Boletín Oficial del Estado. Este trámite no abre el plazo de presentación de solicitudes.

–       Las universidades públicas podrán presentar solicitudes, a través de los formularios disponibles en la sede electrónica,  a partir del día siguiente a la publicación del extracto de la convocatoria en el Boletín Oficial del Estado. Una vez se haya publicado el extracto, se informará del oportuno plazo exacto en la página web del Ministerio.

Esta convocatoria consta de dos fases:

  1. Primera fase: Concesión de las ayudas a las universidades públicas

En una primera fase, las ayudas se concederán a las Universidades públicas, que son las beneficiarias de las mismas, y, que podrán optar a un máximo de cinco, distribuidas entre las dos modalidades existentes:

  1. a)Ayuda Beatriz Galindo senior: para docentes y/o investigadores que puedan acreditar una experiencia de al menos siete años de docencia e investigación en el extranjero, a contar desde la obtención del título de Doctor.
  2. b)Ayuda Beatriz Galindo junior: para docentes y/o investigadores cuya experiencia de docencia e investigación en el extranjero, a contar desde la obtención del título de Doctor, sea de un máximo de siete años.

Una vez presentadas las solicitudes, el Secretario General de Universidades designará un panel internacional de expertos, compuesto por 10 miembros, que actuará como órgano colegiado con la función de evaluar las solicitudes de las Universidades. La puntuación necesaria para superar esta evaluación, será de  un mínimo de 8 puntos para las ayudas senior y de 7 para las junior.

La concesión de las ayudas a las universidades públicas corresponde a la Secretaría de Estado de Educación, Formación Profesional y Universidades.

  1. Segunda fase: Selección del docente y/o investigador y celebración del contrato de investigador distinguido con la Universidad

Tras la concesión de la ayuda Beatriz Galindo a la Universidad, ésta abrirá un plazo no superior a un mes para que los docentes y/o investigadores puedan solicitar la plaza o plazas concedidas a la Universidad. Cerrado el plazo de presentación de solicitudes, el Secretario General de Universidades designará un panel internacional de expertos que evaluará las solicitudes en un plazo no superior a dos meses.

La Universidad, vista la propuesta del panel internacional de expertos, publicará la resolución definitiva de docentes y/o investigadores seleccionados. Así, la ordenación y la instrucción del procedimiento corresponderán a la Universidad. La propuesta de concesión de las plazas estará a cargo del panel internacional de expertos, y la resolución del procedimiento se realizará por el órgano competente en la Universidad, de acuerdo con lo establecido en la convocatoria.

A continuación, se celebrará un contrato de investigador distinguido, con una duración de cuatro años, entre cada Universidad y los docentes y/o investigadores seleccionados. Estos contratos serán cofinanciados por el Ministerio de Educación, Cultura y Deporte y las Universidades públicas.

Servicio de ayudas Beatriz Galindo
Subdirección General de Formación del Profesorado 
Universitario y Atención a los Estudiantes.
Secretaría General de Universidades.
Ministerio de Educación, Cultura y Deporte.
Tel. 917459217 – Ext. 73802 — beatrizgalindo@mecd.es

CALL FOR PAPERS: Cycle de journées d’études “Enseigner le droit hors des frontières nationales (XIXe-XXe siècles)”

APPEL A COMMUNICATIONS

Argumentaire

Depuis quelques décennies, l’histoire de l’enseignement du droit à l’époque contemporaine est, en France, un chantier en plein essor. En témoigne la création de la Société pour l’histoire des facultés de droit en 1983, qui a permis la coordination et le développement d’un champ de recherches jusqu’alors délaissé. Cependant, cette histoire des facultés de droit est longtemps restée une histoire des doctrines qui y étaient enseignées et des écoles qui s’y affrontaient. Il a fallu attendre une période plus récente pour que l’historiographie se saisisse des lieux de l’enseignement du droit en eux-mêmes, dans le cadre d’une socio-histoire attentive au fonctionnement de l’institution, à son personnel, ses étudiants, ou encore ses ressources budgétaires. Alors que de telles études fleurissaient déjà dans d’autres disciplines (v. par exemple les travaux de Charles, 2004 ; Picard, 2007 ; Singaravelou, 2009 ; Ferté et Barrera, 2010), les initiatives se sont multipliées ces dernières années chez les juristes, parfois en lien avec les débats actuels liés à l’autonomie des universités ou la rénovation de l’enseignement du droit dans un contexte de globalisation (Ancel et Heuschling, 2016 ; Jamin et Van Caeneghem, 2016).

Ce renouvellement des approches s’est fréquemment adossé à la question des disciplines juridiques. Il a également emprunté le chemin d’un intérêt pour le collectif enseignant. Siprojuris, la base de données bio-bibliographique des professeurs de droit français entre 1804 et 1950, rassemblant 600 individus, a vu le jour, fruit d’un travail collectif coordonné par Catherine Fillon. Ouvrant de nouvelles perspectives pour l’histoire sociale des élites juridiques, cet important déport prosopographique s’est doublé d’un renouvellement de la biographie intellectuelle des professeurs de droit, désormais moins préoccupée de décréter l’existence de « grands juristes » que de décrypter les mécanismes concrets d’accession à la « grandeur intellectuelle ». Enfin, cette nouvelle histoire des facultés de droit s’est souvent concentrée sur des aires géographiques particulières, ce qui a donné lieu à la création, en 2008, du Réseau européen pour l’histoire de l’enseignement du droit.

Le progrès de l’histoire de l’enseignement du droit est par conséquent substantiel pour ce qui concerne la période contemporaine. Ce cycle de journées d’études entend profiter de ces nouveaux acquis pour poursuivre le travail déjà accompli en interrogeant un phénomène peu investi jusqu’alors : l’histoire de l’enseignement du droit hors des frontières nationales aux XIXe et XXe siècles. Certes, l’époque contemporaine est marquée, par rapport au Moyen Âge, notamment, par une incontestable nationalisation du droit et de son enseignement, amorcée à l’époque moderne. A priori, l’on pourrait penser que le temps des pérégrinations académiques est révolu. À y regarder de plus près, toutefois, rien n’est moins sûr. Empruntant des formes variées, une dilatation certaine de l’espace académique français peut également être observée à l’époque contemporaine (Audren et Halpérin, 2013).

– Dans le cadre de l’expansion militaire ou coloniale tout d’abord, la métropole entend plaquer son modèle d’enseignement du droit dans le cadre d’institutions dédiées (facultés de droit dans les départements annexés par l’Empire napoléonien ; École de droit d’Alger, expansion universitaire vers le Levant avec les Écoles de droit du Caire ou de Beyrouth, École de droit d’Hanoï, etc.).

– En dehors du cadre « autoritaire » des régions militairement occupées ou colonisées ensuite, nombreux sont les professeurs de droit, surtout à partir de l’entre-deux-guerres, à promouvoir le droit français à l’étranger, dans le cadre d’une diplomatie culturelle bien comprise (conférences, cours au sein d’instituts culturels, etc.).

Cette appréhension transnationale de l’enseignement du droit se situe par conséquent à l’articulation d’un triple questionnement : la réflexion similaire venue des historiens d’autres disciplines, qui se sont également saisis de cette question ; le tournant historiographique vers l’histoire globale ou connectée, ainsi que vers la question des circulations, qui entend interroger, voire dépasser les cadres nationaux habituellement retenus pour écrire l’histoire ; la problématique actuelle de la dénationalisation/ globalisation de l’enseignement du droit, qui agite la doctrine.

Il nous a semblé qu’un tel questionnement relatif à l’enseignement du droit hors des frontières nationales était de nature à combler un vide historiographique important, tout en éclairant certains enjeux actuels de la globalisation de l’enseignement du droit. Par ailleurs, les contributions de collègues étrangers pouvant offrir un éclairage similaire dans leurs pays seront particulièrement appréciées. Ces trois journées d’études seront divisées thématiquement :

1) Lyon, décembre 2018 « Les lieux et les formes de l’enseignement juridique hors de la métropole »

 La première journée d’études est consacrée aux diverses modalités structurelles de l’enseignement du droit en dehors du cadre métropolitain. Si, dans ses colonies, un État peut finir par envisager de créer des facultés calquées sur le modèle de la métropole, il lui faut généralement faire preuve de davantage d’inventivité dans les territoires étrangers demeurés maîtres de leur souveraineté où, par surcroît, il peut être en concurrence avec d’autres États tout aussi désireux de promouvoir leur influence politique et juridique. L’éventail des multiples formes retenues, ponctuelles ou plus pérennes (des tournées de conférences, à la main-mise sur des écoles locales, en passant par la création d’instituts culturels…) mérite d’être précisé, mais aussi cartographié. Où ? Suivant quelles formes ? Selon quels partenariats et avec quels financements ? sont autant de questions auxquelles cette première journée souhaite apporter des réponses plus précises.

 2) Bordeaux, mars 2020 « Contenu et objectifs de l’enseignement juridique hors de la métropole »

 Cette deuxième journée d’études se concentrera sur la question des cours de droit dispensés hors de la métropole. Quels sont les objectifs de tels enseignements ? (former des élites locales ; apporter une connaissance du droit local aux étudiants français ; acculturer les populations conquises au droit français ; promouvoir la « grandeur » du droit français à l’étranger, etc.). En fonction des différents buts de ces cours, leur contenu diffère-t-il ? Enseigne-t-on de la même manière, par exemple, le droit civil français dans les colonies, dans les pays militairement conquis ou encore dans les instituts culturels à l’étranger ? Autrement dit, les professeurs de droit opèrent-ils une adaptation du contenu de leurs cours en fonction du contexte et/ ou du public auquel ils s’adressent ? C’est, par conséquent, la question des modalités intellectuelles de l’enseignement juridique hors de la métropole qui sera ici abordée.

 3) Aix-Marseille, 2021 « Les acteurs de l’enseignement juridique hors de la métropole »

Enfin, cette troisième journée d’études s’intéressera aux acteurs, qu’ils soient enseignants ou étudiants. Du côté des professeurs, les questionnements concernent, comme souvent dans les problématiques de l’exil durable ou temporaire, la question des profils, des parcours et des raisons, lorsqu’elles existent, qui encouragent à partir. Quelles sont les motivations de ces enseignants ? Matérielles ? Personnelles ? Idéologiques ? Qu’est-ce que l’expérience étrangère nous raconte de ces hommes et de ces femmes : est-elle la preuve d’une plus grande ouverture d’esprit ? A-t-elle des incidences sur leur façon de concevoir et d’enseigner le droit ? Peut-elle avoir un sens politique ?… En parallèle, des interrogations similaires se posent pour les étudiants, en tant qu’individus, mais également en tant que groupes. Les migrations estudiantines peuvent notamment avoir des conséquences sur les équilibres sociaux et culturels des États ou encore sur la circulation des savoirs. Afin de ne pas enfermer ces acteurs du droit dans des spécificités qui pourraient s’avérer trompeuses, nous encourageons leur remise en perspective dans le monde plus global de l’enseignement supérieur, ainsi que les approches comparées.

Bibliographie indicative

Coll., Actes des États généraux de la recherche sur le Droit et la Justice, Paris, Lextenso, 2018, voir en particulier les articles de la partie « professions juridiques et judiciaires ».

Ancel (P.) et Heuschling (L.) (dir.), La transnationalisation de l’enseignement du droit, Bruxelles, Larcier, 2016.

Audren (F.) et Halpérin (J.-L.), La culture juridique française entre mythes et réalités, XIXe-XXe siècles, Paris, CNRS éd., 2013.

Audren (F.), « Alma Mater sous le regard de l’historien du droit. Cultures académiques, formation des élites et identités professionnelles », in Krynen (J.) et d’Alteroche (B.) (dir.), L’histoire du droit en France. Nouvelles tendances, nouveaux territoires, Paris, Classiques Garnier, 2014, p. 145-172.

Bastier (J.), « L’enseignement du droit à Alger de 1879 à 1914 », in Nélidoff (Ph.) (dir.), Les facultés de droit de province au XIXe siècle, tome 1, Bilan et perspectives de la recherche, Toulouse, Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2009, p. 519-542.

Charle (Ch.), « Enseignement supérieur et expansion internationale (1870-1930). Des instituts pour un nouvel empire ? », in Heilbron (J.), Lenoir (R.) et Sapiro (G.) (dir.), Pour une histoire des sciences sociales. Hommage à Pierre Bourdieu, Paris, Fayard, 2004, p. 323-347.

Charle (Ch.), Schriewer (J.) et Wagner (P.) (dir.), Transnational Intellectual Networks. Forms of Academic Knowledge and the Search for Cultural Identities, Francfort, New York, Campus, 2004.

De Mari (E.), Fabre (M.), Renucci (F.), Cours d’histoire du droit colonial, UNJF (en ligne), leçon 10 « De la connaissance à la réorganisation du droit ».

Falconieri (S.), « Le « droit de la race ». Apprendre l’antisémitisme à la Faculté de droit de Paris (1940-1944) », Clio@themis. Revue électronique d’histoire du droit, n° 7, 2014 (en ligne).

Ferté (P.) et Barerra (C.) (dir.), Étudiants de l’exil. Migrations internationales et universités refuges (XVIe-XXe s.), Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2010.

Fillon (C.), « L’enseignement du droit, instrument et enjeu de la diplomatie culturelle française. L’exemple de l’Égypte au début du XXe siècle », Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle, n° 29 [La Belle Époque des juristes. Enseigner le droit dans la République], 2011/1, p. 123-144.

Fillon (C.), « Le Jésuite, l’Universitaire et le Politique : stratégies de recrutement du corps enseignant de l’École Française de droit de Beyrouth (1913-1939) », in Gaven (J.-C.) et Audren (F.) (dir.), Les facultés de droit de province aux XIXe et XXe siècles, tome 3, Les conquêtes universitaires, Toulouse, Presses Universitaires de Toulouse 1 Capitole, 2011, p. 115-138.

Gaillard (A.-M.) et (J.), Les enjeux des migrations scientifiques internationales. De la quête du savoir à la circulation des compétences, Paris, L’Harmattan, 1999.

Gonzalez (C.), « Education and Empire : Colonial Universities in Mexico, India and the United States », Research and Occasional Paper Series, CSHE-Berkeley, 2014 (en ligne).

Halary (Ch.), Les exilés du savoir. Les migrations scientifiques internationales et leurs mobiles, Paris, L’Harmattan, 1994.

Halpérin (J.-L.) (dir.), Paris, capitale juridique (1804-1950). Études de socio-histoire sur la Faculté de droit de Paris, Paris, Éditions rue d’Ulm, 2011.

Jamin (Ch.) et Van Caenegem (W.) (dir.), The Internationalisation of Legal Education, Switzerland, Springer, 2016.

Outre-Mers. Revue d’histoire, t. 105, n° 394-395 [Enseignement supérieur et universités dans les espaces coloniaux : histoire, comparaisons (du XIXe siècle aux indépendances)], 2017, coordonné par Hélène Charton et Marc Michel.

Picard (E.), « Étudiants et enseignants : du dossier individuel à la prosopographie », Revue administrative, 2007, p. 55-58 (en ligne sur HAL).

Ponthoreau (M.-Cl.) (dir.), La dénationalisation de l’enseignement juridique. Comparaisons des pratiques, Paris, Institut Universitaire Varenne, coll. « Colloques & Essais », 2016.

Singaravelou (P.), « L’enseignement supérieur colonial. Un état des lieux », Histoire de l’éducation, 122/2009, p. 71-92

Renucci (F.) (dir.), Dictionnaire des juristes ultramarins (XVIIIe-XXe siècles), rapport de recherche gip « Mission de recherche Droit et Justice », 2012.

Tronchet (G.), Savoirs en diplomatie. Une histoire sociale et transnationale de la politique universitaire internationale de la France (années 1870-années 1930), thèse de doctorat en histoire contemporaine, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2014.

Pour la première journée de Lyon, les propositions de communication, accompagnées d’un bref CV, sont à envoyer aux quatre organisatrices pour le 1er septembre 2018. La décision du comité d’organisation sera notifiée aux intervenants le 20 septembre.

Comité d’organisation

Silvia Falconieri (chargée de recherches CNRS, IMAF) : silviafalconieri@gmail.com

Catherine Fillon (professeur, Université Jean Moulin Lyon III) : catherine.fillon@univ-lyon3.fr

Laetitia Guerlain (maître de conférences, Université de Bordeaux) : laetitia.guerlain@u-bordeaux.fr

Florence Renucci (directrice de recherches CNRS, IMAF) : florence.renucci@univ-amu.fr

Comité scientifique

Frédéric Audren (directeur de recherches CNRS, École de droit de Sciences Po)

Isabelle Giraudou (professeur associée, Université de Tokyo)

Jean-Louis Halpérin (professeur, ENS)

Béatrice Jaluzot (maître de conférences, Sciences Po Lyon)

Emmanuelle Picard (maître de conférences, ENS Lyon)

Guillaume Tronchet (chercheur affilié à l’IHMC, ENS-Paris 1)

CALL FOR PAPERS : Les professeurs allemands en Belgique (Deadline 30 mai 2018)

CALL FOR PAPERS : Les professeurs allemands en Belgique : Circulation des savoirs juridiques et enseignement du droit (Bruxelles, 18-19 octobre 2018) (DEADLINE 30 MAY 2018)

 L’histoire des transferts culturels fait preuve aujourd’hui d’un dynamisme inédit. La relecture récente des phénomènes nationaux à la lumière des échanges internationaux et des flux transnationaux participe à redéfinir la façon dont les frontières nationales sont à considérer, particulièrement pour le XIXème siècle où le modèle de l’État-nation s’est développé. L’importance des mouvements transnationaux affecte des domaines à la fois politiques, économiques, sociaux ou encore scientifiques. Le droit et les savoirs juridiques ne sont évidemment pas exempts de ces transferts. Les transferts culturels et la circulation des savoirs reposent sur un substrat de facteurs variés. Se pencher sur la question des professeurs de droit allemands en Belgique ce n’est pas s’éprendre uniquement de la question du droit, de l’enseignement du droit et des influences entre aires nationales juridiques. C’est également aborder des terrains qui ont trait à l’histoire des idées, des migrations, de la science et plus globalement de la vie académique. L’intérêt plus spécifique pour la présence de professeurs allemands en Belgique est également (relativement) neuf. Les échanges avec la sphère culturelle et scientifique germanique ont fait l’objet de peu de recherches systématiques, toutes disciplines confondues, sauf si ce n’est ponctuellement dans des domaines spécifiques – nous pensons notamment aux sciences historiques (P. Dhondt, Un double compromis, 2011). Dans le cadre du droit et des sciences juridiques, les professeurs de droit ont été mis à l’honneur dans des publications honorifiques et commémoratives. Certes ce constat n’est toutefois pas isolé. L’ensemble de l’enseignement du droit s’est écrit, à de rares exceptions, dans un esprit similaire. Au-delà du droit, ces caractéristiques ont marqué durant de nombreuses décennies l’historiographie de l’enseignement supérieur et universitaire belge.

Face à ce constat, il semble que « l’histoire de l’enseignement du droit en Belgique reste largement à écrire » (Jérôme de Brouwer 2015). Ce faisant, l’évolution du rôle joué par les professeurs de droit formés dans les universités de la confédération germanique et qui sont venus enseignés dans les universités belges à partir de 1817 est aussi un champ à explorer. Dans une nation qui se revendique au XIXème siècle d’une identité plurielle marquée par la forte présence, à de multiples niveaux, de l’héritage et de l’influence français, la notion de professeurs allemands et de circulation des savoirs prend tout son sens. D’autant plus le statut de professeur « étranger » pour la période concernée a de quoi interpeller comme la notion d’université belge. En reflet du droit et du système juridique, la base de l’organisation de l’enseignement adopté dès 1830 et reconduit dans la première loi organique en matière d’enseignement supérieur (loi du 27 septembre 1835) est issue principalement des périodes antérieures à l’indépendance. C’est pourquoi la date de 1817 a été retenue. Elle correspond à la fondation des premières universités modernes dans les provinces méridionales du royaume des Pays-Bas dont aujourd’hui Gand et Liège sont directement héritières. Quant à l’année 1914, elle correspond au début de la première guerre mondiale et à la fin du long dix-neuvième siècle.

Ainsi, Leopold August Warnkönig (1794-1866), le plus célèbre de ces « professeurs allemands », était un ancien élève de Thibaut à Heidelberg puis d’Hugo à Göttingen où il passe son doctorat (Gerkens 2015) avant de devenir dès 1817 professeur de droit romain à l’université de Liège. Il s’est ensuite illustré à travers son rôle dans la Revue Thémis (fondée en 1819) avant de poursuivre son parcours belge à Louvain (1827-1830) puis à Gand (1831-1836) et de retourner en Allemagne pour y poursuivre et terminer sa carrière. Mais, ce phénomène de juriste « germanique » en Belgique ne se limite pas évidemment à l’illustre Warnkönig. A liège se trouvait également Jean-George Wagemann (1782-1825) depuis 1820 lequel avait aussi été formé à Heidelberg.  De même à Gand la jeune faculté de droit fit appel à Jacques-Joseph Haus (1796-1881), docteur de l’Université de Würzburg, pour y enseigner d’abord le droit pénal et le droit naturel. Johann Rudolf Thorbecke (1798-1872), bien que né aux Pays-Bas, était également d’origine allemande. Il enseigna également à Gand à partir de 1825 après un long séjour en Allemagne et une année en tant que chargé de cours à Göttingen. D’abord professeur de sciences politiques, il enseigne le droit à partir de 1833. Enfin à Louvain, se trouvait dès 1817 (jusqu’en 1830) Jean-François-Michel Birnbaum (1792-1877) comme professeur de droit après des études à Erlangen et à Landshut auprès de Mittermaier et de Savigny. De plus, après les départs de Birnbaum et Wankönig de Louvain, un autre allemand s’y trouva comme professeur d’Antiquités romaines à partir de 1834 puis d’histoire politique (à partir de 1838) à savoir Guillaume Arendt (1808-1865) père du diplomate Louis Arendt (1843-1924). En dehors de ces trois facultés de droit créés ou réinstaurés en 1817, une deuxième vague de professeur allemand va se retrouver dans l’Université libre de Belgique fondée en 1834. Ainsi Henri Ahrens, qui avait été l’élève de Krause à Göttingen, y enseigne dès 1834 et jusqu’en 1848 le droit naturel. Il retourne ensuite en Allemagne où il siège à l’Assemblée nationale de Francfort avant d’enseigner de nouveau le droit à Graz et à Leipzig. Deux autres allemands, Egide Arntz (1812-1884) et Charles Gustave Maynz (1812-1882) ont rejoint Ahrens à Bruxelles. Arntz avait étudié à Munich, Jena, Bonn et Heidelberg avant d’effectuer son doctorat à Liège. Ce dernier fonda la revue la Belgique judiciaire (1842) avant de devenir un influent internationaliste, membre de l’institut du droit international depuis 1877. Quant à Maynz, qui étudia à Rome et à Berlin, il fut professeur de droit romain.

Ainsi, une dizaine de juristes allemands ont été des professeurs de droit de premier plan en Belgique de 1817 à 1871. Pour autant, même si la plupart de ces trajectoires individuelles sont connues (même s’ils n’existent quasiment pas de biographies scientifiques sur eux), aucune étude d’ensemble n’a étudié cette présence allemande dans l’enseignement du droit en Belgique durant le 19ème siècle. Il conviendrait de préciser les contours de ce phénomène des juristes allemands en Belgique dans le contexte plus large de la circulation des hommes et des savoirs dans les universités belges pendant le 19ème siècle. De plus, les raisons de ces migrations (manque de personnel directement formé en Belgique ; facteurs politiques et mouvements libéraux en Allemagne) devront être mises en exergue. Il serait aussi évidemment intéressant de se pencher plus en détail sur les thématiques de l’enseignement du droit. Champs d’études encore relativement vierge en Belgique malgré des récents travaux. D’autre part, les questions liées à l’histoire des migrations politiques et intellectuelles et à la formation du droit de la nationalité pourront être évoquées dans une perspective européenne et comparatiste. De même, les réseaux épistolaires des juristes entre la France, la Belgique et l’Allemagne (voir notamment l’exemple classique de Mittermaier) gagneraient à être étudiés plus en détail ainsi que la question de la formation d’une culture juridique « belge ».

Les propositions qui comporteront une présentation succincte de la communication envisagée avec indication des sources (2 500 caractères), son titre et un court curriculum vitae, doivent être envoyées aux organisateurs avant le 30 mai 2018 : raphael.cahen@vub.be et mjottran@ulb.ac.be

Comité organisateur
Jérôme de Brouwer (ULB)
Raphael Cahen (VUB-FWO)
Frederik Dhondt (VUB/Anvers)
Maxime Jottrand (ULB)

Comité scientifique

Pierre Bonin
Jacques Bouineau
Jean-François Gerkens
Dirk Heirbaut
Michael Stolleis